Alioune SALL est le fondateur et directeur exécutif de l’African Futures Institute, un groupe de réflexion panafricain créé en 2004 et spécialisé dans les exercices de prospective, la recherche et le développement des capacités. L’Institut est basé à Pretoria (Afrique du Sud) et a fourni un soutien technique à plus de 20 pays africains engagés dans des études de perspectives à long terme ou leur opérationnalisation. L’Institut a également été consulté par la Commission de l’Union africaine et ses agences , ainsi que par plusieurs agences bi et multilatérales de coopération et de développement.

Avant de créer l’African Futures Institute, Alioune Sall a mené une brillante carrière au sein du Programme des Nations Unies pour le développement. Les postes qu’il a occupés au PNUD comprennent: Coordinateur régional du Programme pour l’avenir de l’Afrique (1997-2003); Chef du Bureau de l’Administrateur assistant du PNUD pour l’Afrique (1995-1997); Chef du Bureau de liaison du PNUD en Afrique du Sud (1993-1995); Conseiller principal au Bureau des politiques et de l’évaluation des programmes (1988-1993); Conseiller technique au CILSS sur le développement des ressources humaines (1979-1986). Avant de rejoindre le PNUD, Alioune Sall a travaillé avec l’Institut des Nations Unies pour le développement économique et la planification (IDEP) et ENDA en tant que chercheur et conférencier de 1975 à 1979.

Alioune Sall a aussi occupé des postes de conseiller spécial de plusieurs chefs d’Etat africains et conduit des missions de consultation de haut niveau en qualité d’Envoyé Spécial sur l’Agenda 2030 des Nations Unies ou le programme de l’Union Africaine sur les Arts, la Culture et le Patrimoine.

Alioune Sall est directeur de plusieurs ONG internationales et membre du comité de rédaction de revues savantes et de publications axées sur les politiques, y compris la revue prospective parisienne Futuribles.

Les intérêts de recherche et d’enseignement d’Alioune Sall sont les études de prospective, la planification et la vision du développement, les transitions démocratiques, la gouvernance, la politique des relations économiques internationales, l’économie politique des pays africains. Il est l’auteur de plusieurs publications, y compris des livres et des contributions à des livres, des articles de revues, des critiques de livres et des rapports de consultants. Les plus importants parmi eux sont : Afrique 2015: quels futurs possibles pour l’Afrique subsaharienne? et La compétitivité future des économies africaines.

Alioune Sall est titulaire de diplômes d’études supérieures en philosophie, études du développement et d’un doctorat en sociologie.


Alioune Sall is the Founder and Executive Director of the African Futures Institute, a Pan-African think-tank established in 2004 and specialized in foresight exercises, research and capacity development. The Institute is headquartered in Pretoria (South
Africa) and has provided technical support to more than 20 african countries engaged in long term perspectives studies or operationalisation thereof. The Institute has also consulted for the African Union Commission and its NEPAD agency, as well as several bilateral and multilateral development cooperation agencies.

Prior to establishing the African Futures Institute, Alioune Sall has had a distinguished career in the United Nations Development Programme. The positions he has held in the UNDP include: Regional Coordinator of the African Futures Program (1997-2003); Chief, Office of the UNDP Assistant Administrator for Africa,(1995-1997); Chief, UNDP Liaison Office in South Africa (1993-1995); Senior Adviser in the Bureau for Program Policy and Evaluation (1988-1993); Technical Adviser to CILSS on Human Ressources Development (1979-1986). Before joining the UNDP, Alioune Sall has worked with the Dakar-based UN Institute for Economic Development and Planning (IDEP) and ENDA as researcher and lecturer from 1975 to 1979.

Alioune Sall held special advisory positions to several African heads of state and led high-level consulting missions as Special Envoy on the United Nations 2030 Agenda or the African Union program on arts, culture and heritage.

Alioune Sall is Director of several international NGOs and member of editorial board of scholarly journals and policy-oriented publications, including the Paris-based foresight journal Futuribles.

