Dynamiques et diversité des Circuits-courts agro-alimentaires en Limousin
Une approche pluridisciplinaire

Frédéric Richard

Référent scientifique


Depuis 2010 :

Les circuits courts agroalimentaires (CCAA) et/ou de proximité désignent les modes de commercialisation des produits agricoles (transformés ou non) comptant, au plus, un intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Mobilisés par diverses politiques publiques (développement durable, agriculture, développement territorial, etc.), très médiatisés et faisant l’objet d’un apparent consensus, les circuits courts ne constituent un objet scientifique que depuis peu. De nature fondamentalement géographique celui-ci ne peut, pour autant, être appréhendé qu’à travers un prisme d’analyse pluridisciplinaire que nous proposons d’appliquer au cadre limousin. Au-delà de l’état des lieux de la production statistique et géographique des productions agricoles écoulées par la voie des circuits-courts (à l’aide d’une enquête de terrain et des résultats du Recensement Agricole 2010), le programme visera à l’interpréter à l’aune, certes des potentiels agro-climatiques des territoires infra-limousins, mais également des autres facteurs d’émergence et de développement de ce mode de commercialisation.

CC2
cc3
cc4
cc5
cc6
cc7
CC1

A cet égard, un certain nombre d’hypothèses en lien avec les évolutions sociodémographiques des territoires pourront être testées. Mais surtout, il s’agira de mettre en lumière les processus de construction de la « proximité » (ou des proximités) entre producteurs et consommateurs : proximités de lieu, proximités sociales, proximités distantes, proximités organisationnelles, etc. Dans cette perspective une analyse du discours des acteurs (producteurs, consommateurs, institutions) sera produite, en particulier à l’aide du logiciel ALCESTE (logiciel d’analyse lexical).

 
Ce programme de recherche repose sur divers partenariats.

Le premier, porté par la Draaf Limousin et le Conseil Régional du Limousin, a permis d’obtenir un financement du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Le second associe les équipes E.A. 2252 Ruralités, 2249 CRIEF de l’université de Poitiers, et EA4332 CREOP et UMR 6042 CNRS GEOLAB de l’université de Limoges. Il a obtenu le soutien financier du PRES Limousin-Poitou-Charentes.

Ces deux programmes avaient été précédés de travaux préparatoires dans le cadre de mémoires des masters du département de géographie.

 
Premiers résultats des travaux.

La thématique des circuits courts est très médiatique. Ce terme recouvre une grande diversité de pratiques : qu’y a-t-il donc de commun entre la vente en paniers, la plus médiatisée, les magasins et marchés de producteurs ainsi que les modes de vente les plus traditionnels que sont la vente au détail, la vente à la ferme, les marchés et les tournées ? Le travail en cours est consacré au Limousin et s’appuie sur l’analyse des discours des consommateurs, producteurs, distributeurs et institutionnels ainsi que sur une enquête complémentaire au Recensement Agricole – Circuits courts en Limousin – menée par la Draaf (Direction régionale de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt) auprès d’un échantillon de 500 exploitants représentatifs des 1 400 exploitants limousins pratiquant les circuits-courts.

Les premiers résultats indiquent que les circuits-courts s’appuient beaucoup sur la proximité relationnelle (rôle de l’interconnaissance), que la concentration géographique des consommateurs et des producteurs joue un rôle ambigu et que l’institutionnalisation des circuits courts se heurte à une forte diversité sociologique, productive et commerciale.

L’analyse sociologique permet en outre d’identifier des profils sur-représentés parmi les exploitants en circuits-courts par rapport à la population des exploitants tous modes de commercialisation confondus : les femmes, les moins de 40 ans, les exploitants qui ne sont pas nés en Limousin, ceux qui ont ni parents ni grands-parents agriculteurs, ceux qui ont un diplôme bac + 2 ou supérieur ainsi que ceux qui se sont installés en agriculture biologique. Ce renouveau de la population agricole continue à faire évoluer les normes du milieu agricole…