Vendredi

Mes chères tantes,

Ma chère Blanchette,

On ne sait plus comment on vit et je crois bien avoir daté mon mot d'hier de vendredi, enfin cela n'a pas d'importance. J'ai reçu aujourd'hui la lettre de Blanche du six courant, et je vois que notre Ninise s'amuse avec ses jouets et par conséquent gentille. Sa petite soeur. elle, est plus diable, et ne reste pas bien tranquille. C'est qu'elle se porte bien, et c'est déjà un résultat qu'elle marche et trotte bien. Vivement le bonheur de vous voir toutes et de pouvoir jouer avec mes deux mignonnes. Ici toujours la même vie, beaucoup de boulot, le soir je vais bavarder un peu avec mes propriétaires qui m'offrent le vin blanc, puis je vais lire un peu au lit et le matin le bonhomme me réveille et... on remet cela ! Espérons qu'il n'y en a plus pour trop longtemps de cette existence. Embrassez bien, mes petites chéries pour moi chéries pour moi. Je termine, mes chères tantes et ma chère Blanchette, en vous embrassant toutes mille fois de tout coeur.

Votre bien affectionné

Simon

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataires :
Blanche Jeanjean, Lucie Jeanjean, Pauline Jeanjean et Célestine Jeanjean
Lieu d'envoi :
Edenkoben

Images

  • Edenkoben - Waldhaus

  • Edenkoben - Waldhaus

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, Edenkoben - Waldhaus [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/971> (consulté le 12/12/2018)