Ressources naturelles


La question des ressources naturelles et de leur durabilité, est liée aux besoins de préservation, d’amélioration de leur qualité et/ou d’une manière générale de leur gestion. La biodiversité au sein des ressources naturelles est menacée par de nombreux facteurs environnementaux et sociétaux comme le changement climatique, les changements d’utilisation des terres ou encore des pratiques. Il s’agit aujourd’hui par des programmes de recherche disciplinaires et/ou transversaux, de qualifier, d’améliorer, d’adapter et de préserver les ressources animales, végétales et le milieu aquatique aux besoins sociétaux et de développement dans un contexte de changement global.

Un partage de moyens et de méthodes autour de la thématique des ressources naturelles et de leur exploitation durable

Trois unités de recherche de l’Université de Limoges se sont regroupées afin de partager des outils et des méthodes et créer le pôle de recherche pluridisciplinaire PEREINE :

  • Le GRESE (Groupement de Recherche Eau, Sol, Environnement) – EA 4330
  • Le LCSN (Laboratoire de Chimie des Substances Naturelles) – EA 1069
  • L’UGMA (Unité de Génétique moléculaire animale) – UMR INRA 1061

Cette démarche originale et intégrée permet d’associer les compétences scientifiques synergiques relevant des disciplines chimiques (organique et minérale), biologiques (animale et végétale), des géosciences et des sciences pour l’ingénieur afin de répondre à des enjeux de développement et de valorisation autour des ressources naturelles (élevage, ressources végétales, eau, sol).

De nouvelles approches scientifiques

Le Pôle de recherche PEREINE a pour objectif de promouvoir une approche intégrée sur les questions de la génomique et de la génétique des grandes filières (bovine – forêt), de la chimie verte, de la valorisation et du développement durable, de la chimie de l’environnement et des contaminants (eaux, sols, biomasses), des procédés et modes de gestion pour la durabilité des ressources.

Il s’organise autour de 3 axes de recherche :

  • Caractérisation et exploitation de la diversité génétique des ressources naturelles. L’approche scientifique porte tout particulièrement sur l’identification de marqueurs moléculaires et la caractérisation de gènes impliqués dans des caractères d’intérêt agronomique pour les filières « viande bovine » et « forêt-bois » par une combinaison d’approches génétiques, épigénétiques, génomique fonctionnelle, biochimiques et chimiques. Dans ce contexte, cet axe s’intéresse i) aux mécanismes moléculaires et cellulaires régulant la masse musculaire chez le bovins allaitants et ii) au déterminisme moléculaire de la duraminisation du bois afin d’expliquer et de mieux exploiter la durabilité et les qualités mécaniques du matériaux bois. Ce dernier aspect qui s’inscrit pleinement dans le cadre de la Chaire d’excellence internationale SylvaLIM « ressources forestières et usages du bois » souhaite promouvoir des stratégies innovantes d’exploitation et de valorisation de la biomasse lignocellulosique par fractionnement et modifications chimiques bioinspirées de la ressources forestière
  • Biomolécules, glycosciences et applications. Avec pour mots clefs principaux « porphyrines et photothérapie » «métabolites secondaires», « polysaccharides », « chimie propre » et « évaluation des propriétés biologiques », cet axe, en maintenant une proportion raisonnable entre recherche fondamentale et recherche finalisée, a pour principale finalité la caractérisation chimique, l’étude et la compréhension des propriétés biologiques de molécules naturelles ou d’origine naturelle et leur implication dans les processus de différentiations cellulaires normales et tumorales et/ou leur impact sur la croissance des microorganismes. Dans une approche intégrée « de l’extraction/synthèse à l’application » cet axe s’appuie sur i) l’extraction et/ou l’hémisynthèse à partir de ressources naturelles, ii) la caractérisation physico-chimique et biochimique des biomolécules, la compréhension de leur mécanisme d’action biologique et/ou photophysique et iii) l’étude et la valorisation des propriétés de ces biomolécules et de leurs dérivés avec des finalités thérapeutiques et environnementales
  • Pression environnementale et qualité de la ressource en eau. Cet axe concerne l’identification de mécanismes complexes par combinaison de réactions physiques, et/ou biologiques et/ou chimiques dans des milieux critiques de l’environnement. Cette démarche contribue à l’identification de contaminations par différentiation entre une matrice dite naturelle (fond géochimique, apports naturels) et une activité anthropique (activités industrielles / agricoles ou aménagements). Cet axe est organisé autour de deux grands projets qui concernent i) la proposition de développements méthodologiques de la mesure de qualité des grandes masses d’eau en équilibre avec les accumulations sédimentaires et ii) l’appréhension des mécanismes de mobilité des contaminants de l’environnement dans les procédés du traitement des eaux. Le premier projet est organisé autour de la Chaire d’excellence « Grande Retenue et Qualité des Eaux » soutenu notamment par EDF

Une structuration en phase avec les besoins du territoire

La prise en compte des changements globaux est aujourd’hui indispensable avant tout usage de ressources naturelles. Dans ce contexte, il convient d’étudier l’adaptabilité génétique des espèces animales et végétales mais aussi de s’assurer de la bonne gestion de l’eau disponible au travers notamment d’un atout majeur de la nouvelle région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes : une échelle spatiale qui intègre tous les éléments d’un bassin versant, des têtes de bassin au littoral.

Le Pôle de recherche PEREINE a pour objet de préciser le rôle de l’innovation en matière de réduction ou d’amplification des conflits entre croissance économique et protection de l’environnement/des ressources naturelles à long terme et d’étudier les questions d’incertitude et d’information en économie de l’environnement, des ressources naturelles et de l’agriculture (mise en œuvre du principe de précaution, assurabilité des risques environnementaux…).

Des liens privilégiés avec le tissu économique régional

  • avec les clusters régionaux INVIVOLIM et PEL (Pôle Environnement Limousin)
  • avec les interprofessions BoisLim et Pôle de Lanaud
  • avec deux centres de transfert de technologies sont appuyés sur le Pôle de recherche PEREINE, ODESSOL et CVA (Centre de Valorisation des Agro-ressources)