ALCOTRANS

CaractĂ©risation des troubles de l’usage de l’alcool en France, au Togo et au BĂ©nin

Ce programme vise à mieux comprendre le Trouble de l’Usage de l’Alcool (TUA), en utilisant des approches variées et combinées, dans l’objectif principal de définir des facteurs pronostiques permettant d’objectiver le trouble et son évolution, et d’intégrer les variabilités individuelles d’expression de ses troubles directs et induits.

Les moyens utilisés consistent en une caractérisation phénotypique des populations étudiées par des évaluations cliniques, psychologiques, biologiques mais aussi environnemental. En effet, la mesure d’indicateurs biologiques représentant les mécanismes pathogéniques apportera un complément de premier plan (et innovant) permettant d’objectiver la maladie.

Pour enrichir cette caractérisation, nous prendrons en compte les spécificités d’interaction avec l’environnement social et culturel des sujets malades, au niveau sensoriel et perceptif, qui sont déterminants dans la façon de s’adapter au milieu ambiant, mais aussi en considérant les représentations culturelles et le stigma perçu des patients. Très peu de données existent sur ces aspects du TUA en France. Dans le contexte social actuel marqué par une population multiculturelle dont une partie importante est originaire d’Afrique de l’Ouest y compris en Nouvelle Aquitaine, il nous paraît utile pour mieux comprendre le rôle des interactions sociales et de l’influence de la culture sur la symptomatologie des personnes souffrant de TUA, de nous intéresser à la fois à la caractérisation de ces troubles en France mais aussi dans des populations de l’Afrique subsaharienne. Cette caractérisation des sujets TUA est indispensable pour optimiser les stratégies de prévention, de dépistage, et de soins adaptés à la population multiculturelle française.

Cependant, comparativement à la France, il existe encore moins de données en population générale en Afrique subsaharienne sur les caractéristiques épidémiologiques des sujets présentant un TUA (genre, âge, milieu social…) et les déterminants qui y sont associés. Le profil sensoriel n’est pas bien connu dans le monde, très peu en psychiatrie, pas du tout en addictologie, et totalement inconnu dans les populations d’Afrique subsaharienne. Les valeurs des taux de marqueurs d’altération neuronale (S100 beta, NSE et BDNF) sont totalement inconnues selon l’environnement de vie, et aucune étude n’a été menée en Afrique concernant ces indicateurs biologiques.

Ce projet vise donc à identifier les caractéristiques de sujets présentant un TUA en France, et dans deux pays d’Afrique subsaharienne (le Bénin et le Togo), grâce à une approche établissant des profils socio-démographiques et cliniques, sensoriels, biologiques et sociaux (stigma et représentations socio-culturelles).


Nos partenaires :
Catherine Toure (ONG RAPAA), Pr Didier Koumavi Ekouevi (Laboratoire CARESP), Pr Marc Auriacombe (SANPSY, Bordeaux), Pr Nematollah Jaafari (Poitiers), LEMACEN (BĂ©nin)

--
© UMR Inserm 1094 NET - 2 rue du Dr Marcland, 87025 LIMOGES Cedex - Tél. : 05 55 43 58 20 - Fax : 05 55 43 58 21