Podcasts chroniques Sciences en Limousin


Le glioblastome est un cancer du cerveau très agressif contre lequel les thérapies actuelles sont peu efficaces.

Tarek Saidé, doctorant* au laboratoire Captur (Contrôle de L’activation Cellulaire, Progression Tumorale Et Résistance Thérapeutique), travaille sur la conception de tumeur 3 D pour tester des thérapies innovantes contre ce cancer.

Serge Battu et Philippe Cardot, enseignants-chercheurs à l’université de Limoges et chercheurs au laboratoire Captur ont mis au point une machine qui permet de faire du tri-cellulaire via la méthode de Fractionnement par couplage Flux-Force de Sédimentation (SdFFF). Elle permet de trier tous types de particules en fonction de leur taille et notamment des cellules souches. Ils ont été les premiers au monde à trier des cellules souches cancéreuses avec la SdFFF.

Le Laboratoire Havae (Handicap, Autonomie, Vieillissement, Activité, Environnement) travaille sur la préservation de la mobilité des personnes en situation de handicap à domicile. Pour cela l’équipe mène des travaux de recherche dans le but de mieux identifier les mécanismes physiologiques et pathologiques de la perte de mobilité et de performance cognitive chez les sujets qui ont des déficits neurologiques de type AVC, sclérose en plaque et chez les sujets vieillissants.

Délia Arnaud-Cormos, Maîtresse de conférences à l’école ENSIL-ENSCI et chercheuse à XLIM (CNRS-Université de Limoges),  est membre de l’IUF depuis 2018, une reconnaissance de l’excellence de ses travaux. La sélection est effectuée par un Jury international.

Ses recherches portent sur l’interaction des ondes électromagnétiques sur les organismes vivants. 

Romain Marie & Ouiddad Labbani-Igbida d’XLIM ont inventé un logiciel intitulé Graph-based Medial Axis » en 2018. Il permet d’extraire le squelette de forme d’une image en 2 D et d’en avoir une représentation manipulable. 

Pouvoir se déplacer à la vitesse d’un avion, mais au sol et avec la cadence du métro c’est ce que promet l’Hyperloop, un train à propulsion magnétique qui se déplacerait dans un cylindre sous vide et surpasserait les 1 000, voire 1 200 km/h ! De quoi relier Paris et Marseille en une quarantaine de minutes sur le papier. Transpod fait appel à deux laboratoires de l’Université de Limoges, l’IRCer et XLIM, pour mener à bien les recherches autour de ce concept

Dans le cadre du laboratoire commun avec Air Liquide (leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé), Fabrice Rossignol, directeur de recherche CNRS à l’IRCER travaille sur le vaporéformage du gaz naturel (constitué majoritairement de méthane).

Imaginé par Elon Musk, l’Hyperloop est un train supersonique qui se déplacerait dans un tube sous vide à une vitesse de 1000 kilomètres heure. La société canadienne Transpod travaille sur ce projet et fait appel à l’IRCER (Institut de recherche sur les Céramiques), laboratoire de l’Université de Limoges et du CNRS, pour sa recherche et développement.

L’IRCER a mis au point un liant géopolymère anti-feu à partir d’argile issue des excavations de la construction du laboratoire souterrain du site Cigéo. Il a ainsi trouvé un moyen de recycler des millions de mètres cubes d’argile tout en proposant une solution innovante.

Ariane group a fait appel à l’IRCER (Institut de Recherche sur les Céramiques de l’Université de Limoges et du CNRS) pour tester certains matériaux de la fusée Ariane 6. Alain Denoirjean, Directeur de recherche CNRS à l’IRCER, spécialiste des procédés de traitement de surface, a conduit avec ses collaborateurs, les tests de matériaux sous conditions extrêmes.

Thierry Chartier, Chercheur CNRS à l’IRCER, a reçu en 2017 le prix de l’innovation de la Fédération européenne des sociétés de matériaux, en 2018 la médaille de l’innovation du CNRS pour ses recherches sur les technologies additives. Il a développé il y a 25 ans la stéréolithographie.

