Une nouvelle source laser pour remplacer le synchrotron

Une nouvelle source laser pour remplacer le synchrotron : des applications médicales très prometteuses


Sébastien Février, enseignant-chercheur de l’Université de Limoges et membre de l’Institut XLIM (CNRS/Université de Limoges), vient de démontrer qu’une source laser de nouvelle génération pouvait remplacer le synchrotron, grand instrument électromagnétique destiné à l’accélération à haute énergie de particules élémentaires.

Le synchrotron, couplé à un microscope infrarouge, permet d’analyser finement, à l’échelle du micromètre, la composition chimique de milieux biologiques, entre autres, et de détecter de façon précoce des pathologies comme la cirrhose du foie par exemple ou des cancers. Mais le synchrotron n’est pas accessible aux hôpitaux du fait de sa taille et de son coût d’utilisation. Par exemple, celui de Saclay a coûté 316 M€ et le coût annuel d’entretien de la ligne de lumière infrarouge est de l’ordre d’1 M€.

En remplaçant le synchrotron par un laser de table ayant les mêmes performances – voire davantage – tous les hôpitaux pourront s’équiper à moindre coût, les patients pourront bénéficier de diagnostics précoces et leurs pathologies pourront être prises en charge à temps.

Sébastien Février vient de publier les résultats de ses travaux de recherche dans la prestigieuse revue scientifique internationale dédiée à l’optique « Optica » : Supercontinuum-based Fourier transform infrared spectromicroscopy, Optica, mars 2017.

Cette recherche a été conduite en collaboration avec le synchrotron Soleil de Saclay et la société Novae, une start-up créée en 2013 par des chercheurs de l’Université de Limoges dont Sébastien Février. Cette société vise des marchés tels que l’imagerie laser pour le médical et la biologie. Afin de profiter au mieux du potentiel que recèle cette démonstration de principe, la société Novae propose maintenant une version commerciale du laser.

Référence de l’article :
Supercontinuum-based Fourier transform infrared spectromicroscopy, Optica, mars 2017
Borondics1,*, M. Jossent2, C. Sandt1, L. Lavoute3, D. Gaponov3, A. Hideur4, P. Dumas1, and S. Février2,*
1 Synchrotron Soleil, L’Orme des Merisiers, Saint-Aubin – BP48, 91192 Gif-sur-Yvette CEDEX, France
2 Univ. Limoges, CNRS, XLIM, UMR 7252, 87000 Limoges, France
3 Novae, ZI du Moulin Cheyroux, 87700 Aixe sur Vienne, France
4 CORIA UMR 6614, Normandie Université, CNRS-INSA-University of Rouen, 76801 Rouen, France

*Corresponding author: