Chaire Capital Environnemental et la Gestion Durable des Cours d'Eau

De 2013 à 2018

Sous la coordination de James Linton

 

 

Jamie LINTON

Responsable scientifique

05 55 43 55 04

Présentation

Les enjeux environnementaux s’imposent désormais à tous les acteurs du développement et se déclinent à toutes les échelles territoriales. A cet égard, à la fois de par leurs multiples fonctions et leur dimension multi-scalaire, les cours d’eau et leurs bassins versants méritent une attention toute particulière. Plus encore, en ce qu’ils concentrent d’enjeux économiques, sociaux, politiques et environnementaux, les bassins versants et vallées équipés de barrages hydroélectriques peuvent susciter des conflits spécifiques. Ils constituent donc des objets et terrains d’études pertinents pour analyser ces tensions et au-delà, leurs modalités de régulation ou de gestion, notamment territoriale.

Chaire3
Chaire2
Chaire1
Chaire9
Chaire8
Chaire7
Chaire6
Chaire5
Chaire4

 

Dans cette perspective, le laboratoire GEOLAB UMR 6042 CNRS (UBP Clermont-Ferrand-Université de Limoges), la la SHEM, et la Fondation partenariale de l’Université de Limoges ont initié un programme de recherche intitulé « capital environnemental et gestion durable des cours d’eau »

 

Le programme scientifique et les terrains d’études :

La mise en oeuvre du programme scientifique repose sur une Chaire de recherche d’une durée de 5 ans, appliqué prioritairement à deux « rivières pilotes » : la Dordogne et la Têt (Pyrénées Orientales). La recherche sera effectuée dans une série d’études menées par des chercheurs de niveau doctoral et postdoctoral associés à la Chaire. Les principaux objectifs du programme de recherche sont les suivants :

  1. Développer de nouveaux outils et approches pour la gestion des cours d’eau caractérisés par des installations hydroélectriques.
  2. Etudier, de façon critique, les concepts clés qui sous-tendent la gestion des cours d’eau dans le but d’améliorer l’applicabilité de ces concepts.

Les résultats recherche seront diffusés principalement par le biais d’une série d’ateliers organisés par la Chaire et par la publication d’articles scientifiques dans des revues françaises et internationales.