Jacques Geninasca, maître à penser1

Peter Fröhlicher

  • Université de Zurich

Index

Articles du même auteur parus dans les Actes Sémiotiques

Mots-clés : dialogisme, saisie, sémiotique littéraire

Auteurs cités : Jacques GENINASCA

Texte intégral

Au début des années soixante, dans le cadre des études de littérature romane, à Zurich, nous pratiquions la philologie et la critique thématique, peu attractives pour nous, étudiants. C’est à cette époque que fut nommé Jacques Geninasca. Immédiatement, nous sentîmes que son enseignement ouvrait de nouveaux horizons, car plutôt que de dresser des listes de figures rhétoriques ou de parcourir les œuvres à la recherche de certains thèmes, il nous faisait réfléchir à l’organisation du texte conçu comme un tout cohérent.

Son enthousiasme était contagieux, ses recherches stimulantes et ses idées furent très bien accueillies par  les étudiants. Il était question de Jakobson, Propp, Lévi-Strauss, Barthes, ou encore Greimas, qui évidemment n’avaient jamais été mentionnés dans les autres cours. Jacques Geninasca présentait ces nouveaux modèles et concepts dans une perspective critique, soulignant leurs aspects problématiques, leurs incohérences ou leurs insuffisances. Ses cours étaient des lieux et des moments d’intenses débats. Il n’était jamais question d’appliquer une méthode, mais de réfléchir à la validité opératoire de propositions théoriques.

Note de bas de page 2 :

 Paris, Larousse, 1973.

Jacques Geninasca élabora sa sémiotique littéraire en s’opposant ou du moins en prenant de la distance avec les théoriciens susmentionnés. Il ne ménageait pas non plus la critique traditionnelle. Je me souviens bien à quel point nous aimâmes son deuxième livre sur Nerval, intitulé Discourspoétiqueetdiscourscritique2, notamment pour son irrévérence envers les autorités critiques nervaliennes de l’époque.

Devenu son assistant, j’eus le privilège de suivre de près l’évolution de sa sémiotique littéraire. Il observait attentivement, mais avec une certaine réticence, l’élaboration de la sémiotique narrative et de la socio-sémiotique de l’Ecole de Paris. Ses échanges critiques permanents avec Greimas ne l’empêchaient d’ailleurs pas d’entretenir avec lui une solide amitié. Chaque année, il intervenait dans le cadre de son séminaire parisien et ne cachait pas ses doutes quant à certains concepts, comme le carré sémiotique ou le parcours génératif. Ainsi, il choisit de ne pas construire le sens du texte littéraire à partir de structures prédéterminées – antérieures au texte – et de ne pas réduire la multiplicité des contenus à quelques catégories considérées comme universelles. Ce dialogue avec Greimas eut lieu non seulement dans le cadre du séminaire parisien, mais aussi à Semione – ce village tessinois où Jacques possédait une maison de vacances, sa retraite intellectuelle, dont il paraissait avoir inventé le nom.

S’il ne faisait pas confiance aux théories à la mode, sémiotiques ou non, Jacques Geninasca  croyait fondamentalement aux vertus de l’œuvre littéraire. En effet, sa théorie naquit de l’analyse patiente des textes. Ses premières études furent ainsi consacrées à la poésie hermétique, celle de Mario Luzi, mais surtout celle des Chimères de Nerval. Cette œuvre est d’ailleurs devenue presque l’emblème de sa réflexion sur l’organisation du texte. Le retour à Nerval dans son dernier article, publié l’an dernier sous le titre « Parallélisme et règles du jeu herméneutique », semble significatif, puisqu’il clôt son travail critique, exceptionnellement cohérent.

La « grille taxique » du sonnet, les quatorze vers répartis en deux quatrains et deux tercets, permet de définir des positions comparables, occupées par des syntagmes parallèles, entre lesquels s’instaurent des équivalences sémantiques. Ces relations – interprétées comme des transformations et inscrites dans un ordre hiérarchique – rendent compte de la nature discursive du texte, c’est-à-dire de sa signification. C’est à partir de l’analyse de sonnets que naquit sa conception du texte comme objet (aussi) spatial, susceptible d'être soumis à la segmentation. Loin de n’être qu’un simple exercice de découpe du corps textuel, la réflexion sur son organisation mettait en évidence les opérations qui « établissent le texte comme discours ».

