Michel Breuilh : "les étudiants participent à l’attractivité du territoire"

Michel Breuilh : « Les étudiants participent à l’attractivité du territoire »


L’Université de Limoges est implantée à Tulle avec deux départements d’IUT, et une antenne de l’ESPE. Michel Breuilh, conseiller municipal et président de l’Agglo de Tulle, nous parle du projet de pôle universitaire de Tulle.


Quels sont les liens qu’entretient la communauté d’agglomération de Tulle avec l’Université de Limoges ?

Pour l’instant, ils ne sont pas très formalisés parce que nous n’avons pas de compétences directes en matière d’enseignement supérieur. En revanche, nous participons au développement de la formation supérieure à caractère professionnel et ce, de façon statutaire. C’est dans ce cadre-là que nous envisageons de renforcer notre action, notamment pour le renforcement du pôle universitaire de Tulle. Cette perspective s’inscrit dans la territorialisation des sites universitaires mise en œuvre par l’Université et la Région Limousin, donnant tout son sens à l’aménagement du territoire.

Parlez-nous de ce projet ?

Nous travaillons à un IFSI sur deux sites : le site de Brive et le site de Tulle. Le bâtiment de l’IFSI de Tulle, situé dans l’enceinte de l’hôpital général, a besoin d’être réhabilité y compris dans ses équipements pédagogiques. Nous avons eu l’idée en lien avec la Ville de Tulle d’être plus ambitieux et de rénover un bâtiment de l’ancienne manufacture d’armes afin d’y intégrer l’IFSI et l’IFAS. Ce bâtiment d’environ 3000 m2 est en face de l’IUT, dans le quartier de Souilhac. En faisant ce regroupement, nous donnons une forte identité physique et une visibilité au pôle universitaire de Tulle. Environ 225 élèves infirmièr(e)s et aides-soignant(e)s y seraient ainsi accueillis. Le restaurant interentreprise existant (au 1er étage) serait positionné en rez-de-chaussée avec un espace de convivialité qui serait ouvert à l’ensemble des étudiants du quartier (l’IUT, le CFAI, l’IFSI et l’IFAS) ainsi qu’aux entreprises voisines. Dans un second temps, nous entamerons avec l’Université de Limoges une réflexion sur la relocalisation de l’ESPE et de Canopée (centre de documentation pédagogique). Ils auraient vocation à s’insérer dans le pôle universitaire mais cela nécessite vraisemblablement la construction d’un nouveau bâtiment. Ce sera donc un travail distinct.

Qui finance ce projet ?

La Région ALPC devrait financer en partie cette réhabilitation de même que le département de la Corrèze et bien sûr l’agglomération sera cofinanceur au titre de la compétence rappelée ci-dessus. Le projet s’élève à 3,5 M HT. Le début des travaux serait prévu courant 2017.

Comment allez-vous procéder ?

Nous sommes en train de constituer des comités de pilotage :
• pour l’IFSI – IFAS, en liaison notamment avec l’Hôpital de Tulle.
• pour l’aménagement urbain du quartier, puisqu’il va falloir également repenser les transports et les structures d’accueil, soit en stationnement, soit en logement, soit en restauration sous l’égide de la Ville.
• pour l’espace numérique. Nous souhaitons en effet développer un lieu numérique qui pourrait faire lien entre l’université, les départements d’IUT (Maintenance Industrielle et Sécurité – Environnement), la formation professionnelle et le milieu des entreprises. Nous avons un hôtel d’entreprises situé à proximité immédiate. Nous sommes en train de réfléchir à y intégrer un fablab ceci afin de développer l’innovation reliée aux besoins des entreprises.
• sur les conditions d’intégration de l’ESPE et de Canopée sur le site du pôle universitaire de Tulle, à moyen terme, en liaison étroite avec l’Université de Limoges.

Les sites distants essayent de développer une identité propre. Quelle est celle de Tulle ?

Deux thématiques émergent, la maintenance industrielle avec des entreprises, un département d’IUT et un CFAI qui travaillent dans ce domaine, mais aussi les services à la personne.

En quoi l’Université de Limoges représente-t-elle une ressource pour votre territoire ?

Il est important que l’université et les collectivités territoriales travaillent ensemble. Avoir des jeunes dans une ville dont la démographie est âgée, amène une dynamique d’activité essentielle et participe à l’attractivité du territoire. Les étudiants consomment, font du lien social dans la ville. Il est important de créer les conditions pour qu’ils soient accueillis le mieux possible, mais aussi qu’ils puissent, par la suite, s’insérer professionnellement sur le territoire.


Les autres interviews du dossier spécial Brive, Egletons, Tulle, Guéret : l’Université de Limoges, moteur dans la dynamique des territoires

Christophe Petit : « Egletons est très connue en France, et au-delà pour toutes ses formations dans le domaine des travaux publics »
Raymond Quéré : « Faire émerger la thématique réseaux d’énergie et réseaux d’information »
Eric Correia : « Je n’hésite pas à rappeler la force de l’Université de Limoges qui a su écouter les territoires »