CRIBL - Conférence Immunologie

Conférence de 4 scientifiques de renommée internationale en immunologie au CRIBL


Le laboratoire CRIBL (Contrôle de la Réponse Immune B et Lymphoproliférations) organise plusieurs conférences en immunologie

Jeudi 28 avril 2016 à partir de 18 H – Faculté de médecine, amphithéâtre F

Quatre scientifiques de renommée internationale seront accueillis au CRIBL :

18:00 : W. Hammerschmidt – Professeur de l’université Maximilians à Munich  “The first few days in the life of an EBV-infected human B-lymphocyte”.

18:45 : M. Cooper – “B cell evolution”

19h30 : A. Fischer – “En quoi l’étude de maladies rares peut contribuer à la médecine ? L’exemple des déficits immunitaires héréditaires”


  • Pr. Wolfgang Hammerschmidt, Helmholtz Zentrum Muenchen – German Research Centre for Environmental Health. Munich, Allemagne

Wolfgang Hammerschmidt est Professeur de l’université Maximilians à Munich. Depuis 1998, il est le directeur du département « Research Unit Gene Vectors » au centre de recherche « Helmholtz Research Center » à Munich. Ses travaux de recherche s’intéressent aux fonctions moléculaires du virus d’Epstein-Barr (EBV) pour comprendre comment ce virus contribue au développement de cancer (lymphomes et carcinomes). W Hammerschmidt a élucidé un mécanisme crucial dans le cycle lytique de l’EBV. Il décrit pour la première fois les mécanismes moléculaires impliqués dans la régulation des fonctions oncogéniques de l’EBV. Il est à l’origine d’outils moléculaires innovants issus du génome de l’EBV en vue de stratégies d’immunothérapie ciblant des pathologies touchant les lymphocytes B.

« Ces découvertes représentent une avancée majeure dans la compréhension du développement de tumeurs associées à l’EBV. »

  • Pr. Max Cooper, Emory University School of Medicine, Atlanta, USA

Max Cooper est l’un des scientifiques les plus influents dans le domaine de l’immunologie du fait de ses découvertes marquantes qui ont permis de comprendre comment les globules blancs peuvent lutter contre les infections et comment des défauts de leur développement peuvent aboutir à des leucémies, des lymphomes et des maladies auto-immunes. Parmi ses premières découvertes la démonstration de deux types distincts de globules blancs, maintenant connus comme les lymphocytes T et B, jouant des rôles complémentaires dans la défense contre les infections via l’immunité cellulaire ou via la production d’anticorps. Cela est reconnu comme l’un des principes d’organisation les plus importants du système immunitaire.

« Ses découvertes fondamentales visionnaires ont jeté les bases d’un grand nombre des progrès les plus importants dans les maladies infectieuses et les vaccins. »

Max Cooper est membre de l’Académie nationale des sciences et de l’Institut de médecine. Il est ancien président de la Clinical Immunological Society et de l’Association américaine des immunologistes. Actuellement, il est président de la Société Henry Kunkel à l’Institut Rockefeller, un groupe qui encourage la recherche clinique, centrée sur le patient dans le domaine de l’immunologie. En 2008, il a reçu le Prix de recherche émérite en sciences biomédicales de l’Association of American Medical Colleges (AAMC). En 2010, il a reçu le Prix Robert Koch. Il a obtenu son diplôme en médecine et a complété sa résidence à l’Université de Tulane. Avant de se joindre à Emory en 2008, Max Cooper a passé 40 ans à l’Alabama School of Medicine (UAB), où il a été professeur dans les départements de médecine, de la pathologie, de la microbiologie et de la pédiatrie.

  • Pr. Alain Fischer, Collège de France and Institut IMAGINE, Paris, France

Alain Fischer est un médecin, professeur d’immunologie pédiatrique et chercheur en biologie français. Il est chef de l’unité « Immunologie et hématologie pédiatriques » (UIH) de l’hôpital Necker de 1996 à 2012 et directeur de l’unité INSERM, « Développement normal et pathologique du système immunitaire ». Il est élu en novembre 2002 membre titulaire de l’Académie des sciences et a été membre du Comité consultatif national d’éthique de 2003 à 2009. En 2007, il est un des membres fondateurs de l’Institut des maladies génétiques Imagine. En 2008, il reçoit le Grand Prix Inserm pour l’ensemble de ses travaux. Le 5 mai 2011, Alain Fischer a été élu membre titulaire de l’Académie nationale de médecine. Alain Fischer est titulaire de la chaire de médecine expérimentale au Collège de France depuis le 15 mai 2014, date de sa leçon inaugurale.

« Alain Fischer, le médecin des « bébés-bulles », est reconnu pour ses travaux sur la thérapie génique qui révolutionnent le traitement des maladies génétiques. »

Les travaux d’Alain Fischer se situent au croisement de la génétique, de l’immunologie et de la pédiatrie. Ils ont permis une meilleure compréhension du développement et des fonctions du système immunitaire ainsi que la mise au point de nouvelles thérapeutiques. Alain Fischer est l’un des pères de la thérapie génique dans le cas de nourrissons atteints de Déficit Immunitaire Combiné Sévère. Son activité scientifique est indissociable de sa pratique de médecin.