Quelques publications récentes concernant la littérature antillaise

Charles W. Scheel 

Texto

Version PDF 268 ko

Scheel, C. W. (coord.). (2018a). Réel, merveilleux, magie et baroque dans la Caraïbe. Dans Archipélies, 5. PUA.
https://www.archipelies.org/87

1Sommaire : Charles W. Scheel, Introduction au dossier / Maurice Belrose, El bazar de los idiotas (1974) de Gustavo Álvarez Gardeazábal : une modalité originale du réalisme magique colombien / Cécile Bertin-Elisabeth, Aux origines du réalisme magique et du réel merveilleux : la fécondité oubliée du Vénézuélien Enrique Bernardo Núñez / Malik Noël-Ferdinand, Moulin à sucre merveilleux, machine à vapeur parodique : Reinaldo Arenas lecteur baroque d’Alejo Carpentier / Jean-Durosier Desrivières, La poétique du Mystère dans la composition dramatique et la prose poétique de Faubert Bolivar. Lecture de La Flambeau et de Sainte Dérivée des trottoirs / Claudie Gourg, Poétique du réalisme magique dans The Ventriloquist’s Tale de Pauline Melville : de la liminalité à la complexité / Charles W. Scheel, Réalisme magique, réalisme merveilleux et autres modes narratifs de Patrick Chamoiseau «  première manière  » (I) : le diptyque burlesque Chronique des sept misères et Solibo Magnifique / Sandrine Miram-Marthe-Rose, La Grande Drive des esprits de Gisèle Pineau : le roman d’une écrivaine guadeloupéenne à la recherche d’une passe entre réalisme et merveilleux. Hors-dossier : Ralph Ludwig, Herméneutique et mémoire(s). Réflexions sur la littérature franco-antillaise / Corinne Mencé-Caster et Cécile Bertin-Elisabeth, Approches de la pensée décoloniale / Dominique Aurélia, Middle Passage Narratives : Flight, Loss and Resistance. Note de lecture : Corinne Mencé-Caster, Édouard Glissant, philosophe d’Alexandre Leupin.

Little R. (coord.). (2018). René Maran : une conscience intranquille. Dans Interculturel Francophonies, 33. Alliance Française Lecce. EAN13 : 9788895343310.
https://www.fabula.org/actualites/interculturel-francophonies-n-33-rene-maran-une-conscience-intranquille_85499.php.

2Sommaire : Roger Little, René Maran, une conscience intranquille / Juan Fandos-Rius, Le parcours de René Maran en Oubangui-Chari et au Tchad / Boris Lesueur, Le Tchad de sable et d’or : une colonisation heureuse ? / Ferroudja Allouache, Batouala et la presse littéraire : fabrication discursive d’une perception racialisée / Katrien Lievois, Traduire René Maran : « véritable roman nègre » ou « passion brute » ? Florent Sohi Blesson, René Maran et la nature : essai d’analyse historique de Bêtes de la brousse / Tunda Kitenge-Ngoy, Lecture pragmatique de Djouma, chien de brousse / Buata B. Malela, Authenticité et réécriture de soi dans Journal sans date (Un homme pareil aux autres) de René Maran / Loïc Céry, Du regard à la vision : propositions anthropologiques et intertextuelles autour d’Un homme pareil aux autres de René Maran / Hanétha Vété-Congolo, René Maran : une aporie identitaire ? / Kusum Aggarwal, René Maran : écrivain colonial ? Réflexions sur ses écrits biographiques d’après son Savorgnan de Brazza / Sylvie Brodziak, René Maran : l’écriture noire de la conquête blanche ? / Roger Little, Deux Amis : Chapeau (bas) / René Maran.

Scheel, C. W. (coord.). (2018b). La forge de Zobel. Contes et reportages parus dans Le Sportif de Fort-de-France, 1938-1959 (Préface de Jenny Zobel). Scitep éditions, 222 p.
https://www.scitep.fr/livre/la-forge-de-zobel/

3Ce volume rassemble des textes courts parus sur une vingtaine d'années dans un journal qui, en raison de la Seconde Guerre mondiale, passa très rapidement du statut de feuille d’information sportive à celui d’« hebdomadaire sportif, littéraire et d'information » de la Martinique. La préface de Jenny Zobel, la fille de l’écrivain, et l’avant-propos du concepteur de l’ouvrage permettent de situer ces publications dans la carrière de Joseph Zobel et sa réception sur son île natale.

4I. Dix contes, publiés au début sous le pseudonyme Kay-Mac-Zo (en l’honneur de l’écrivain jamaïcain Claude McKay, auteur de Banjo), dont plusieurs inédits : 1. « Géo Bamboula » (1938) ; 2. « Justina » (1939) ; 3. « Le Pionnier d'une nuit » (1940) ; 4. « Mon Village » (1940) ; 5. « Maurice » (1941) ; 6. « Mapiam » (1941) ; 7. « Midi » (1941) ; 8. « Il était un petit navire » (1944) ; 9. « La part du pauvre »(1949) ; 10. « Défense de danser » (1955).

5II. Zobel, reporter du Sportif à Fort-de-France : « Nouveau Visage de Fort-de-France » (1939) ; « Un quart d’heure avec Mr Gassette » (1940) ; « Zombis » (1940) ; « La Bohème et Féfé » (1940) ; « Branle-bas chez nous au Sportif » (1941) ; « Je vous y convie » (1941) ; « Événements » (1944) ; « Les lettres, les Arts » (1944) ; « Murmure pour un tam-tam » (1949) ; « Un peintre : Alexandre Bertrand » (1945) ; « La journée du tourisme » (1946) ; « Les 'Négro-spirituels' » (1946).

