[...] 24 heures sans croûter, heureusement qu'ils donnent du tabac gratis, je ne sais pas combien de francs par semaine, enfin c'est toujours cela. A part cela tout va bien, sinon que je ne reçois toujours pas de vos nouvelles, cela devient la barbe. C'est le soir que c'est joli. On tire des chandelles romaines, des feux de bengale, pour voir les mouvements de l'ennemi, puis ça pétarade pendant une demi-heure, puis cela se calme. Des projecteurs des deux côtés illuminent le ciel, les dirigeables, les aéro- se baladent, on a un beau coup d'oeil ! Mais il est incontestable que notre artillerie tire beaucoup plus que celle des boches. On a l'air d'être mieux outillés qu'autrefois. Plus de place, aussi je termine en vous embrassant toutes de tout coeur. Embrassez bien ma fille chérie pour moi, à bientôt de vos nouvelles.

Simon.

Expéditeur/auteur :
Simon Jeanjean
Destinataire :
Blanche Jeanjean
Lieu d'envoi :
Verdun
Date :
20 juillet 1915
Note :
Texte sur toute la surface - suite de la carte n°232
Légende :
Verdun. - L'Usine électrique et l'Ancien Evêché
Editeur :
L.L. Lévy Fils et Cie - Paris - Numéro de série : 65
Lieu :
Verdun

Images

  • Verdun. - L'Usine électrique et l'Ancien Evêché

  • Verdun. - L'Usine électrique et l'Ancien Evêché

Droits d'utilisation des images : aucune restriction de copyright connue.

Pour citer ce document

SCD - Université de Limoges, Verdun. - L'Usine électrique et l'Ancien Evêché [En ligne]. Limoges : SCD Université de Limoges, 2010. Disponible sur <https://www.unilim.fr/jeanjean/383> (consulté le 19/11/2018)