Vendredi 14 janvier

Ma chère Blanchette,

Je reçois ta lettre du 12. Tu vois elle ne mettent pas longtemps ! Comme toi je crois que c'est une blague, les 5 FRF de la Julie. Mon père lui aura dit de me les envoyer, elle lui aura dit que c'était fait, et le tour est joué.Je te remercie bien de m'écrire souvent. Malgré tout on s'ennuie loin des siens. Et comme je voudrais entendre notre petite bavarde de Ninise qui ne disait pas encore grand chose quand je suis parti. C'est triste d'avoir des enfants, et de ne pas les voir pousser, d'être là bêtement couché à perdre son temps, au lieu de gagner sa vie ! Espérons qu'un jour tout cela finira et qu'on reprendra notre vie d'autrefois. En attendant, j'aurais le bonheur pendant sept jours d'y goûter un peu. Quand, je n'en sais rien, car cela ne va pas encore fort. Je me lève pour manger et je me re couche le soir après la soupe, car je n'aime pas beaucoup manger au lit qu'on remplit de mie de pain. Je termine en vous embrassant de toutes de tout coeur.

Simon.

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataire :
Blanche Jeanjean
Lieu d'envoi :
Contrexéville
Date :
14 janvier 1916
Note :
Texte sur toute la surface
Légende :
Contrexéville - Mécanothérapie (Appareil du Dr Bidoux)
Editeur :
I.P.M. Paris - Numéro de série : 35
Lieu :
Contrexéville

Images

  • Contrexéville - Mécanothérapie (Appareil du Dr Bidoux)

  • Contrexéville - Mécanothérapie (Appareil du Dr Bidoux)

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, Contrexéville - Mécanothérapie (Appareil du Dr Bidoux) [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/476> (consulté le 14/12/2018)