Couverture

Droit et rock

textes réunis par Wanda Mastor, Jean-Pierre Marguénaud et Fabien Marchadier – 2010

       Face à une musique qualifiée – à tort ou à raison – de perturbatrice, l’État de droit adopte une double posture : tantôt il essaie de refréner ce facteur de subversion qui, au nom de la liberté d’expression notamment, ne saurait bafouer l’ordre public ; tantôt il cherche à protéger cette musique au nom du même fondement. La question des rapports entre la musique rock et le droit embrasse celle, plus classique, de la posture d’un État de droit face à plusieurs intérêts qu’il se doit de concilier.

Une autre vision renvoie cette fois à une acception positive d’une musique qui se mue en alliée de la promotion de la démocratie. Grâce aux musiciens dits « engagés », le rock n’est plus seulement facteur de subversion ou objet de protection ; il est, bien au-delà, vecteur des droits de l’homme.

 

Les animaux et les droits européens

Les animaux et les droits européens

Au-delà de la distinction entre les hommes et les choses

textes réunis par Olivier Dubos et Jean-Pierre Marguénaud, Pédone, 2009.

Entre produits et êtres sensibles, exploitation industrielle et amour anthropomorphique, quelle est la place de l’animal dans l’Europe d’aujourd’hui ? Une partie de la réponse se trouve dans les Actes du Colloque de Limoges.

 

 

Sexe, sexualité et droits européens

Sexe, sexualité et droits européens

Enjeux politiques et scientifiques des libertés individuelles

textes réunis par Olivier Dubos et Jean-Pierre Marguénaud, Pédone, 2007.

Le sexe et la sexualité sont, possiblement, à l’origine de l’humanité et sûrement pour quelque chose dans sa perpétuation. Les questions qu’ils lui posent sont donc de toujours et de partout. Aussi n’y avait-il aucune urgence particulière à les examiner de nouveau. Les deux droits européens, qui se diffusent depuis, Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg, invitaient pourtant très fortement à reparler du sexe et de la sexualité car les principes d’égalité, de libre circulation et de liberté individuelle qu’ils rendent chaque année un peu plus concrets et plus effectifs sont de nature à chasser bien des idées reçues et à cristalliser bien des passions. Des thèmes aussi discutés que l’égalité entre les femmes et les hommes, l’homosexualité, le sadisme, le masochisme, le sado-masochisme, le transsexualisme et la prostitution ont été abordées sans fard sous le double regard du droit du Conseil de l’Europe et du droit de l’Union européenne par des juristes de formation et de sensibilité différentes.

 

Robert SAVY, L’épreuve du temps. Écrits autour du droit public, 1966 – 2006, 424 pages

          coverUn universitaire laisse des traces derrière lui »… Cette phrase suffirait à considérer L’épreuve du temps, écrits autour du droit public comme un recueil traditionnel de textes écrits par un ancien professeur d’université, tel un bilan de sa carrière d’enseignant chercheur.
Une telle analyse est erronée pour l’ouvrage que publie Robert Savy. Retravailler des articles écrits depuis plusieurs années, analyser la pensée qui les traversait, l’interprétation qu’ils ont connue, les replacer dans le contexte actuel, c’est faire avant tout œuvre d’universitaire et donner son rôle à la doctrine. Comment ignorer les grandes questions que le Doyen Savy se posait voici plus de trente ans sur la crise de la légalité, les rigidités du statut de la fonction publique, les enjeux et les limites de la décentralisation, l’évolution des institutions européennes… et qu’il a su faire partager à des générations d’étudiants dans ses disciplines de prédilection, le droit administratif et le droit de l’urbanisme.
Ce n’est pas à un retour sur le passé que nous convie Robert Savy, mais à une relecture du droit et de son rôle dans la société, de la pérennité des questions qui suscitent la réflexion juridique et des valeurs qui forgent l’État de droit.

  Apprendre à douter. Questions de droit, questions sur le droit. Mélanges offertes à Claude Lombois, études réunies par Jean-Pierre MARGUENAUD, Michel MASSE, Nadine POULET GIBOT-LECLERC, 2004, 919 p.

Premier doyen de la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, Claude Lombois est aussi l’un des tout premiers à avoir attaché son nom au droit pénal international qui marque déjà si profondément l’histoire du droit du 21e siècle. Les maîtres de cette nouvelle discipline, ses disciples et ses amis ont tenu à lui témoigner leur fidélité, leur reconnaissance et leur admiration par un ouvrage où se mélangent les points de vue du droit privé, du droit public, de l’histoire du droit, mais aussi de la gestion et de l’économie, sur des questions de droit et des questions sur le droit.