logo du site Interfaces numériques

Parutions récentes

Benoît DROUILLAT

Sommaire

Texte intégral

Version PDF 417 ko

Les Nouvelles Lois du web
Modération et censure

Romain Badouard

Seuil, coll. La République des idées, 2020

Depuis l’avènement de l’internet grand public dans les années 1990, le web a été perçu comme un outil au service de la liberté d’expression. Mais face à la montée de la désinformation et des discours de haine, une régulation nouvelle se met en place. Les États légifèrent pour encadrer la prise de parole en ligne. Les grandes entreprises du numérique se voient octroyer des pouvoirs de filtrage et de blocage des contenus. Le problème survient lorsque l’opacité de ces opérations transforme la modération en censure. Il est urgent d’inventer une régulation démocratique des contenus sur internet, afin que celui-ci demeure pour tous et toutes un espace de débat, d’engagement et de liberté.

Romain Badouard est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris II Panthéon-Assas, chercheur au laboratoire CARISM de l’Institut français de presse. Il a notamment publié Le Désenchantement de l’Internet (FYP, 2017).

La participation numérique : une injonction paradoxale

Serge Proulx

Presses des Mines, 2020

Participer en ligne s’impose comme une nouvelle exigence en matière de politique, d’art, de technologie, de science ou de recherche… Mais que signifie réellement « participer » ?

S’agit-il d’une simple illusion qui satisfait le désir de chacun d’être écouté ? d’une ruse sémantique ? d’un artéfact rhétorique pour mieux exploiter les internautes et les enfermer dans les espaces contrôlés par des macros acteurs économiques et par les autorités politiques ? Ou, au contraire, cette participation pourrait-elle conduire à distribuer plus démocratiquement la capacité d’agir ?

Cet ouvrage met en scène l’horizon et les limites de l’utopie communicationnelle numérique ébranlée par un capitalisme des plateformes qui monétise les traces et données partagées sur le web. Il analyse les conséquences politiques du déploiement d’usages et tactiques d’appropriation sociale des technologies de communication et d’inclusion numérique. Enfin, il discute les limites et possibilités de la puissance d’agir citoyenne dans un monde fortement connecté.

Ce livre montre donc comment faire gagner le citoyen en puissance d’agir, en liberté, en compétence pour que s’impose un nouveau sujet politique dans la sphère publique.

Derrière les écrans
Les nettoyeurs du Web à l'ombre des réseaux sociaux

Sarah T. Roberts

La Découverte, 2020

Employés par des sous-traitants aux quatre coins du monde, les modératrices et modérateurs de contenu sont les travailleurs de l’ombre chargés de purger les sites Internet, les réseaux sociaux et les applications mobiles des photos, vidéos ou commentaires abjects qui les inondent : propos haineux, cyber-harcèlement, injures racistes ou sexistes, automutilations et tortures, viols et décapitations, pédophilie…
À travers des dizaines d’entretiens menés avec ces collecteurs de déchets numériques dans les zones rurales de l’Iowa, dans la Silicon Valley, au Canada et aux Philippines, cette enquête met au jour l’économie souterraine d’une industrie dont les coulisses tranchent avec le progressisme revendiqué. À rebours de l’optimisme libertaire des pionniers du Web, le filtrage des torrents de violence, de pornographie et de fiel déversés sur nos écrans s’impose aujourd’hui comme une tâche à la fois indispensable et sisyphéenne. Ses enjeux en termes de réglementation de la liberté d’expression et de délimitation des frontières du dicible et du montrable à l’échelle planétaire restent néanmoins largement ignorés.
Alors que les controverses autour des fake news, des discours de haine et du harcèlement en ligne obligent peu à peu les plateformes à rompre l’illusion d’une modération « automatique », Sarah Roberts révèle les conditions de travail des substituts de l’« intelligence artificielle » et les risques psychologiques auxquels sont exposés celles et ceux dont le quotidien connecté consiste à visionner à la chaîne des contenus insoutenables pour que nous n’y soyons pas confrontés.

Médias dits sociaux ou médias dissociants ?

Philippe Viallon, Elizabeth Gardere

Deboeck, 2020

À partir d’une revue de la littérature scientifique et professionnelle française et internationale, ce livre explique la complexité de ces nouveaux médias que nous utilisons quotidiennement sans y penser.

