Patrimoine, Corpus, Création


Responsables

Eric Sparhubert

Maître de Conférences, Histoire de l'art ancien et médiéval


Cécile Auzolle

Maître de Conférences HDR , Histoire contemporaine- Université de Poitiers

L’axe « Patrimoine, corpus, création » souligne l’ancrage du Criham dans la vie culturelle  régionale, nationale et internationale à travers ses partenariats scientifiques et professionnels. Il interroge les liens entre création et institutions culturelles et patrimoniales de l’Antiquité jusqu’à nos jours.
Si, en sciences humaines, le terme « patrimoine » véhicule une connotation de transmission, de conservation et de valorisation, la question patrimoniale est mise en dynamique par les chercheurs du Criham avec les travaux les plus récents des historiens, historiens de l’art, historiens de la musique et  historiens des politiques culturelles. La temporalité de la transmission de l’art au sein de la société est identifiée de manière plurielle par les notions de « publics » ou de « communautés ».La notion de corpus est, quant à elle, envisagée dans sa dimension possiblement trans-historique et -géographique de rassemblement de sources autour d’un artiste, d’un architecte, d’une école, d’une institution, d’un mécène, d’un édifice.

 
Le processus de création de l’œuvre (monumentale, plastique, gravée, sculptée, photographique, picturale, musicale, théâtrale) est abordé sous l’angle de la commande, de la collection, des emprunts aux cultures et époques exogènes comme endogènes. Les rapports que les arts visuels entretiennent avec les images d’archives sont pris en compte en ce qu’ils représentent l’histoire traumatique de la période contemporaine (guerres, génocides) et soulèvent des problématiques liées à leur conservation et à leur valorisation. La réception en tant que dispositif qui relève d’une élaboration politique, sociale, etc., s’inscrit dans les phénomènes historiques et anthropologiques : les institutions, leur rôle dans la formation des savoirs artistiques, dans les processus de création, l’interprétation en concert des musiques anciennes, les collaborations entre plasticiens et musiciens, comme les interactions entre architectes et photographes à la période contemporaine, les questions liées au genre ainsi que la transmission des musiques traditionnelles dans le cadre de la francophonie.
 
En effet, comment le passé interagit-il dans le présent ? Que disent la muséographie, la programmation de concerts et de spectacles, l’épanouissement du patrimoine oral et immatériel, notamment dans notre région Nouvelle-Aquitaine des musiques traditionnelles, ou encore l’utilisation des images photographiques, de nos rapports au passé – lointain ou proche – dans le temps présent ? Comment rendre compte et produire des outils de compréhension, de contextualisation et d’analyse ? Comment les publics s’approprient-ils les corpus définis et éclairés par les chercheurs ? Comment les problématiques de destruction, de conservation, de sauvetage, mais aussi de tourisme patrimonial et éco-durable mettent-elles en œuvre les notions de mémoire collective et de culture sensible ? Quel est le rôle des politiques culturelles et patrimoniales dans ces relations complexes entre recherche, préservation ou réhabilitation et communication ?
 
Les interactions entre patrimoine, corpus et création sont étudiées à travers les monuments, les objets, les espaces (écoles, fêtes, concerts, représentations, expositions, liturgies laïques et religieuses, festivals…), et les supports que sont le dessin, l’estampe, la photographie, la bande dessinée, la musique, l’art lyrique, la vidéo ou le film, ainsi que les installations d’art contemporain dans le spectacle vivant.