Si, pour certains, le livre Del’Imperfection de Greimas marque un tournant de la sémiotique discursive, il convient de rappeler que depuis les années quatre-vingt, Jacques Geninasca introduisait des concepts théoriques pour distinguer différents types de « saisies »,  esthésiques et esthétiques. Pour lui, la lecture comme « performance énonciative » implique la conversion du lecteur à la « valeur des valeurs », c’est-à-dire à la dimension du croire. Ici entre en jeu le dialogisme du texte littéraire. Ce concept devient une sorte d’interface entre les catégories de l’énoncé et celles de l’énonciation. – Et c’est un bel exemple de la correspondance qui s’établit, souvent de manière surprenante, entre les diverses questions théoriques prises en considération.

Note de bas de page 3 :

 Racine, Phèdre, acte I, scène 3, vers 273.

Note de bas de page 4 :

 J. Geninasca, La Parole littéraire (ch. VI, « Le regard esthétique », à propos de Stendhal, Rome, Naples et Florence),  Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Au défi du texte difficile répond en écho celui du texte « facile », si une telle chose existe en  littérature, comme le vers de Racine « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue »3. Ou l’analyse désormais célèbre d’une page des carnets de voyage de Stendhal, où la description d’un paysage de l’Apennin devient, grâce à la lecture de Jacques Geninasca, une véritable leçon d'esthétique4.

Jacques Geninasca reconnaît la solidarité entre, d’une part, les modes fondamentaux d’interactions humaines du marché et de l’échange qui sont l’objet de nombreux récits et romans, et, d’autre part, deux modes de signification ou de rationalité, pratique et mythique, correspondant à deux types de discours. Ainsi, la sémiotique discursive de Jacques Geninasca intègre dans un modèle homogène l’analyse de l’énoncé et celle de l’énonciation. En d’autres termes, elle permet de coordonner les perspectives étudiées par les théories actantielles des années soixante avec les théories de la voix narrative.

Pour obtenir une vue d’ensemble de l’édifice théorique élaboré par Jacques Geninasca, il suffit de relire l’essai intitulé « Du texte au discours et à son sujet », l’un des chapitres théoriques les plus passionnants et les plus ambitieux de La Parolelittéraire. Mais il serait difficile, voire impossible, de citer le moindre essai qui ne montrerait pas au lecteur des correspondances inattendues et qui ne produirait pas d’effets de surprise.

L’étude de l’énumération est en cela un bon exemple : simple figure de style selon la rhétorique classique, elle devient pour Jacques Geninasca le point de départ d’une réflexion sur la signification et ses procédés. L’énumération considérée comme une collection renvoie à un savoir associatif, impliquant la saisie dite « molaire ». Si, toutefois, on la considère comme un tout, l’énumération actualise la saisie sémantique. A ces saisies correspondent les deux rationalités susmentionnées, inférentielle ou pratique, intégrative ou mythique. Ainsi, selon la théorie de Jacques Geninasca, le phénomène peu étudié de l’énumération se laisse finalement analyser par les mêmes catégories que celles qui sous-tendent l’opposition entre les deux types d'interactions, échange et marché.

Ce sont ces effets de « reconnaissance », de correspondances convaincantes qui procurent une forme de plaisir au lecteur. Il est alors à espérer que les essais de Jacques Geninasca continuent à inspirer la passion chez les jeunes chercheurs, de même que ses conférences captivèrent plusieurs générations d'étudiants, dont nombre d’entre eux firent de lui un véritable et authentique maître à penser.

Notes

1  Version remaniée d’une allocution prononcée le 10 octobre 2010 dans le cadre d’une table ronde de l’Association italienne de sémiotique, « Il testo estetico », organisée à Rome par Isabella Pezzini en hommage à Jacques Geninasca.

2  Paris, Larousse, 1973.

3  Racine, Phèdre, acte I, scène 3, vers 273.

4  J. Geninasca, La Parole littéraire (ch. VI, « Le regard esthétique », à propos de Stendhal, Rome, Naples et Florence),  Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Pour citer ce document

Peter Fröhlicher, « Jacques Geninasca, maître à penser », Actes Sémiotiques [En ligne], 115, 2012, consulté le 27/06/2019, URL : https://www.unilim.fr/actes-semiotiques/2672

Licence

Creative Commons License

CC BY-NC-ND 4.0

Cet article est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International