Les représentations iconiques du corps sur les blogs pro-anorexiques
Entre destruction et sublimation du corps

Audrey Arnoult 

Publié en ligne le 31 janvier 2019

Digital Object Identifier : 10.25965/interfaces-numeriques.3452

Cette contribution porte sur les représentations iconiques du corps sur les blogs pro-anorexiques. La pro-anorexie est un mouvement essentiellement virtuel qui considère que l'anorexie n'est pas une maladie mais un mode de vie. La minceur est synonyme de bonheur et de perfection. Notre objectif est de comprendre les modalités et les fonctions des représentations iconiques du corps sur ces blogs. Pour cela, nous analysons deux blogs pro-anorexiques à l'aide des outils de l'analyse du discours et de la sémiotique de l'image. Nous élaborons une typologie et une catégorisation des représentations iconiques. L'analyse de la mise en mots de ces images, à travers les billets et les commentaires, complète notre étude.

This work is about the iconic representations of the body in the pro-anorexia blogs. Pro-anorexia is mainly a virtual movement considering that anorexia isn't a disease but a way of life. Thinness means happiness and perfection. Our aim is to understand the methods and the functions of the iconic representations of the body on these blogs. For that purpose, we analyze two pro-anorexia blogs with the means of the discourse analysis and the semiotics of images. We create a typology and a categorisation of the iconic representations. The study of discourse about the pictures, through the posts and the comments, supplements our study.

Sommaire

Texte intégral

1. Introduction

Note de bas de page 1 :

À notre connaissance, il n'existe pas de blog pro-anorexique tenu par un adolescent. De même, les photos ne représentent jamais un homme ou jeune homme dans les blogs étudiés. Nous parlerons donc d'adolescentes

Note de bas de page 2 :

Du terme anglais « thin » = mince, littéralement des « inspirations à être mince »

Note de bas de page 3 :

Ana correspond à la personnification de l'anorexie. Elle est « matérialisée » par une série de lettres, reprises de blog en blog et qui listent des commandements à suivre pour être pro-anorexique,

Note de bas de page 4 :

Voir l’URL : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/commandements-et-benefices.html (consulté le 23 juin 2018).

Cette contribution porte sur les représentations iconiques du corps sur les blogs pro-anorexiques. Le mouvement pro-anorexique est né au début des années 2000, aux Etats-Unis. Il est composé « de personnes se revendiquant anorexiques ou aspirant à l'être, qui considèrent que l'anorexie n'est pas une maladie mais une discipline de vie apportant le bonheur grâce à la maigreur du corps » (Windels, 2010/2). Ce mouvement est essentiellement virtuel : les adolescentes (le plus souvent1) créent des blogs et des forums sur lesquels elles s'échangent des conseils pour maigrir. Leurs discours s'accompagnent de « thinspirations »2 : des images de stars connues pour leur anorexie, des photos de mannequins (parfois retouchées) ou encore des photos de leur propre corps. La naissance de ce mouvement va de pair avec certaines évolutions sociétales notamment concernant les normes corporelles. En effet, comme le rappelle Gilles Lipovetsky, le critère principal de la beauté contemporaine est celui de la minceur − voire de la maigreur − qui symbolise réussite sociale, bonheur, contrôle de soi et perfection (Lipovetsky, 1997). Ce sont ces valeurs qui sont revendiquées, par les adolescentes pro-anorexiques, pour légitimer leur recherche de maigreur, voire leur « droit à être » anorexique. Par exemple, sur le blog de Sora (un des blogs étudiés dans notre analyse), dans un billet qui énumère les commandements d'Ana3, nous trouvons la phrase suivante : « être mince et ne pas manger sont les signes d'une volonté véritable et de succès ». Dans un autre billet énonçant les bénéfices d'être pro-ana, nous pouvons lire que « le gras est une personne paresseuse, dégoûtante, avide de nourriture et stupide. La minceur est intelligente, vive, sait contrôler sa vie »4.

Nous souhaitons interroger les modalités et les fonctions des représentations iconiques du corps sur les blogs pro-anorexiques : quelles représentations corporelles sont données à voir ? Quels types de corps sont privilégiés ? Dans quelle mesure le choix des photos et le cadrage des corps participe-t-il de l'idéologie du mouvement pro-anorexique ? Nous voulons également étudier la place de ces images dans le dispositif du blog et leur rôle dans les échanges avec les internautes : quel discours porte la blogueuse sur les photos des corps qu'elle publie ? Quels types de réactions suscitent ces représentations corporelles ?

Note de bas de page 5 :

Voir les URL : http://camille-pro-ana.over-blog.com ; http://pro-ana-dict.over-blog.com ; http://proana-titi.over-blog.com (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 6 :

26 sur le blog de Camille et 37 sur le blog de Sora-Ana

Note de bas de page 7 :

Voir l’URL : http://camille-pro-ana.over-blog.com (consulté le 20 octobre 2018)

Note de bas de page 8 :

Soit 24 billets et 304 commentaires (il y a entre 0 et 92 commentaires selon les billets).

Pour répondre à ces questions, nous avons constitué deux corpus. Le premier se compose de deux blogs répondant à la requête « blog pro-ana » en 1ère page, sur Google5. L'analyse des soixante-trois photos6 publiées sur ces deux blogs permet d'élaborer une catégorisation des représentations iconiques corporelles dominantes pour avoir un premier aperçu du rôle de l'image sur les blogs pro-anorexiques. Le second corpus porte sur un seul blog7 afin d'étudier plus précisément les liens entre photos, billets et commentaires8, autrement dit ce que Sébastien Rouquette nomme « l'interactivité de contenu » (Rouquette, 2009). Il s'agit d'analyser les commentaires de la blogueuse sur les photos qu'elle publie ainsi que les réactions des internautes pour comprendre quelles normes corporelles sont considérées comme légitimes − ou non.

Note de bas de page 9 :

La fonction d'ancrage désigne le fait que le message linguistique permet de « fixer la chaîne flottante des signifiés », l'image étant polysémique (Barthes, 1964 : 44).

Note de bas de page 10 :

La fonction de relais correspond à la complémentarité du message linguistique et iconique. Le texte apporte « des sens qui ne se trouvent pas dans l'image » (Barthes, 1964 : 45).

