Informations aux femmes enceintes

Pourquoi le cytomégalovirus ?

Le  cytomégalovirus  est  un  virus  de  la  famille  des  virus  herpès,  responsable  d’infections  le  plus  souvent  inapparentes  chez  les  jeunes  enfants  et  les  adultes  jeunes.  Ce  virus  persiste  toute la vie après la première infection, et peut  se réactiver, en général de façon silencieuse.   Dans  nos  régions,  une  personne  sur  deux  environ est infectée. Le virus circule de manière  naturelle  dans  la  population,  surtout  chez  les  jeunes enfants.

CMV
maternofoetal

Si  vous  êtes  infectée  par  le  virus  pendant  la  grossesse,  celui‐ci  peut  passer  la  barrière  placentaire  et  infecter  votre  bébé  pendant  son  développement.  On  parle  alors  d’infection congénitale  de  votre  enfant  par  le  cytomégalovirus.

Environ  un  nouveau‐né  sur  100  est  infecté.  Parmi ces enfants, seul un sur 10 sera malade.   L’infection  à  Cytomégalovirus  reste  néanmoins  la  première  cause  virale  d‘anomalies  congénitales. De plus, les conséquences de la maladie sur les  enfants  atteints  justifient  des  mesures  de  prévention.

Le  Cytomégalovirus  peut  provoquer  des  anomalies  variées,  dont  les  plus  graves  touchent le cerveau et peuvent entraîner le plus  souvent  une  surdité,  associée  ou  non  à  des  anomalies  de  la  vision  ou  un  retard  du  développement  psychomoteur.  Ces  anomalies  peuvent apparaître dès la naissance mais aussi  plus tard, dans les premières années de vie.  Si  à  ce  jour  le  diagnostic  peut  être  porté  de  façon fiable, il est encore impossible de prédire  de façon fiable la gravité des séquelles.

En  cas  de  première  infection  maternelle,  la  transmission  du  virus  a  lieu  dans  1/3  à  la  moitié des cas.   Le risque est 10  fois plus  faible s’il s’agit d’une  deuxième  infection  chez  la  maman  ou  d’une  réactivation  de  son  infection  ancienne.  Cependant  dans  une  population  où  le  virus  circule  beaucoup  les  réinfections  sont  plus  fréquentes.

Il faut donc avant tout éviter de faire une première infection pendant la grossesse, mais aussi éviter de se réinfecter.

A  ce  jour  aucun  traitement  n’est  disponible  pour  empêcher  la  transmission  de  la  future  maman  à  bébé.
Il reste donc deux possibilités :

  •   Prévenir l’infection chez les futures mamans
  •  Traiter l’infection chez le nouveau­-né

Le  traitement  de  l’infection  congénitale  à  Cytomégalovirus  est  encore  très  limité.  Il  repose  sur  l’appareillage  par  implant  pour  la  surdité  (il  faut  la  dépister  tôt  et  répéter  les  dépistages  jusqu’à  18  mois  au  moins  chez  les  enfants  infectés)  et  sur  le  traitement  antiviral.  Ce  traitement est long (au moins six semaines)  et  peut  entrainer  une  baisse  des  globules  blancs.  Il  est  donc  limité  aux  enfants  atteints  dès la naissance.

La prévention est donc essentielle.

La prévention s’adresse à l’ensemble des futures mamans en contact avec des enfants.

En  effet,  même  sans  être  malades,  une  grande  proportion  des  jeunes  enfants  est  infectée  et  risque de transmettre le CMV à l’entourage.  Les  femmes  enceintes  les  plus  à  risque  de  transmettre le  CMV à leur  bébé  sont  celles  qui  font  leur  première  infection  pendant  la  grossesse.  C’est  donc  d’abord  à  celles  ci  que  s’adresse la prévention.   C

Le meilleur moyen de prévenir l’infection pour  la  future maman  en  présence  d’un  jeune  enfant est d’éviter le contact avec :

  • ses larmes
  • sa salive
  •  ses sécrétions nasales
  •  ses urines
  • ses selles

et de se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon, ou avec une solution hydro alcoolique, sans renoncer pour autant à  le câliner.

Ces mesures d’hygiène sont recommandées par les autorités de santé françaises.

resistances

START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH