Science-fiction et science juridique

Science-fiction et science juridique

Pierre-Jérôme Delage (dir.), IRJS Editions – 2013.

Actes du colloque organisé par l’association RERDH (Réseau Européen de Recherche en Droits de l’Homme) les 13 et 14 octobre 2011 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges.

 

Le code pénal interdit le clonage reproductif humain, celui de la santé publique prohibe la création d’embryons transgéniques ou chimériques ; le juge administratif refuse la conservation par cryogénisation du corps mort ; à la période où se multiplient les législations sécuritaires, d’aucuns entendent parvenir à détecter par ordinateur les pensées hostiles, prévoir les infractions par informatique, anticiper le crime et le criminel ; aux États-Unis ou en France, et sous l’impulsion des progrès de la robotique et de l’intelligence artificielle, des universitaires commencent à réfléchir au statut juridique des robots ; des textes, nationaux ou internationaux, définissent le terraformage, déclarent la Lune et les autres corps célestes relever du patrimoine commun de l’Humanité.

 

En tous ces lieux énumérés (comme également en d’autres, que le lecteur pourra découvrir au fil de l’ouvrage), le constat s’évince que le droit peut entrer en coïncidence avec l’imaginaire de l’anticipation scientifique : celui d’Aldous Huxley, Isaac Asimov, George Orwell, Herbert G. Wells ou encore Philip K. Dick. C’est exactement à la rencontre de ces deux univers que fut consacré le colloque Science-fiction et science juridique, organisé en octobre 2011 à l’Université de Limoges par l’association RERDH, et dont les actes sont ici recueillis. Une vingtaine d’auteurs (doctorants ou docteurs en droit, maîtres de conférences et professeurs) a accepté de se prêter au jeu – le jeu n’excluant pas le sérieux – de cette interaction, dont la réunion des textes forme une somme originale et inédite.

 Lancement de la chaire d’excellence « Gestion du conflit et de l’après-conflit »

Lundi 9 décembre à 17 h 

Hôtel de la Présidence de l’Université de Limoges  

Pour plus d’infos : Annonce lancement chaire

Des champs de recherche multiples mais articulés : responsabilité pénale des personnes et des entreprises, répression des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des génocides, justice transitionnelle, arbitrages internationaux, gestion mémorielle des conflits.

Actions : formation initiale (étudiants) et continue (professions judiciaires, acteurs économiques), accueil de doctorants, de post-doctorants et d’enseignants-chercheurs, développement d’une « clinique juridique », d’un espace collaboratif ouvert, d’un organe de veille scientifique ; forums, séminaires, symposiums, échanges de pratiques et confrontation d’expériences, expertises et conseils.

Mise en place d’un Centre international de documentation : collecte et analyse de documents et d’archives provenant de tribunaux pénaux internationaux, de la Cour pénale internationale, des juridictions ou commissions non juridiques qui œuvrent dans un esprit de réconciliation nationale, des tribunaux communautaires villageois [Afrique –Gacaca], des ONG et de structures d’ arbitrage. Numérisation des archives, indexation, conservation   et mise à disposition des chercheurs et du public.

La chaire   est placée sous le haut patronage de Carla del Ponte.

Elle bénéficie d’un label onusien Nations Unies/Impact Académie.

Partenariats en cours  avec différentes universités, centre de recherches, établissements historiaux et mémoriaux,  en Europe et hors d’Europe, ONG et juridictions internationales.

Contact :

Fondation partenariale de l’Université de Limoges

Pascal Plas, directeur de la Chaire

Tél : 05 55 14 92 34

Courriel : pascal.plas@unilim.fr

Bureau 315 B

FDSE

 

 

Les politiques publiques de santé en Europe : peut-on concilier contraintes financières et qualité des soins ?

Hélène Pauliat (dir.) – 2013

coverLes systèmes de santé, même s’ils sont élaborés dans un cadre national, ne sauraient être des ilots totalement imperméables au droit de l’Union européenne, c’est au regard de cette affirmation que l’Association EUROPA a construit son colloque annuel de 2010 à Limoges sur le thème  » Les politiques publiques de santé en Europe : peut-on concilier contraintes financières et qualité des soins? ».

L’homogénéité n’est pas encore de mise en Europe, et si deux grands systèmes existent, le modèle bismarckien et le modèle beveridgien, les deux ont connu de nombreuses évolutions. Quels sont désormais les acteurs des politiques publiques de santé ; quels financements existent pour ces politiques de santé, tellement il semble difficile de concilier rentabilité d’un modèle et exigences de solidarité? Les territoires pertinents de santé sont-ils les mêmes dans les différents pays d’Europe? Ce sont quelques-unes des questions qu’abordent les actes de cette rencontre.

En savoir plus sur cet ouvrage