Delphine Camilleri - Legrand : "collaborer avec l’université pour servir les enjeux de Legrand" / Delphine Camilleri – Legrand: "to collaborate with the university to serve the interests of Legrand" / Delphine Camilleri – Legrand: «Colaborar con la universidad para atender los desafíos de Legrand»

Delphine Camilleri – Legrand : « collaborer avec l’université pour servir les enjeux de Legrand »


Legrand est le spécialiste mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment. Il collabore avec l’Université de Limoges depuis de nombreuses années. Delphine Camilleri, Directrice Communication Interne et Relations Extérieures du Groupe Legrand répond à nos questions sur ce partenariat…

Quels sont vos rapports avec l’Université de Limoges ?

Des rapports dans une relation gagnant-gagnant, de partenaires. Nous sommes conscients qu’il est important de s’investir aux côtés de l’Université de Limoges et en parallèle nous sommes aussi très satisfaits quand le monde des étudiants et de la recherche peut nous apporter des réponses ou plus largement une aide pour servir les enjeux de Legrand… C’est la raison pour laquelle nous n’hésitons pas à nous impliquer au plus près de l’université pour la faire profiter de nos pratiques et des savoirs de nos collaborateurs.

Par exemple ?

L’autonomie des personnes et l’installation connectée sont deux enjeux majeurs pour Legrand… Nous nous sommes tout naturellement très impliqués dans la Licence Domotique et Autonomie des personnes ainsi que dans le nouveau Master Auton’home-e et cette implication va bien au-delà du simple aspect financier d’ailleurs… Nous avons travaillé à la conception du cursus de manière à ce que cela soit toujours en adéquation avec le marché. Certains de nos personnels interviennent dans le cadre des projets tuteurés en tant que support, pour la partie créativité et innovation également. Très naturellement, ces formations participent à notre challenge national que nous organisons avec une dizaine d’écoles partenaires et qui permettent aux étudiants de travailler sur des sujets réels d’entreprise. Par ailleurs, en ce moment, est partagé l’écriture d’une publication sur de nouvelles façons d’enseigner ; cette publication sera présentée lors du congrès Médétel en avril au Luxembourg. L’Université de Limoges et ses composantes (recherche et enseignement) nous apportent une vision externe des problématiques et des enjeux de sociétés qui se posent à nous… Que ce soit dans des domaines techniques ou non.

Faites-vous appel à des étudiants ?

Oui, dans le cadre de projets de recherche et ce à la demande de notre Direction de l’Innovation. Je citerais par exemple le projet Monitor’âge mené en collaboration, entre autres, avec XLIM et le pôle de compétitivité ELOPSYS. Ce projet débuté fin 2012 a pour objectif de développer et de tester une supervision « intelligente » dans les EHPAD, les établissements médicalisés ou les résidences pour personnes en perte d’autonomie, pour offrir une meilleure qualité de soins et de vie aux patients, et permettre aux établissements d’améliorer leur performance globale. L’interface logicielle permet de fusionner et de synthétiser de manière très lisible les données relevées par des capteurs non intrusifs installés dans les chambres des patients/résidents. Le personnel soignant peut ainsi détecter de manière automatique des situations d’inconfort ou de risque, alerter plus rapidement en cas de problème et adapter ses interventions auprès des résidents (par exemple la nuit, pour intervenir uniquement quand c’est nécessaire, sans déranger des personnes au sommeil fragile). De manière très opérationnelle, des solutions adaptées type capteur de chute, détecteur de fugue, un capteur de respiration et un capteur de son ont été développées et sont en cours d’expérimentation dans différents lieux, notamment dans 2 EHPAD en Haute-Vienne.

En quoi la relation Legrand/Université de Limoges est-elle importante selon vous ?

Cette manière d’aborder notre partenariat est primordiale car elle garantit une relation pérenne et constructive, s’inscrivant donc dans la durée, entre l’université et notre groupe… C’est parce que nos salariés s’investissent dans la vie de l’IAE en transmettant leurs savoir-faire (Marketing, Commerce, Achats, Communication, Créativité…) que nous avons construit une relation qui nous permet aujourd’hui de compter l’IAE dans nos partenaires pour le cursus de passage cadre de nos salariés… Pour l’université, c’est important de pouvoir compléter une formation universitaire par un regard de professionnels qui viendra confronter la théorie au monde de l’entreprise et vice versa. Nous apprenons beaucoup en venant enseigner ne serait-ce sur les profils des nouvelles générations !

Que vous apporte l’Université de Limoges ?

Un œil externe certes mais également un complément de savoir car pour innover efficacement, nous ne pouvons plus nous contenter de nos propres expertises… nous devons les mutualiser avec des expertises externes dans une réelle dynamique d’innovation « ouverte ». Nous tentons actuellement de monter un projet sur les stratégies de digitalisation avec des chercheurs du CeReS. C’est un sujet passionnant, et un gros challenge. J’espère qu’il aboutira très prochainement.

> Dossier spécial « L’Université et l’entreprise »