6III. Zobel, reporter du Sportif à Paris : « Comment je vois Paris (I) » (25.02.1947) ; « Comment je vois Paris (II) » (31.05.1947) ; « Comment je vois Paris (III) (27.09.1947) ; « Brève Rencontre avec la Jeunesse du Monde au Jamboree Mondial de la Paix » (27.09.1947) ; « Comment je vois Paris – Constellation Noire (I) » (02.04.1949) ; « Comment je vois Paris – Constellation Noire (II) » (09.04.1949).

7IV. Zobel, reporter pour Le Sportif d'une randonnée en Auvergne : « Par monts et par vaux » (9 articles entre le 02.10.1948 et le 15.01.1949).

8V. Réception de Zobel dans Le Sportif : « A propos de Diab'là » (1946) ; « À paraître : Les Jours immobiles, de Joseph Zobel » (1946) ; « Avec Joseph ZOBEL – Rétrospectives littéraires » par Soïme (1946) ; « Les Jours immobiles » aux États-Unis (1946) ; « Le succès de Zobel » par F. E. (1947) ; « La Pluie » – Joseph Zobel et la Presse Parisienne (1947) ; « Le Prix des Lecteurs 1950 à Joseph Zobel pour son roman antillais La rue Cases-Nègres » par Jean Coutin (2 décembre 1950) ; « M'man Tine est morte le 22 mars 1959 » (26.03.1959) ; « Joseph Zobel parmi nous » (25.07.1959).

Scheel, C. W. (coord.). (2019). 1976-2016 : Quarante ans de roman antillais – Hommage au Professeur Jack Corzani, dans Archipélies, 7. PUA.
https://www.archipelies.org/441

9Sommaire : Charles W. Scheel, Présentation / Liliane Fardin, Une « ethno-littérature » en questionnement / Emmanuela Cacchioli, Ernest Pépin : un romancier-poète à l’écriture protéiforme / Claude Cavallero, Du rêve au réel : l’expérience de l’île dans L’Envers du décor d’Ernest Pépin / Charles W. Scheel, Réalisme magique, réalisme merveilleux et autres modes narratifs de Patrick Chamoiseau « première manière » (II) : de la saga épique de Texaco à la démesure monstrueuse de Biblique des derniers gestes / Marie-Rose Abomo Mvondo Maurin, Ville cruelle, solitudes et errances : Jean-Marc Rosier, pour une transcription du présent martiniquais / Anaïs Stampfli, Les romans d’Alfred Alexandre, de Frankito et de Jean-Marc Rosier : une nouvelle mouvance littéraire antillaise post-créoliste ? / Frédéric Vigouroux, Liste des romans antillais publiés de 1976 à 2016.

Arthéron A. et Chali J.-C. (dir.). (2020). Joseph Zobel : Portées, héritages et modernité. Éditions Passage(s), collection Essais.
http://www.editionspassages.fr/collections/axel-artheron-jean-georges-chali-dirs-joseph-zobel-heritages-portees-modernite/

10Les textes qui composent ce volume sont issus des communications qui se tinrent lors du colloque « L’Œuvre de Joseph Zobel : portées, héritages et modernité » à l’Université des Antilles, les 13, 14 et 15 octobre 2015, à l’occasion de la commémoration du centième anniversaire de la naissance de l’écrivain, le 26 avril 1915. Ces contributions apportent un éclairage sur l’ensemble littéraire et artistique de cet « auteur-carrefour » du XXe siècle, afin d’aider à comprendre comment cette œuvre polymorphe parvient à faire trace dans le temps. Romancier, poète, nouvelliste, sculpteur, Joseph Zobel a construit une œuvre représentative des enjeux linguistiques, anthropologiques, ethnoculturels et littéraires qui s’imposèrent à l’homme de culture noire et aux intellectuels des Amériques après la Seconde Guerre mondiale. Écriture populaire, esthétique enracinée au cœur des traditions populaires, le texte « zobellien » révèle les mutations sociales antillaises qui émergèrent au lendemain de la période esclavagiste.

11En marge de cette publication, voir également Scheel C. W. (2016). Juste après Giono et peu avant Baghio'o : le réalisme merveilleux de Zobel dans Diab’-là. https://www.academia.edu/35951507

Bertin-Elisabeth, C. (2020). Zobel'ami. Lettres de Joseph Zobel à Roland Rosélie et à Jean-Dedieu Léon Armède. Ibis Rouge Éditions, 168 p.
https://www.armitiere.com/livre/17444596-zobel-ami-lettres-de-joseph-zobel-joseph-zobel-cecile-bertin-elisabeth-jean-ded--ibis-rouge-editions

12Cécile Bertin-Elisabeth nous invite à rencontrer Joseph Zobel autrement, à partir du témoignage de son amitié envers deux compatriotes martiniquais : Roland Rosélie et Jean-Dedieu Léon Armède. Ces échanges épistolaires permettent d'appréhender sur une vingtaine d’années l’extrême sensibilité, les difficultés et espoirs quotidiens de l’homme Zobel et de réévaluer la réception de ce romancier et poète de génie.

Sofo, G. (2020). Les éclats de la traduction. Langue, réécriture et traduction dans le théâtre d'Aimé Césaire. Les Éditions Universitaires d'Avignon, Collection En-jeux, 240 p.
https://eua.hypotheses.org/3726.

13Les éclats de la traduction est une lecture du théâtre d’Aimé Césaire au prisme de la fluidité textuelle, à travers une analyse de la révision, de la réécriture et de la traduction des pièces de l’auteur martiniquais. En suivant les mouvements de ces œuvres, se déploie une vision de la littérature en tant que système en évolution constante.