Mardi

Ma chère Blanchette,

Encore pas de lettre aujourd'hui, et cela jette une ombre sur le bonheur de voir enfin la victoire. On parle que nous allons occuper Cherbourg, en attendant nous sommes dans ce maudit pays où nous n'aurions jamais dû venir. On s'en souviendra de la fin de la guerre. J'ai pu voir dans les journaux de Nancy les conditions de l'armistice. Jamais on aurait cru que les boches acceptent de pareilles conditions. Où est leur morgue d'antan ? On les a c'est le principal, et sans autre, ma chère Blanchette, embrasse bien les tantes et mes deux petites chéries pour moi. Je t'embrasse, ma chère femme, mille fois de tout coeur.

Ton mari qui t'aime.

Simon.

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataire :
Blanche Jeanjean
Note :
Lieu d'envoi incertain
Légende :
La Guerre en Lorraine en 1914-1918 - Gerbéviller - Après le bombardement - L'intérieur de la Chapelle
Editeur :
E. Bastien lib-édit. Lunéville
Lieu :
Gerbéviller
:
Géolocalisation (OpenStreetMap)
Google Street View

Images

  • La Guerre en Lorraine en 1914-1918 - Gerbéviller - Après le bombardement - L'intérieur de la Chapelle

  • La Guerre en Lorraine en 1914-1918 - Gerbéviller - Après le bombardement - L'intérieur de la Chapelle

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, La Guerre en Lorraine en 1914-1918 - Gerbéviller - Après le bombardement - L'intérieur de la Chapelle [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/836> (consulté le 10/12/2018)