Méthodologiquement, nous mobilisons à la fois les outils de l'analyse des discours (Delforce, 1996 ; Krieg Planque, 2012 ; Charaudeau, 2005) et de la sémiotique de l'image (Joly, 2005 ; Barthes, 1964 ; Bardin, 1975). Nous envisageons les discours dans une perspective constructiviste. Les mots ne sont pas neutres mais contribuent à définir − entre autres − ce qui fait déviance ou non, à un moment donné, dans une société. Ainsi comme le rappelle Alice Krieg Planque, le discours est « à la fois l'instrument (il opère) et le lieu (il est là où ça opère) de la division et du rassemblement. Il est un objet et un espace de conflictualité. Dans les échanges, le discours ne révèle pas les tensions, il les crée » (Krieg Planque, 2012 : 41). Ici, l'étude du lexique, dans les billets et les commentaires, permet de pointer les normes corporelles propres au mouvement pro-anorexique. Il s'agit plus précisément d'étudier les termes employés pour désigner le corps : dans quelles mesures ces normes sont-elles légitimées − ou non −, notamment par les internautes ? En outre, la sémiotique de l'image est utilisée pour déterminer le rôle des représentations iconiques du corps dans l'idéologie pro-ana. Nous nous référons à Martine Joly pour l'étude du cadrage des photos, le cadrage étant un élément signifiant − un signe plastique − qui participe de la production du sens. L'auteure explique que « la plasticité des messages visuels constitue un niveau de signification à part entière qui interagit avec les autres niveaux que sont l'iconique, le linguistique et l'institutionnel pour produire le message global » (Joly, 2005 : 125). Nous mobilisons également les réflexions de Roland Barthes et Laurence Bardin concernant le lien entre texte et image : le billet et/ou les commentaires ont-ils une fonction d'ancrage9 ou de relais10 par rapport à l'image ? Ou est-ce l'image qui informe le texte et permet de la comprendre ? Cette seconde possibilité renvoie à la proposition de Laurence Bardin qui suggère qu'« à la fonction d'ancrage de l'image par le texte, on peut ajouter dans d'autres cas, la fonction réciproque de fixation du sens du discours par le message visuel » (Bardin , 1975 : 102). Sur les blogs pro-anorexiques, est-ce le texte qui permet de préciser la signification de l'image ou est-ce l'image qui informe le contenu textuel pour co-construire les normes corporelles pro-anorexiques ?

Notre contribution se compose de deux parties. Nous retraçons, dans un premier temps, le contexte socio-politique de l'émergence du phénomène pro-anorexique en France afin de mieux comprendre quels discours sociaux ont accompagné et accompagne ce mouvement. Nous synthétisons nos analyses et leurs résultats, dans un second temps.

2. Le contexte socio-politique de l'émergence du phénomène pro-anorexique en France

Note de bas de page 11 :

« Les jeunes femmes revendiquant l'identité pro-ana sont majoritairement des personnes qui souhaitent devenir anorexiques ou le redevenir », Marie Windels, « Les blogueuses pro-ana. Des idéologues de la maigreur sur Internet », Adolescence, 2010, n° 28, p. 436

La notion de pro-anorexie renvoie à une légitimation de certaines normes corporelles qui sont associées au bonheur et à la réussite. Dire « Je suis pro-anorexique » ne signifie pas que ces jeunes filles veulent être anorexiques − au sens médical du terme − mais qu'elles souhaitent mettre en œuvre un ensemble de pratiques (principalement alimentaires et sportives) afin de perdre du poids pour atteindre un idéal corporel qu'elles ont défini. De ce fait, les blogs pro-anorexiques ne sont généralement pas tenus par des adolescentes qui sont anorexiques11.

2.1. Les mesures politiques autour de la pro-anorexie

Note de bas de page 12 :

Député PS de l'Isère et médecin

Note de bas de page 13 :

Victoire Maçon Dauxerre, Jamais assez maigre, journal d'un top model, Paris, Editions Les Arènes, 2016.

Note de bas de page 14 :

Le texte indique : « diffusés notamment par voie d’affichage, par voie de communication au public en ligne, dans les publications de presse, ou dans la correspondance publicitaire destinée aux particuliers et dans les imprimés publicitaires destinés au public ». La télévision n’est pas concernée. Décret n° 2017-738 du 4 mai 2017 relatif aux photographies à usage commercial de mannequins dont l'apparence corporelle a été modifiée https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/5/4/AFSP1703011D/jo

Note de bas de page 15 :

Décret du 5 mai 2017. https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/5/4/AFSP1703011D/jo

Il est nécessaire de contextualiser le phénomène pro-anorexique en donnant quelques éléments sur les différents discours sociaux qui ont participé de son émergence dans l'espace public. Pour Bernard Delforce et Jacques Noyer (1999 : 18), la société est un lieu de discursivité sociale au sens où, sur une même thématique ou un même événement, plusieurs discours sociaux circulent mais en nombre limité. Ils proviennent de différentes sphères sociales : politique, médicale, associative, etc. Concernant la pro-anorexie, cette problématique émerge dans l'espace public politique suite aux décès de mannequins anorexiques en 2006. En 2008, la députée Valérie Boyer propose une loi qui entend pénaliser l'incitation à l'anorexie, et notamment les blogs pro-anorexiques. Cette initiative n'a jamais été examinée par le Sénat mais est remise à l'agenda avec la proposition d'Olivier Véran12, en 2015. Ce député souhaite également créer un délit d'incitation à l'anorexie, délit qui vise entre autre la provocation à la maigreur excessive des sites pro-ana. L'amendement a été rejeté par le Sénat. Précisons que ce député avait été interpellé par Victoire, ex-mannequin qui a souffert d'anorexie. Après avoir quitté le monde du mannequinat, elle en a dénoncé les rouages dans un ouvrage Jamais assez maigre, journal d'un top model13. Plusieurs voix se font entendre, dans l'espace public, pour dénoncer l'existence des blogs pro-ana et les conséquences qu'ils peuvent avoir sur les adolescentes. Enfin, depuis 2017, la mention « photographie retouchée » est obligatoire sur les annonces publicitaires14 « lorsque l’apparence corporelle des mannequins a été modifiée par un logiciel de traitement d’image, pour affiner ou épaissir leur silhouette »15.

