La Bourboule 3/2/15

Mes chères tantes

Je reçois votre lettre de dimanche à l'instant. En ce moment il dégèle, ici, mais il a fait très froid et il est tombé beaucoup de neige. Il est vrai que nous sommes dans les montagnes. Cela va beaucoup mieux. Depuis hier comme depuis 8 jours je n'ai plus d'albumine, je mange au grand régime. Il n'était que temps. Je ne mangeais plus que du pain. Je joins à ma lettre une coupure de l'Echo de Paris. Notre pauvre cathédrale ! Ils veulent la faire sauter les cochons. Mais combien il faut s'estimer heureux, que vous soyez à Paris. Vous voyez-vous déporté dans un camp en Prusse ! Vous voyez qu'il ne faut pas regretter d'être venus à Paris ! Qu'est-ce que Melle Brocard est devenue dans tout cela ? - Pour ma fille, il faut faire attention à sa toux. Il ne faudrait pas que cela tourne en bronchite. Embrassez-la bien fort pour moi et moi je vous embrasse toutes de tout coeur. Simon.

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataires :
Lucie Jeanjean, Pauline Jeanjean et Célestine Jeanjean
Lieu d'envoi :
La Bourboule
Date :
03 février 1915 - Le 3 février 1915 était un mercredi
Note :
Texte sur toute la surface
Légende :
l'Auvergne - La Bourboule - Vue générale vers l'Etablissement thermal
Editeur :
M.T.I.L. (trèfle 4 feuilles)
Lieu :
La Bourboule

Images

  • l'Auvergne - La Bourboule - Vue générale vers l'Etablissement thermal

  • l'Auvergne - La Bourboule - Vue générale vers l'Etablissement thermal

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, l'Auvergne - La Bourboule - Vue générale vers l'Etablissement thermal [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/244> (consulté le 10/12/2018)