Jeudi

Ma chère Blanchette,

À l'heure où je t'écris, je n'ai pas encore reçu de lettre. Espérons que cela viendra plus tard. Hier je te disais que je craignais ne pas pouvoir envoyer de cartes, crainte de la censure. Ce matin un ordre annonce qu'elles sont permises et qu'on peut même dire où l'on est etc. Dans ces conditions, inutile de se gêner. Et cela augmentera notre collection de souvenirs de guerre.On parle d'un départ pour dimanche (naturellement), c'est toujours le dimanche qu'on se met en route. Cette fois pour la Bochie ! En attendant, on a toujours beaucoup de travail. Vivement la fin. Ce que je commence à en avoir soupé du métier ! Quand on pense qu'il y en a qui vont rempiler ! J'espère que vous allez toutes bien. Embrasse bien les tantes et mes deux petites chéries pour moi. Je t'embrasse, ma chère femme, mille fois de tout coeur. Ton mari qui t'aime.

Simon.

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataire :
Blanche Jeanjean
Lieu d'envoi :
Niederbronn
Date :
28 novembre 1918 (?)
Note :
Ecrit à la plume

Images

  • Partie aus Bad Niederbronn

  • Partie aus Bad Niederbronn

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, Partie aus Bad Niederbronn [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/1253> (consulté le 12/12/2018)