Le cancer colorectal : 43 000 nouveaux cas et 17 000 décès par an en France. C’est le 3ème cancer le plus fréquent chez l’homme après le poumon et la prostate et le 2ème cancer chez la femme après le cancer du sein.

Niki Christou, chirurgien digestif spécialisée en cancérologie colorectale au CHU, et chercheuse au laboratoire CAPTuR de l’Université de Limoges, étudie des moyens de diagnostic précoce de cette maladie.

La maladie de Charcot-Marie-Tooth est une neuropathie rare d’une grande complexité génétique : les nerfs périphériques, nerfs qui relient la moelle épinière aux muscles, sont atteints entraînant une faiblesse musculaire et une perturbation de la sensibilité, principalement au niveau des pieds et des mains. La maladie de Charcot-Marie-Tooth (CMT) concerne 1 personne sur 2500, soit environ 30 000 personnes en France. 100 gènes impliqués dans l’apparition et la transmission de la maladie de Charcot-Marie-Tooth (CMT) ont été identifiés.

recherche visant à augmenter la durée de vie des reins greffés grâce au programme européen Biomargin coordonné par Pierre Marquet, directeur du laboratoire « Pharmacologie et transplantation   (INSERM-CHU-Université de Limoges).
 

Le Centre de Droit et d’Economie du sport a mené une étude commandée par le ministère des sports, le CNO, la ligue nationale de basket et le syndicat national des entraineurs, sur les différents modèles d’organisation du sport, en particulier sur les ligues fermées.

Comment prévenir les générations futures de l’existence de déchets enfouis et comment élaborer une signalétique propre à dissuader toute personne de s’introduire dans les sites d’enfouissement de déchets radioactifs au cours des prochains millénaires ? C’est à ce défi que tentent de répondre les chercheurs du Centre de Recherche Sémiotiques de l’Université de Limoges dans le cadre du programme Mémoire lancé par l’ANDRA.

Le Centre de Recherche sur l’Entreprise, les Organisations et le Patrimoine de l’UL mène des recherches sur les difficultés des petites entreprises.

Saviez-vous qu’aujourd’hui le système éducatif français est le plus inégalitaire des pays développés et celui où le poids de l’origine social est le plus important ? Choukri Ben Ayed du laboratoire GRESCO de l’Université de Limoges travaille sur les inégalités scolaires et la mixité sociale. Il constate que l’école ne corrige pas les inégalités initiales mais les renforce.

La géocritique est une méthode d’analyse interdisciplinaire qui s’intéresse à l’espace géographique et à ses représentations dans la littérature en les comparant. Cette discipline a été inventée en 1999 par Bertrand Westphal, professeur de littérature comparée et chercheur au labo EHIC de l’université de Limoges. Il est connu dans le monde entier grâce à cette invention et ses livres sont traduits aux USA, en Chine et en Amérique Latine.

Laure Huitema, maître de conférence à l’Université de Limoges et chercheuse au laboratoire XLIM, a remporté la médaille de bronze du CNRS en 2020 pour ses travaux de recherche concernant les composants hyperfréquences. Elle développe des antennes innovantes à base de composants orignaux pour des applications liées à la 5 g ou au domaine spatial notamment au travers du projet européen Masters, et du laboratoire commun Inogyro qu’elle dirige.

P. Gaborit et C. Aguilar, spécialistes universitaires en cryptographie ont mis au point de nouvelles solutions pour crypter les données dans le cadre d’un protocole standard pour sécuriser les données sur internet. Le brevet très généraliste a été déposé en 2010 et contient de multiples solutions qui pourraient être utilisées pour résister à l’attaque d’un ordinateur quantique.

Le projet NEOSPRAM, porté par l’Institut XLIM de l’Université de Limoges et financé par l’Agence Innovation Défense a pour objectif de développer une méthode optique de détection et de classification de bactéries.

François Reynaud de l’Institut XLIM  travaille avec son équipe dans le domaine de l’optique pour l’astronomie.

 ils ont  mis au point un nouvel instrument qui permet de détecter et d’observer des objets astrophysiques (étoiles, exoplanètes, planètes qui sont hors de notre système solaire) qui jusque-là étaient difficilement observables.

.