2.2. La médiatisation de la pro-anorexie dans la presse quotidienne nationale

Note de bas de page 16 :

Libération, 09/04/08 ; Le Figaro, 16/04/08 ; Libération, 16/04/08 ; Le Figaro, 04/04/15

Note de bas de page 17 :

Libération, 20/08/01 ; La Croix, 10/10/06

Note de bas de page 18 :

Le Monde, 24/10/00.

Note de bas de page 19 :

La Croix, 12/12/06

La construction de ce problème public va de pair avec sa médiatisation. Un problème public, tel que le définit Erik Neveu, correspond à un fait social devenu enjeu de débat et/ou d'intervention étatique, cette transformation reposant sur l'action conjuguée de divers acteurs dont les médias (Neveu, 1999). Effectivement, la presse quotidienne nationale (et plus spécifiquement La Croix, Le Monde, Le Figaro et Libération) évoque la pro-anorexie dès 2000, au moment de la naissance du mouvement, mais les pics de médiatisation correspondent principalement aux événements socio-politiques mentionnés précédemment en France. Entre 2000 et 2016, trente-cinq articles évoquent cette thématique ; deux tiers étant publiés en 2008 et en 2015, au moment de l'élaboration des deux propositions de loi. Dans ces articles, l'accent est mis sur la quête des adolescentes pro-ana autrement dit la maigreur, qui est explicitement disqualifiée. Les journaux parlent de « maigreur excessive », d'« extrême maigreur » voire de « maigreur morbide ». Ces qualificatifs renvoient aux dangers mortels d'une maigreur trop importante. Norme corporelle et norme médicale sont associées pour dénoncer l'idéologie pro-anorexique. Les journaux pointent également du doigt la maigreur valorisée par ces sites via les photos qui y sont publiées. Ils recourent là aussi à des termes dépréciatifs. Les photos sont celles de corps « squelettiques »16, « décharnés »17 voire « totalement décharnées »18, ou encore « cadavériques »19, l'ensemble de ces qualificatifs connotant la mort. En effet, Georges Vigarello rappelle que la maigreur a toujours été perçue comme inquiétante, comme ce qui fait peur car renvoyant à la mort. La maigreur « alarme, rappelle la famine, la peste, les décharnements. Elle est dessèchement, aspérité, faiblesse, ce qui, dans l'imaginaire ancien, s'oppose aux ressorts de la vie. Elle profile l'inéluctable, le chemin de la vieillesse, celui de la mort » (Vigarello , 2010 : 73). Ainsi, Georges Vigarello note qu'une multitude d’ouvrages met en garde contre les dangers d'une maigreur excessive, dès le XVIe siècle.

2.3. Quelques éléments sur les représentations iconiques avant 2010

Note de bas de page 20 :

Par exemple, Marta Aleksandra Balinska explique que l'« on comprend que la vision d’une anorexique déstabilise, car des silhouettes émaciées sont proprement insoutenables et renvoient à des images de famine et de survivants des camps de concentration » (Balinska, 2003 : 227).

Note de bas de page 21 :

Dans un article sur l'usage de la photographie relative aux camps de concentration en Bosnie, dans la presse, Eric Pedon et Jacques Walter expliquent que les journaux donnent à voir, entre autres, l'image d'un jeune homme maigre, torse nu, aux côtes très apparentes. Ils soulignent que « tout se passe comme s'il y avait eu l'intention d'isoler le jeune homme maigre du groupe, de séparer son corps nu et maigre des autres [...], de découper, par les recadrages, son corps maigre en éléments signifiant l'horreur : le visage émacié, le thorax squelettique ». Cette image est devenue emblématique « parce qu'elle assemble des éléments visuels ancrés dans la mémoire collective et dont la conjonction intentionnelle permet le rapprochement avec l'horreur des camps nazis » (Pedon et Walter, 1996 : 27).

Note de bas de page 22 :

Nous pensons entre autres au documentaire Nuit et brouillard, produit par Alain Resnais en 1956

Note de bas de page 23 :

Nous trouvons à titre indicatif les expressions suivantes dans le texte de la proposition de loi de V. Boyer : « maigreur excessive », « danger de mort ou de compromettre directement sa santé » (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0781.asp).

Dans un travail de doctorat (Arnoult, 2011), nous avons approché la problématique de la pro-anorexie et notamment les représentations iconiques qui figuraient sur ces blogs. Les représentations les plus courantes étaient alors des photos de mannequins retouchées montrant leurs côtes saillantes ou encore des photos de stars incarnant l'idéal pro-anorexique, également très maigres. Aujourd'hui, cette représentation iconique reste associée aux sites pro-anorexiques, dans différents discours sociaux. Ainsi, dans la presse quotidienne nationale, la définition de ce qu'est un blog pro-anorexique − et de ce qu'on peut y voir − n'a pas changé depuis que ce sujet est médiatisé. Lorsqu'il s'agit de décrire les images publiées sur ces blogs, les journalistes recourent à un champ lexical qui renvoie inconsciemment aux corps décharnés des personnes détenues en camps de concentration et à la mort. En effet, l'association extrême maigreur/camps de concentration est inscrite dans notre mémoire collective ce dont témoignent les adolescentes anorexiques dans leurs écrits20, des recherches sur la photographie de presse21 ou encore des œuvres cinématographiques22. Cette représentation est également lisible dans certains discours médicaux. Ainsi, Gérard Allois (psychiatre en centre hospitalier), dans son article « Internet et anorexie » écrit que « la fausseté de l'image corporelle est amplifiée avec la présentation de photographies d'anorexiques devant encore maigrir, alors qu'elles sont rachitiques. On peut ainsi voir des images de stars, qui ont évolué vers des restrictions alimentaires massives, auxquelles toutes ces jeunes filles essaient de s'identifier » (Allois, 2011/1 : 47). Enfin, ce sont des qualificatifs identiques qui sont employés par les hommes et femmes politiques qui ont proposé des lois contre les sites pro-anorexiques23. Toutefois, en travaillant de façon plus approfondie sur le contenu de ses sites de façon plus récente, nous avons observé que ce type de représentations iconiques n'était plus prédominant sur les blogs pro-ana.