Alioune Sall research and teaching interests are in foresight studies, development planning and visioning, democratic transitions, governance, the politics of international economic relations, political economy of African countries. He is the author of several publications, including books and contributions to books, journal articles, book reviews, and consultancy reports. Prominent among them are : Africa 2015: what possible futures for sub-saharan Africa? and The future competitiveness of african economies.

Alioune Sall holds advanced degrees in Philosophy, Development studies and a PhD in Sociology.


RELATIONS INTRA ET INTERGENERATIONNELLES – VIVRE ENSEMBLE

Le temps des poules…le temps des canards ?

Une analyse rétrospective : loin de n’être qu’une donnée biologique, ou une catégorie démographique, la notion d’ainé renvoie en Afrique à des structures sociales de type inégalitaire et connote des privilèges, des dotations, des responsabilités et des obligations différenciés.

Dans les sociétés lignagères africaines, les ainés constituaient une minorité démographique mais occupaient une position hégémonique sur un triple plan : économique, socio-culturel et politique. La monétarisation des économies, les changements démographiques, l’urbanisation et d’autres facteurs liés à la colonisation ont introduit des germes de changement dans l’ordre qui régnait dans ces sociétés et remettent en question, en bien des endroits et sous plusieurs rapports, cette hégémonie.

Nul ne connait la couleur de la prochaine aurore.

Une analyse prospective essaiera de répondre à la question de savoir ce qu’il peut advenir du vivre ensemble, des relations intra et intergénérationnelles, et donc de la place des ainés en Afrique dans les années à venir. Pour l’heure, deux scénarios contrastés sont à la fois plausibles et possibles pour l’Afrique.

L’un, qu’on pourrait dire tendanciel parce que basé sur les tendances récentes, consisterait en une dépréciation/relégation/marginalisation des ainés qui viendrait consacrer le basculement de l’Afrique vers un resserrement de l’éventail des solidarités. Un autre scénario consisterait pour les sociétés africaines à essayer de tisser une nouvelle corde à partir de l’ancienne.

Il s’agirait d’opérer un tri dans les systèmes de valeurs et référents axiologiques hérités des ainés en vue de n’en retenir que les éléments porteurs de progrès, de démocratie, de respect des droits humains. Le rôle des politiques publiques sera brièvement examiné dans ce cadre.

Mots clés : Afrique, vivre ensemble, relations intra et intergénérationnelles, héritages 


RELACIONES INTRA E INTERGENERACIONALES EN ÁFRICA : CONVIVIR

¿Tiempo de gallinas… tiempo de patos ?

Un análisis retrospectivo : lejos de ser solo un dato biológico o una categoría demográfica, la noción de adulto mayor remite, en África, a unas estructuras sociales desiguales y sugiere privilegios, dotaciones, responsabilidades y obligaciones diferenciados.

En las sociedades africanas donde prevalecía el linaje, los adultos mayores constituían una minoría demográfica pero ocupaban una posición hegemónica en los planes económico, sociocultural y político. La monetización de las economías, los cambios demográficos, la urbanización y otros factores relacionados con la colonización introdujeron las semillas del cambio en el orden que imperaba en estas sociedades, cuestionando en muchos lugares y en varios aspectos, dicha hegemonía.

Nadie conoce el color del próximo amanecer

Un análisis prospectivo intentará responder al significado de la convivencia y a sus repercusiones. ¿Qué serán de las relaciones intra e intergeneracionales y, por consiguiente, del lugar ocupado por los adultos mayores en los años venideros. De momento, dos escenarios constrastados son plausibles y posibles para África.

Uno, que podríamos llamar tendencial porque se funda en las tendencias recientes, consistiría en una depreciación/relegación/marginalización de los adultos mayores que sentaría la inflexión de África hacia la contracción de una amplia gama de solidaridades. Otro escenario consistiría, para las sociedades africanas, en intentar tejer una nueva cuerda, partiendo de la anterior.

Se trataría de realizar una selección en los sistemas de valores y referentes axiológicos heredados de los adultos mayores, para conservar solo los elementos que participan del progreso, de la democracia, del respeto de los derechos humanos. En este contexto será esbozado el papel de las políticas públicas al respecto.

Palabras clave : África, convivir, relaciones intra e intergeneracionales, herencias