Glossaire Glossary - Glosario

Text

1Aficionado, a : « aficionado, aficionada : amateur d’un art, d’un sport, etc. Le terme s’emploie en particulier pour le flamenco et la corrida » (Leblon, 1995, p. 153).

2Alegría : « chant festif de la famille des Cantiñas dont la mélodie et l’accompagnement se basent sur la tonalité de do Majeur (accord de DoM — tonique — et Sol 7° — dominante). Rythmiquement, ce chant est articulé sur le compás de la soleá joué par l’accompagnement avec un tempo légèrement plus rapide (≈ 152-160) » (García Plata-Gómez, 2000, p. 412).

3Baile : « au sens large, le fait de danser dans le style flamenco (bailaor, bailaora). L’expression "baile por" désigne une chorégraphie associée à un palo (exemple : baile por alegría) » (Worms, 2021, p. 329).

4Bailaor, a : voir baile.

5Bulería : « chant festif de la famille de la soleá (mêmes modes de La ou de Mi, soit por medio ou por arriba, pour la mélodie et l’accompagnement) qui s’articule sur le compás de soleá avec un tempo plus rapide (≈ 184-192) » (García Plata-Gómez, 2000, p. 412).

6Cantaor, a : voir cante

7Cante : « au sens large, le fait de chanter dans le style flamenco (cantaor, cantaora). L’expression "cante de" désigne une composition mélodique, sous forme de "modèle mélodique" (Bernard Lortat-Jacob), attribuée à un cantaor-compositeur ou assignée à un "territoire flamenco". Un "cante de" n’est jamais associé à un texte spécifique. Chaque cante est clos sur lui-même et n’appelle ni développement ni reprise. Le cantaor construit chaque pièce vocale en série de cantes juxtaposés, en ordre et en nombre aléatoire » (Worms, 2021, p. 329).

8Chantabilité : « capacité à pouvoir être chanté » (« Chantabilité, nom », 2021). « qualité de ce qui peut être chanté » (« Définition “Chantabilité” », 2021). D’un point de vue fonctionnel, il s’agit du fait qu’un texte et une musique soient adaptés l’un à l’autre, de manière à ce que ce texte puisse être chanté sur ladite musique. Une traduction de la définition de « singability » donnée par Franzon pourrait être « unité musico-verbale entre le texte et la composition musicale » (Franzon, 2008, p. 373). voir Singability.

9Compás : « Mode rythmique. Avec la tonalité et son harmonisation, le compás est l’une des règles fondamentales définissant certains palos (palos a compás). Si le cycle métrique de chaque compás est immuable (8 ou 12 temps, pouvant être divisés en « medios compases »), la plupart des compases comporte plusieurs systèmes d’accentuations rythmiques. Le cante, le toque et le baile introduisent dans le compás "standard" externe, marqué par les palmas de base, d’autres systèmes d’accentuations engendrant des superpositions ternaire / binaire (exemples typiques : bulerías pour les compases de 12 temps ; tanguillos pour les compases de 8 temps). Il est fréquent d’étendre la notion de compás à des choix de tempo, d’ailleurs assez lâches (autour des trois pôles lent / médium / rapide) et à des carrures harmoniques obligées, voire à des connotations émotionnelles. » (Worms, 2021, p. 329).

10Copla : « strophe destinée à être chantée (en général, de trois à cinq vers). À l’image des cantes, les coplas sont de courts poèmes clos sur eux-mêmes. À l’exception des romances, une série de cantes implique donc une série aléatoire de coplas sans aucune continuité narrative » (Worms, 2021, p. 330).

11Fandango ou fandango natural : « chant libre dont la mélodie et l’accompagnement se basent sur le mode dorien de Mi ou de La. Ce chant d’origine folklorique fut intégré au flamenco à l’époque des cafés-chantants. Il existe de nos jours de nombreuses variantes mélodiques de fandangos dues à de grands interprètes (Caracol, El Gloria, Juan El de la Vara, Antonio El de la Calzá, etc.) qui ont marqué ce type de chant de leur empreinte personnelle » (García Plata-Gómez, 2000, p. 414).

12Jaleo : « ensemble des encouragements verbaux (¡Olé!, etc.) adressés par les spectateurs aux artistes au cours d’une performance flamenca. Dans un tout autre sens, le terme désigne des airs à danser en vogue à la fin du XIXe siècle, dont certains sont à l’origine de bulerías, cantiñas, jaleos extremeños et soleares » (Worms, 2021, p. 330).

13Lalie : terme proposé par Bernard Leblon pour définir les « interjections ou suite de syllabes sans signification, utilisées dans le chant flamenco pour leur fonction sonore et rythmique. En espagnol "lalia" ou "glosolalia" ». Pour plus de précisions, voir (Leblon, 1995, p. 56‑57 et 158).

14Letra : terme qui désigne la copla littéraire, autrement dit les paroles, le texte d’un chant flamenco.

15Palmas : « accompagnement rythmique par des frappes des paumes des deux mains » (Worms, 2021, p. 331).

16Palo : « Forme du répertoire flamenco traditionnel définie par une ou plusieurs tonalités (modes "flamenco", majeur ou mineur + tonique), la couleur sonore engendrée par leur harmonisation sur la guitare et un compás (pour les palos qui en sont pourvus). Chaque palo possède un répertoire de "cantes de" spécifiques et est souvent associé à une gamme d’états émotionnels autour de quelques pôles assez lâches (tragique, triste, élégiaque, gai, festif, etc.) » (Worms, 2021, p. 331).

17Singability : « the quality of being singable » (« Singability », 2000). From a functional point of view, « a musico-verbal fit of a text to music » (Franzon, 2008, p. 373).

18Soleá : « type de chant mélismatique et dramatique fondé sur le mode de La ou de Mi (mélodie et accompagnement) dont il existe de nombreuses variantes mélodiques et interprétatives fixées par les grands maîtres du passé. Dans sa conduite rythmique, le chant s’articule sur le compás joué par l’accompagnement. Le compás de soleá se compose de douze unités à la croche réparties en cinq temps non-isochrones (2 temps ternaires et 3 temps binaires) avec un départ en anacrouse. Contrairement au compás de seguiriya, le tempo plus rapide de la soleá (≈ 116) oblige les musiciens, dans la pratique, à décomposer les douze unités de la période rythmique » (García Plata-Gómez, 2000, p. 418‑419).

19Tango : « chant festif qui se base musicalement sur le mode de La (mélodie et accompagnement) et dont le rythme binaire (4x4 que les musiciens flamencos, dans la pratique, décomposent généralement en 8 unités à la croche) a permis l’intégration au répertoire flamenco de nombreux chants provenant de divers horizons géo-culturels (tempo ≈ 152) » (García Plata-Gómez, 2000, p. 419).

20Taranta : « chant libre de la famille des cantes de las minas, dont la mélodie et l’accompagnement se fondent sur le mode dorien de Fa#Majeur. La taranta est, à l’origine, un chant du folklore minier intégré au répertoire flamenco à l’époque des cafés-chantants. Don Antonio Chacón, grand interprète de ce style, en fixa par l’enregistrement discographique les canons interprétatifs et mélodiques » (García Plata-Gómez, 2000, p. 419).

21Tercio : « période mélodique d’un cante, correspondant en général à un (plus rarement à deux) vers d’une copla » (Worms, 2021, p. 332).

22Tocaor, a : voir toque

23Toque : « au sens large, le fait de jouer de la guitare dans le style flamenco (tocaor, tocaora). L’expression "toque por" désigne une composition pour guitare selon les règles d’un palo (exemple : toque por soleá) » (Worms, 2021, p. 332).