3. La mise en image du corps sur les blogs pro-anorexiques de Camille et Sora-Ana

Notre analyse comporte trois niveaux d'étude. Le premier concerne la catégorisation des images en fonction de ce qu'elles représentent − de leur signifiant − pour en identifier les connotations et leur rôle dans la « mise en visibilité » (Delforce et Noyer, 1999 : 28) du mouvement pro-anorexique. Le second porte sur l'articulation entre images et billets pour repérer comment elles sont mises en mots et dans quelle mesure elles participent de l'idéal corporel pro-anorexique. Enfin, nous analysons l'interactivité de contenu définie par S. Rouquette comme englobant « les questions de coproduction des contenus et d'influence directe des remarques, des billets des internautes sur les articles en ligne » (Rouquette, 2008 : 3-4). Les commentaires évoquent-ils les images publiées ? Viennent-ils confirmer, légitimer l'idéal pro-anorexique d'une identité corporelle « hors norme » au sens médical ?

3.1. Quelques caractéristiques d’un blog pro-anorexique

Note de bas de page 24 :

http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-19-juin.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 25 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/07/arretez-de-croire-que-vomir-est-bien.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 26 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2017/03/je-vais-cree-un-autre-blog-dediee-au-sport-et-a-la-beaute.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 27 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/07/hospitalisation-prise-de-poids.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 28 :

Les courbures biographiques renvoient à de nouveaux apprentissages, à la découverte d'activités nouvelles, etc. que l’on réalise intentionnellement

Le blog pro-anorexique est un « blog extime » (Tisseron, 2001 : 52), lieu d'une « revendication identitaire interactive ». Comme le rappelle Anne-Claire Orban, « au-delà de cette expression de soi, se joue chez les jeunes blogueurs un enjeu plus grand encore : celui du blog comme lien, comme communication et même comme intégration dans une communauté. Il s'agit d'un JE qui s'adresse à un TU à l'intérieur d'un NOUS » (Orban, 2005/3). Ce « nous » est aisément identifiable dans la stratégie énonciative des adolescentes qui débutent et/ou terminent leur billet par une apostrophe du type : « les filles »24, « les chéries »25, « les girls »26, « vous », « je vous aime »27, etc. qui représentent les internautes/lectrices de la communauté pro-ana. Le blog pro-ana se rapproche d'un journal en ligne de façon plus ou moins explicite. Par exemple, certaines pro-ana partagent leurs journaux alimentaires − parfois quotidiens − et leurs émotions dont l'évolution est le plus souvent liée à un gain ou une perte de poids. Le blog est créé au moment où l'adolescente décide de devenir pro-ana : c'est un « moment biographique » (Cardon et Delaunay-Téterel, 2006/4 : 32)28 particulier et plus précisément une « courbure biographique ». Chaque billet est accompagné d'une photo, parfois plusieurs, qui se situent juste en dessous du titre, elles sont donc visibles dès l'arrivée sur la page du blog.

3.2. Une typologie et catégorisation des représentations iconiques sur les blogs de Camille et Sora-Ana

L'étude des soixante-trois photos nous a conduits à distinguer, dans un premier temps, trois types de représentations :

Note de bas de page 29 :

Blog de Camille : 13 type 1, 7 type 2, 6 type 3 ; Blog de Sora-Ana : 34 type 1, 2 type 2, 1 type 3

  • TYPE 1 : Les représentations dominantes sont celles de corps de jeunes femmes très minces, habillées ou partiellement dénudées29. Cette jeune femme est quasiment toujours seule, le plus souvent au centre de l'image. Chaque image représente une femme différente.

Image 1 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/conseils-pour-avoir-des-cuisses-fine.html

Image 1 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/conseils-pour-avoir-des-cuisses-fine.html

Image 2 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/5eme-lettre-d-ana.html

Image 2 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/5eme-lettre-d-ana.html

Note de bas de page 30 :

« You are not hungry, you are bored, drink some water and learn the difference » (http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-7-juin.html).

  • TYPE 2 : Lorsque les images ne concernent pas une représentation corporelle figée, elles renvoient aux pratiques pro-ana : le bracelet rouge, signe de reconnaissance des pro-ana dans l'espace public ; un texte écrit qui rappelle les consignes du mouvement pro-ana30 ou encore l'image d'une jeune fille en train de vomir, etc.

Image 3 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/bracelet-pro-ana.html

Image 3 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/bracelet-pro-ana.html

Image 4 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-7-juin.html31

Note de bas de page 31 :

« You are not hungry, you are bored, drink some water and learn the difference ».

Image 4 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-7-juin.html31

Image 5 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/07/arretez-de-croire-que-vomir-est-bien.html32

Note de bas de page 32 :

« Arrêtez de croire que vomir est bien ! », 29/07/05

Image 5 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/07/arretez-de-croire-que-vomir-est-bien.html32

  • TYPE 3 : Il est présent de façon plus marginale, uniquement sur le blog de Camille qui publie des images de visage, de tête ou encore des représentations iconiques signifiant son émotion, notamment dans les billets qui portent sur d'autres aspects de sa vie que la pro-anorexie. Notons que le cadrage des signes iconiques est alors complètement différent, le corps n'étant plus au centre de la photo.

Image 6 : http://camille-pro-ana.over-blog.com

Image 6 : http://camille-pro-ana.over-blog.com

Image 7 : http://camille-pro-ana.over-blog.com

Image 7 : http://camille-pro-ana.over-blog.com

Nous dissocions les images représentant une tête ou un visage (type 3) des représentations du corps (type 1) car ces deux éléments sont donnés à voir comme deux entités différentes sur les blogs étudiés ; le corps étant souvent montré sans la tête.

Dans un second temps, pour préciser cette analyse, nous avons effectué une catégorisation des images de type 1 (les représentations iconiques du corps) en fonction de deux critères : la partie du corps qui est montrée (signe iconique) et le cadrage qui en est fait (signe plastique). Les résultats nous conduisent à distinguer cinq catégories de représentations corporelles :

  • CAT 1 : La silhouette : le corps d'une jeune fille/femme apparaît entièrement, tête comprise, sur un fond perdu, dans son cadre de vie quotidien ou choisi pour la photo. Il s'agit d'un plan moyen ou plan pied. Le corps est très mince, voire maigre. Le regard est inexpressif, quand le visage est de face.

Image 8 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-8-juin.html

Image 8 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-8-juin.html

Image 9 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/02/mauvaise-nouvelle-et-bonne-nouvelle.html

Image 9 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/02/mauvaise-nouvelle-et-bonne-nouvelle.html

  • CAT 2 : Le plan buste/jambes. Le corps apparaît sans la tête, le plan moyen est utilisé pour cadrer le buste avec les jambes qui sont montrées entièrement. C'est aussi un corps extrêmement mince, sauf quand il s'agit de l'adolescente elle-même. Cette représentation du corps donne parfois lieu à une juxtaposition de deux photos, au cadrage quasi identique que la blogueuse utilise pour montrer sa perte de poids (cf. photos avant/après).

Image 10 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/5eme-lettre-d-ana.html

Image 10 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/5eme-lettre-d-ana.html

Image 11 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-5-juin.html

Image 11 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-5-juin.html

Image 12 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/nouveau-mois-nouveau-regime.html

Image 12 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/nouveau-mois-nouveau-regime.html

Note de bas de page 33 :

Ou avec, parfois, une tête coupée

  • CAT 3 : Le plan buste/cuisses. Les images montrent le buste − sans la tête33 − et une partie des cuisses qui sont cadrés selon un plan plus ou moins rapproché. Ce plan met en évidence le ventre plat et/ou le thigh gap (qui désigne l'écart entre les cuisses), deux critères physiques du corps idéal pour les pro-ana. Précisons que généralement un plan rapproché cadre les personnes à la taille, ici le cadre est décalé pour que la taille soit au centre de l'image et non en bas de l'image.

Image 13 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/commandements-et-benefices.html

Image 13 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/commandements-et-benefices.html

Image 14 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/conseils-pour-avoir-des-cuisses-fine.html

Image 14 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/conseils-pour-avoir-des-cuisses-fine.html

  • CAT 4 : Le buste − tête incluse − et une partie des cuisses sont cadrés selon un plan américain. Cette catégorie est peu fréquente, elle se trouve uniquement sur le blog de Sora-Ana à quatre reprises.

Image 15 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/3eme-lettre-d-ana.html

Image 15 : http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/3eme-lettre-d-ana.html

  • CAT 5 : L'usage du gros plan permet de mettre en avant une partie du corps. Ici, l'épaule est cadrée de façon à mettre en évidence la clavicule et l'absence de graisse. C'est la seule occurrence de notre corpus.

Image 10000000000000FC000000A9E0A21699.png

Image 16 : http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/02/comment-et-pourquoi-je-suis-devenue-pro-ana.html, 13/02/15





Cette catégorisation permet de dresser les représentations graphiques suivantes :

Graphique 1 : Répartition des photos de type 1 (corps) en fonction de leur catégorie, sur les deux blogs

Graphique 1 : Répartition des photos de type 1 (corps) en fonction de leur catégorie, sur les deux blogs

Note de bas de page 34 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/les-bienfaits-d-etre-mince.html (consulté le 20 octobre 2018).

Les catégories les plus fréquentes sont les photos de plan buste/cuisses (sans la tête) et plan buste/jambes (sans la tête, jambes entières), le point commun de ces cadrages étant de montrer le ventre et l'écart entre les cuisses qui sont le plus souvent au centre de l'image. Le recours au plan moyen met en avant la minceur de la silhouette tandis que les plans rapprochés et les gros plans se focalisent sur une partie du corps qui font l'objet de prescriptions dans l'idéal corporel pro-anorexique. Ainsi, dans un article consacré aux bienfaits d'être mince, Camille écrit : « Quand tu es mince, Tu peux te permettre les piercings au ventre parce que ça fait juste super beau sur un ventre plat »34. La tête, quant à elle, est souvent hors champ, mais suggérée par les éléments présents dans l'image.

Graphique 2 : Répartition des photos de type 1 (corps) en fonction de la présence de la tête

Graphique 2 : Répartition des photos de type 1 (corps) en fonction de la présence de la tête

Note de bas de page 35 :

Nous pouvons également supposer que, pour certaines photos, la tête a été coupée pour des raisons d'anonymat, ces photos étant publiées sur Internet

Note de bas de page 36 :

Notons une exception : un billet du blog de Camille porte sur les cheveux, souvent cassants et fragilisés par la dénutrition

Note de bas de page 37 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2017/03/je-vais-cree-un-autre-blog-dediee-au-sport-et-a-la-beaute.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 38 :

Les blogs dits hybrides se distinguent des photoblogs, des blogs spécialisés et mono-thématiques, des « méta »-blogs ou encore des blogs institutionnels

Note de bas de page 39 :

Par exemple, le blog de Camille s'intitule http://camille-pro-ana.over-blog.com. Son quatrième billet est intitulé « Pourquoi et comment je suis devenue Pro Ana ».

Sur l'ensemble des représentations iconiques corporelles, la tête est absente dans un peu plus de la moitié des images. Il est intéressant de faire le lien avec l'idéal corporel pro-anorexique qui prône la minceur à partir de différents critères physiques : il faut voir les os des clavicules, des hanches ou encore des côtes, avoir un certain écart entre les cuisses, etc. La tête n'est jamais mentionnée par cet idéal comme si elle ne faisait pas partie du corps35. En effet, l'analyse des billets36 montre que la tête est absente du discours pro-anorexique des blogueuses. La « géographie corporelle » (Le Breton , 2013 : 159) pro-ana se focalise sur certaines parties du corps, les autres en étant exclues. Ainsi, dans le dernier billet de son blog, Camille annonce vouloir créer un nouveau blog « dédiée au SPORT et à la beauté ! ♥ »37. Elle écrit : « Le maquillage a toujours été quelque chose que j'aime. Je voudrais vous partagez (sic) ma passion ! ». Le contenu de ce futur blog se veut plus pro-anorexique, se rapprochant ainsi d'un blog plus traditionnel. En effet, l'absence de figuration du visage dans les blogs pro-ana semble être une caractéristique forte par opposition à des blogs « hybrides » (Paldacci , 2006/4 : 76)38 (généralistes) tenus par des adolescentes. Ainsi, l'analyse de Matthieu Paldacci montre que les préoccupations liées au corps y occupent une place importante. Le champ lexical du corps est récurrent − avec entre autres des termes relatifs au visage (Paldacci , 2006/4 : 88). Pour David Le Breton, dans une société où la reconnaissance n'est plus liée à l'appartenance à un groupe ou à une lignée, « nul espace du corps n'est plus approprié pour marquer la singularité de l'individu et la signaler socialement. Le visage est un des hauts lieux de l'incarnation de l'identité » (Le Breton , 2013 : 160). Or, l'identité choisie par ces blogueuses est celle de la pro-anorexie, comme en témoignent le titre du blog, le pseudo ou encore le premier billet qui souvent justifie l'engagement dans la pro-anorexie39. Par conséquent, nous pouvons interpréter l'absence de la tête dans la plupart des représentations iconiques corporelles comme la volonté d'une indifférenciation afin d'être acceptée, considérée comme légitime par les internautes de la communauté pro-ana.

Note de bas de page 40 :

« La grande majorité des adolescents ont un blog de type personnel dans lequel ils racontent ou affichent leur vie, que ce soit par des photographies, des poèmes ou des textes. [...] Il semble assez évident que l'image a une importance centrale dans la vie des adolescents. [...] Ils nous montrent leur famille, leurs amis, leur visage, parfois même des parties de leur corps » (Nicaise et Lefebvre, 2010/2 : 101-102).

Note de bas de page 41 :

Rappelons avec Claudine Herzlich que la maladie est une construction sociale « marquée du signe de la déviance. Le médecin ne fait pas qu'expliciter un état de la maladie en lui-même évident, il le crée en lui apposant la notion d'une norme altérée. Il nomme la déviance biologique » (Herzlich, 1984 : 195-196).

Enfin, concernant la posture du corps, les jeunes filles/femmes prises en photos posent. Leur corps est figé et semble s'inscrire dans l'intemporel. Leur regard est inexpressif, l'air est détaché. Il n'y a pas de récit à l'exception des photos avant/après qui pointent l'évolution vers les normes corporelles à atteindre. Cela constitue une autre différence d'avec des blogs adolescents qui n'hésitent pas à mettre des photos de leurs amis, de leur famille et des moments partagés avec eux40. Outre le signe iconique donné à voir, le cadrage − signe plastique − participe donc de la mise en visibilité de l'idéal pro-anorexique : la minceur et l'amaigrissement considérés par le corps médical comme un des symptômes de l'anorexie − autrement dit une transgression médicale41 −, est ici présentée comme une norme corporelle acceptable, et même plus : recherchée.

3.3. L'assertion d'une « vérité » par une opposition des contenus textuel et iconique

Note de bas de page 42 :

Photos truquées, retouchées qui revendiquent un point de vue particulier sur le monde

Note de bas de page 43 :

Sébastien Rouquette note que sur les blogs, l'image peut être utilisée pour décrire, témoigner, asserter ou argumenter (Rouquette, 2009 : 169)

Note de bas de page 44 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/les-bienfaits-d-etre-mince.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 45 :

Sora-Ana publie une photo avant/après mais le texte ne décrit pas ce corps. Elle en parle au futur : « Je dois continuer mes efforts, mon but est tout proche ! J'ai encore plus de trois semaines avant de partir en vacances, de quoi pouvoir montrer un corps magnifique ! » (http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-11-juin.html). Dans le second avant/après, le billet porte sur ce qu'elle a mangé, ce n'est qu'en PS qu'elle s'identifie sur les photos : « PS : C'est bien moi sur la photo avant/après. J'ai perdu 2 kg en 2 jours, et ça se voit déjà un peu ! » (http://sora-ana.over-blog.com/2015/06/journal-de-bord-5-juin.html). Deux commentaires d'admiration sont écrits et témoignent du fait qu'elle commence à avoir un écart entre les cuisses et que son ventre est vraiment devenu plat.

Note de bas de page 46 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/02/comment-et-pourquoi-je-suis-devenue-pro-ana.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 47 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/02/conseils-pour-perdre-du-poids.html (consulté le 20 octobre 2018).

Nous pouvons affirmer que les photos ont principalement pour fonction d'asserter une vérité à partir de « la création assumée d'un univers »42 pour reprendre S. Rouquette : la minceur voire la maigreur sont synonymes de beauté43. Le corps doit être parfait, perfection qui est l'unique objectif du mouvement pro-ana, comme l'écrit Camille à la fin d'un billet consacré à la minceur : « Réfléchie (sic) à cet article et va vers le chemin de la perfection »44. Cette fonction assertive est confirmée par l'absence de discours sur la photo. En effet, elle n'est jamais évoquée par la blogueuse dans son billet45, comme si l'image se suffisait à elle-même et n'avait pas besoin d'interprétation. Par exemple, Camille écrit un billet sur « Comment et pourquoi je suis devenue Pro Ana »46. La photo qui l'illustre nous montre en gros plan une clavicule (cf. l'image de la catégorie 5) mais, c'est le champ lexical de la grosseur qui caractérise ce billet : « J'était (sic) GROSSE ! », « J'était (sic) "la grosse baleine" », « J'était (sic) grosse, moche », « "Attention elle va manger ton dessert la grosse" », « Tu n'est qu'une grosse VACHE ! », « J'était (sic) toujours grosse et moche, très moche », etc. Un autre exemple atteste de cette opposition entre iconique et textuel : dans le billet « Conseils pour perdre du poids ! ! ! ! ♥♥♥ »47 figure une liste de vingt-quatre conseils. La photo qui illustre le billet relève de la catégorie 3. Le buste et les cuisses d'une personne sont cadrés selon un plan rapproché soulignant la maigreur. Cette personne est habillée. Contrastant avec cette image, le conseil n° 16 est le suivant : « Prenez une photo de vous en sous vêtement (sic) ! Voyez comme vous êtes GROSSE et LAIDE ! ». Il y a donc bien opposition entre la maigreur figurée visuellement et la mention textuelle de la grosseur. Cette opposition peut être associée à la fonction relais du message linguistique, définie par Roland Barthes. En effet, dans ce billet, par exemple, figure cet autre conseil : « Sport Sport Sport SPORT ! ! ! Des (sic) que vous êtes libre aller courrir (sic) ! éliminer la graisse qui vous encombre ! ». Ici, le message linguistique apporte un sens que ne peut contenir l'image. Il a une fonction de relais, en lien avec le présent puisque le sport relève des pratiques, mises en place par les adolescentes pro-ana, pour perdre du poids. La photo, quant à elle, figure ce que pourrait être leur corps dans le futur. Nous trouvons un autre exemple dans un billet, intitulé « Nouveau jour, Nouveau régime ! ! ». Camille détaille les menus d'une semaine type. La photo relève ici encore de la catégorie buste/cuisses. Le corps, partiellement dénudé, laisse voir un ventre plat, le thigh gag et une partie des cuisses. Le régime apparaît donc comme le moyen d'obtenir un corps proche de celui figurant sur la photo. Le texte a une fonction de relais, et fait lien entre le présent et le futur. Le début du billet en témoigne : « Aujourd'hui, je vais vous parlez (sic) de MON régime à moi, crée (sic) par moi :') qui ma (sic) permis dans le temps de perdre 15 kilos ! :D ! ! ! Mais j'ai repris depuis.. Alors aujourd'hui je le recommence ! ». Camille mentionne en conclusion : « Les résultats vont être spectaculaire (sic) ! », le spectaculaire pouvant désigner, pour les adolescentes pro-ana, le corps illustrant ce billet.

