Arts du faire

La sémiotique s’est constituée comme discipline autonome en faisant des choix méthodologiques précis. La sémiotique de Greimas en particulier s’est consacrée à l’énonciation énoncée. Elle a choisi d’observer la textualité même, les traces de la production textualisées et non les pratiques qui les ont produites.
Or la compréhension des œuvres d’art suppose qu’on ne les analyse pas seulement comme des textes mais qu’on tienne compte de leurs substances et matérialités, du modus operandi et du temps de l’élaboration, toutes dimensions rapportées, non pas à une instance désincarnée, mais à un acte corporel de production.
L’enjeu de ce dossier est donc de déplacer l’attention du texte vers les pratiques pour envisager l’analyse des arts de la production, les arts étant donnés pour des synonymes d’habiletés et de savoir-faire.

3 et 4 mars 2006

Sous la direction d’Anne Beyaert-Geslin, Maria Giulia Dondero et Jacques Fontanille