Archives ouvertes


Pourquoi diffuser dans HAL ?

L’article 30 de la loi pour une République numérique vous autorise, en tant qu’auteur de l’article, à déposer et diffuser dans HAL le manuscrit accepté pour publication. Et ce quel que soit le contrat signé avec l’éditeur. De fait, la plupart des éditeurs acceptent le dépôt des articles dans une archive ouverte. Certains éditeurs même acceptent ou recommandent le dépôt de la version publiée (PDF éditeur).

HAL permet d’élargir la visibilité des travaux scientifiques :

Les articles déposés dans HAL sont visibles dans les moteurs de recherches et portails suivants :

  • Google et Google Scholar pour l’ensemble des disciplines (plus de 80 % des consultations d’articles sont faites à partir de Google et Google Scholar)
  • PubMed et PubMed Central pour les sciences du vivant, avec des liens directs vers les dépôts HAL.
  • BASE (Université de Bielefeld – Allemagne)
  • etc.

Il est aussi possible de transférer vos dépôts HAL vers les archives ouvertes ArXiv, PubMed Central et RePec, pour encore plus de visibilité.

HAL permet d’augmenter l’impact scientifique de vos travaux :

Des études scientifiques établissent une corrélation manifeste entre le taux de citations et dépôt en archive ouverte ou libre accès; un article visible dans une archive ouverte est 2 fois plus cité qu’un article non déposé.

HAL permet un gain de temps, en vous évitant la double voire multiple saisie :

Une saisie unique dans HAL permet d’alimenter :

  • Les bilans bibliographiques HCERES
  • Vos rapports d’activité :

– CRAC : le système HAL est interconnecté avec l’application CRAC, c’est à dire que les chercheurs ayant rentré leurs publications dans HAL retrouvent la liste de ces dépôts dans la fiche chercheur.
– RIBAC (Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités des Chercheurs en SHS).

  • Votre CV dans HAL.
  • Votre page web : soit en insérant un lien vers la page HAL de vos publications, soit en intégrant directement cette page dans votre site web ou sur le site de votre laboratoire.
  • La collection HAL de votre laboratoire, de votre équipe, de vos tutelles (Rennes 1, CNRS, Inserm, etc.)
  • Les archives ouvertes spécialisées : ArXiv, PubMed CentralRePEC.
  • EndNote, Zotero : export de notices HAL dans vos gestionnaires de bibliographies.

Déposer dans HAL, c’est apporter une protection juridique à vos travaux : 

  • Conservation des droits d’auteur : tout document publié dans une archive ouverte est protégé par le droit d’auteur.
  • Datation certifiéeHAL permet d’établir l’antériorité scientifique (date du dépôt) et la paternité du document (identifiant unique).

Déposer dans HAL, c’est garantir la pérennité des fichiers et des accès : 

  • Pérennité des liens : URL uniques pérennes permettant des citations stables de ses travaux.
  • Pérennité des fichiers et des formats : tous les documents déposés dans HAL sont dupliqués sur les serveurs du CINES, ce qui garantit l’accès à long terme aux fichiers, ainsi que la pérennité des formats.
  • Les sites web des laboratoires et pages personnelles de chercheurs : n’offrent pas les mêmes garanties (combien de pages personnelles de chercheurs ne sont plus accessibles au bout de x années ?).

Déposer dans HAL, c’est garantir un accès libre et gratuit à la recherche

  • Les chercheurs et enseignant-chercheurs produisent de la recherche financée sur fonds publics, écrivent des articles, évaluent gratuitement d’autres travaux (comités de lecture), fournissent le plus gros du travail de mise en forme.
  • Les universités n’arrivent plus à maintenir leurs budgets d’acquisition de revues, qui plus est dans un contexte de crise. Augmentation phénoménale du coût des abonnements (+ 302 % contre + 82 % pour indice des prix à la consommation, de 1986 à 2005).