Note de bas de page 48 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/les-bienfaits-d-etre-mince.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 49 :

http://camille-pro-ana.over-blog.com/2015/06/conseils-pour-avoir-des-cuisses-fine.html (consulté le 20 octobre 2018).

Note de bas de page 50 :

Martine Joly explique qu'il faut penser par éléments substituables pour comprendre le sens du message : « les éléments perçus, repérables par permutation, trouveront leur signification non seulement par leur présence mais aussi par l’absence de certains autres qui leur sont néanmoins mentalement associés » (Joly, 2001 : 45).

Note de bas de page 51 :

À la lecture de différents blogs pro-anorexiques, nous avons constaté que certaines images figurant sur le blog de Camille sont utilisées par d'autres blogueuses pro-ana pour illustrer leurs billets.

De façon plus générale, nous faisons l'hypothèse que la singularité des images n'intéresse pas les blogueuses. Les photos utilisées sont interchangeables. En effet, les billets « Les bienfaits d'être mince »48 et « Conseils pour avoir des cuisses fines »49 sont tous deux illustrés par une photo de catégorie 3 représentant un ventre plat, le thigh gap et le haut des cuisses. Le recours au principe de « permutation »50 permet d'imaginer ce que serait une autre iconisation de ces messages pour mieux en comprendre le sens. Le billet sur la minceur pourrait être illustré par une silhouette − soit une photo de catégorie 1 − et celui concernant les cuisses fines, par un gros plan ou un plan rapproché sur cette partie du corps, ce qui n'est pas le cas. Ce n'est donc pas la singularité du corps montré qui importe mais le fait que les critères corporels de l'idéologie pro-anorexique soient visibles. La circulation de photos identiques entre les blogs semble confirmer cette idée51.

Note de bas de page 52 :

Nous n'avons trouvé que deux commentaires

Note de bas de page 53 :

Entre 0 et 92 commentaires selon les billets

Note de bas de page 54 :

Un commentaire peut appartenir à différents registres

Concernant l'« interactivité de contenu » (Rouquette, 2009 : 210), il n'y a quasiment aucune réaction de la part des internautes52 sur les images publiées. Sur les trois cent quatre commentaires53 (vingt-quatre billets) que compte le blog de Camille, seul un est lié à la photo. Ce commentaire constitue une question d'identification mais ne porte pas sur la dimension esthétique du corps. Les internautes ne commentent donc pas ce qui est considéré comme la perfection corporelle. L'objectif à atteindre est une donnée qui va de soi, ce qui intéresse les adolescentes pro-anorexiques, c'est la manière d'y parvenir. Cette absence de commentaires des photos est une caractéristique qui permet de distinguer les blogs pro-anorexiques des blogs adolescents traditionnels sur lesquels le physique est une « donnée très importante », mais dont l'usage est différent : « Les jeunes skyblogueurs ne cessent de se photographier et de photographier leurs proches en toutes circonstances. [...] Et, incessamment, cette exposition photographique de la vie du blogueur s'accompagne de demande d'admiration. On pose, on rit, on grimace, seul ou en groupe, en attendant le commentaire obligé des amis proches, mais aussi des visiteurs de passage » (Cardon et Delaunay-Téterel, 2006/4 : 46). Si les photos sur les blogs pro-ana ne suscitent pas de commentaires en elles-mêmes, les normes véhiculées par ce mouvement sont toutefois contestées par une partie relativement faible des internautes. En effet, sur le blog de Camille, environ 1/10ème des commentaires sont anti-pro-ana. Ils dénoncent cette idéologie en mobilisant quatre registres normatifs54 : le registre médical, le registre esthétique, le registre des qualités et celui de la folie. La critique des normes corporelles relève du registre de l'esthétique dont l'argument principal se fonde sur une inversion de l'équation minceur = beauté et perfection.

Nous pouvons également considérer que les images publiées sur les blogs pro-ana sont prescriptives, terme utilisé par Lipovetsky pour qualifier les photos de mannequins dans la presse magazine. Ce sont des « images forces invitant à l'amélioration permanente des qualités esthétiques » (Lipovetsky, 1997 : 183) ; le corps appelle « à l'action correctrice, à l'efficience et à l'optimisation esthétique » (Lipovetsky, 1997 : 183). Nous retrouvons effectivement cette injonction à l'amélioration du physique sur les blogs pro-ana, qui passe par des restrictions alimentaires et un certain nombre de pratiques sportives visant à « corriger » ce qui ne correspond pas à la norme.

