Contrexeville 18 janvier

Ma chère Blanchette,

Toujours pas grand chose de nouveau. En attendant le temps passe. Car cela ne va pas très vite. Il faut dire qu'ils ne font rien sauf de loin en loin, des bains de pieds. Il paraît qu'il n'y a pas de remède, qu'il faut attendre que le sang revienne dans les parties gelées. Je crois que les médecins ne savent pas eux-mêmes ce que c'est que cette maladie. Il faut dire qu'avant la guerre elle était inconnue. Une seule chose, c'est qu'il faut du repos, dès le début de la maladie, et cette année, ils évacuent les pieds gelés aussitôt alors que l'année dernière ils attendaient jusqu'à ce soit grave si bien qu'il était trop tard, et qu'il fallait couper les doigts quand ce n'était pas le pied. En attendant je me passionne sur "La porteuse de pain". 450 pages : il y a de quoi lire ! Sans autre, embrasse bien ma petite poupée pour moi. Je t'embrasse de tout coeur.

Ton mari qui t'aime.

Simon.

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataire :
Blanche Jeanjean
Lieu d'envoi :
Contrexéville
Date :
18 janvier 1916
Note :
Texte sur toute la surface
Légende :
Contrexéville - Le Casino. - Le Théâtre
Editeur :
L.L. - Numéro de série : 46
Lieu :
Contrexéville
Note :
'L.L.' à la suite du titre

Images

  • Contrexéville - Le Casino. - Le Théâtre

  • Contrexéville - Le Casino. - Le Théâtre

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, Contrexéville - Le Casino. - Le Théâtre [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/479> (consulté le 14/12/2018)