Note de bas de page 55 :

Ici synonyme de gros

Note de bas de page 56 :

Nous pouvons faire le parallèle avec ce qu'évoque Lipovetsky concernant la beauté contemporaine : « si, de nos jours, la cellulite, les plis, le ramolli, le flasque déclenche autant de réaction négative de la part des femmes, c'est que le svelte et le ferme ont valeur de maîtrise de soi, de réussite, de self management » (Lipovetsky, 1997 : 139).

Note de bas de page 57 :

Cette affirmation repose sur notre propre lecture d'un grand nombre de blogs pro-anorexiques mais n'a pas fait l'objet d'une étude référencée

Cependant, dans leurs billets, les blogueuses critiquent leur propre corps ou les corps qui ne correspondent pas aux normes pro-ana, critiques qui s'opposent au corps montré par l'image. Nous pouvons qualifier cette opposition, d'opposition structurelle entre les signes linguistiques qui forment le discours du billet et les commentaires, et les signes iconiques/plastiques, les photos. D'un côté, les billets évoquent le gras, la paresse, l'obésité55, l'absence de contrôle et de volonté, la mollesse ou encore l'isolement ; de l'autre, les images connotent la minceur et/ou la maigreur, la beauté et la perfection56. Cette opposition linguistique/iconique se double d'une opposition narrative : présent/futur. Alors que le texte tend à se focaliser sur le présent notamment par l'usage du journal alimentaire, l'image fait référence à un horizon − futur − à atteindre. Nous rejoignons Casilli, pour qui « l'image que l'internaute donne à voir de son corps se projette dans un futur de perfection [...] ou se fige dans un présent fait d'efforts et de sacrifices » (Casilli, 2013/1 : 116), ce « futur de perfection » étant prédominant dans notre corpus (type 1 versus certaines photos de type 2). Enfin, cette opposition peut être considérée comme structurelle au sens où elle ne concerne pas uniquement les deux blogs étudiés mais une grande partie des blogs pro-ana57.

4. Conclusion

Note de bas de page 58 :

Nous pensons à l'ouvrage de Kaufman, Aimer son corps. La tyrannie de la minceur, Paris, Editions Jean-Claude Lattès, 2013. Il évoque « l'injonction sociale à l'hyper-minceur », « les modèles, qui nous empêchent d'aimer notre corps », « qui nous tyrannisent » (p. 9).

Note de bas de page 59 :

Par exemple, Gilles Lipovetsky mentionné en introduction

Note de bas de page 60 :

« Au fétichisme contemporain du corps jeune, ferme, sans adiposité correspond l'idôlatrie des top-models » (Lipovetsky, 1997 : 181-2).

Il existe aujourd'hui un décalage entre les représentations qui circulent dans les discours politiques, médiatiques ou encore médicaux sur ce qui est donné à voir sur les blogs pro-ana et ce qui l'est réellement. Les images connotant la mort sont absentes des deux blogs étudiés. La représentation de pratiques destructrices de par la monstration d'un corps squelettique et décharné semble avoir disparue. En outre, le blog constitue un « contexte de publication » ce qui « implique une sérialisation, c'est-à-dire la constitution d'un continuum temporaire, communautaire et dynamique, où chaque élément informe la compréhension des autres éléments » (Dubois, 2014 : 162). Le contexte de publication confère à l'image « des propriétés nouvelles en même temps qu'elle en apporte aux autres images qui la composent » (Dubois, 2014 : 161). Ici, c'est le blog pro-ana en tant que contexte de publication qui participe de la mise en sens des images du corps, laquelle est renforcée d'une part par l'opposition entre contenu textuel / contenu iconique, d'autre part par l'absence de commentaires sur l'image en elle-même. Le message linguistique a une fonction de relais, telle que la définit Roland Barthes, associée à l'opposition texte / image, quand il s'agit de l'iconisation du corps. En outre, l'hypothèse de Laurence Bardin ne fonctionne pas ici : ce n'est pas tant l'image qui fixe le sens du message linguistique que le blog pro-ana en tant que contexte de publication. C'est parce que l'internaute sait qu'il est sur un blog pro-anorexique, qu'il comprend comment interpréter les photos qui y figurent. Enfin, les représentations iconiques, notamment corporelles, reprennent les codes publicitaires étudiés par G. Lipovetsky : c'est un « corps mosaïque », l'image d'une « femme en morceaux » − sans la tête − qui sont donnés à voir, notamment par le jeu du cadrage. Ces codes sont adaptés aux normes corporelles pro-anorexiques qui poussent à leur paroxysme les normes esthétiques de notre société. En effet, qu'il s'agisse d'historiens du corps, de sociologues58 ou encore de philosophes59, les chercheurs soulignent l'évolution des normes corporelles aux XXe et XXIe siècles. Ces normes tendent vers une minceur toujours plus importante. Ainsi, Georges Vigarello écrit que la minceur est ancienne « mais [qu'] elle triomphe plus que jamais dans les modèles d'aujourd'hui. Profil tonique, réactif, affermi, celui que Vogue a su clairement spécifier dès les années 20 : "la silhouette svelte et sportive, les membres fins et musclés sans graisse parasite et la figure énergique et ouverte : voilà l'idéal de la beauté féminine" (Marelli , 1936 : 9) » (Vigarello, 2013 : 15). Les mannequins sont le symbole de cet idéal, comme le rappelle Gilles Lipovetsky60 et ce dont témoignent les images présentes sur les blogs pro-anorexiques.

Pour citer ce document

Référence papier

Arnoult Audrey, « Les représentations iconiques du corps sur les blogs pro-anorexiques », Interfaces numériques, 2018, vol. 7, n°2, p. 371-400.

Référence électronique

Arnoult Audrey, « Les représentations iconiques du corps sur les blogs pro-anorexiques », Interfaces numériques, 2018, vol. 7, n°2, consulté le 27/09/2020, URL : http://dx.doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.3452

Auteurs

Audrey Arnoult
Laboratoire LERASS
115D route de Narbonne, BP 67701, F-31077 TOULOUSE CEDEX 4
audrey.arnoult@iut-tlse3.fr
Articles du même auteur parus dans Interfaces numériques

Licence