Le XXIe siècle a vu les pratiques numériques intégrer notre quotidien, tant dans la sphère personnelle que dans l'univers professionnel. Les médias sociaux en sont l'une des manifestations les plus évidentes. Que ce soit pour le partage ou la recherche d'informations, la génération Y a grandi avec eux, mais ils ont également conquis les générations précédentes. Sont-ils porteurs de liens sociaux ou, au contraire, ont-ils un caractère dissociant ? Provoquent-ils une forme de délitement de la relation au bénéfice de l'interface ?

La génération née avec ces modes de connexion généralisés adopte désormais d'autres usages, voire détournements, qui sont analysés ici (fake newsdark web, etc.). Le développement des moyens de communication mobiles et autres systèmes embarqués s'inscrit dans des logiques d'instantanéité, de reconfiguration de l'espace-temps et de la relation interpersonnelle, contribuant à leur avènement irréversible.

Ce livre traite de cette forme de communication, qui oscille entre virtualité et réalité, et explique ce qui rend le phénomène si complexe.

Pharmaphone : la voix des adolescents

David Galli, Franck Renucci

Deboeck, 2020

Une étude sur l’impact du smartphone sur la communication humaine. Les différents contributeurs montrent comment la psychologie, la sociologie, l’anthropologie ou encore les sciences de la communication peuvent apporter un éclairage sur ce sujet sensible.

Avec le smartphone, que devient la communication ? Entre pharmakon (qui désigne à la fois le poison et le remède) et pharmaphone (quand on s’intéresse de plus près à son impact sur la voix), l’objet emblématique du XXIe siècle a transformé en profondeur la communication entre les humains et peut aussi nous renseigner sur elle. Dix-sept spécialistes se penchent sur la question et sur le ressenti des adolescents.

L’objectif de l’ouvrage est d’offrir aux professionnels de l’éducation et de la communication et aux enseignants un bagage conceptuel et bibliographique pour explorer la problématique de l’impact du smartphone sur les relations humaines à travers la réalisation d’un récit. Il encourage, après avoir pris appui sur les concepts, à créer des histoires qui les mettent en scène et à organiser une pièce de théâtre ou tourner un court-métrage grâce à l’oeil « intelligent » du smartphone.

Avec les contributions de : Serge Tisseron, Pascal Lardellier, Jean Abitbol, Clotilde Chevet, Xavier Pommereau, Philippe Gutton, Anne Cordier, Daniel Marcelli, Olivier Duris, Fabienne Martin-Juchat, Daniel Bougnoux, Feirouz Boudokhane-Lima, Cindy Felio, Hélène Jeannin et Nadja Monnet.

Vers un numérique responsable
Repensons notre dépendance aux technologies digitales

Vincent Courboulay

Actes Sud, 2021

Derrière une image immatérielle, la révolution majeure qu'est le numérique a un impact considérable tant sur l’environnement qu’au niveau social. Aucun secteur d’activité n’a eu une incidence si systématiquement négative sur la planète tout au long de son existence, alors qu’il se présente drapé dans des habits de lumière. Pourtant le numérique en soi n’est ni bon ni mauvais. Il doit trouver sa place comme simple auxiliaire permettant aux citoyens de mieux vivre.

Pour l’auteur, repenser nos usages est une nécessité démocratique, environnementale, sociale, sociétale autant dans notre relation à l’autre qu’à soi.

Le Design Sprint en pratique
Organiser, faciliter, transformer

Pauline Thomas

Eyrolles, 2020

Le Design Sprint, méthode rendue populaire par Google, est apparu comme une évolution puissante du design thinking en réponse au défi des entreprises en pleine transformation numérique.

Chefs de projet, designers, directeurs, ingénieurs, entrepreneurs, cette méthode s'applique concrètement à tous types de problèmes des organisations : conception d'un produit, amélioration de l'expérience employé, simplification des processus de travail, diminution de la dette technique, évolution du modèle économique...

Pauline Thomas vous donne toutes les clés pour réussir vos Sprints grâce à 25 fiches pratiques, canvas, check-lists et déroulés méthodologiques détaillés.

  • Adapter la durée de 1 à 5 jours selon la problématique, le contexte, les ressources et la temporalité du projet

  • Organiser un Sprint, convaincre les décideurs, vendre un plan d'action

  • Faciliter un groupe même à distance, gérer des situations difficiles

  • Aligner les équipes opérationnelles et stratégiques sur une solution commune

  • Actionner les enseignements après un Sprint, embarquer les équipes

  • Déployer une culture agile centrée sur la collaboration et la créativité

Notre travail sera-t-il plus intelligent ?
Ce qui change avec le numérique

Bernard Abate

Manitoba, 2020

Ce livre est une brève histoire du travail. Du néolithique à l’algorithme, Bernard Abate y analyse les révolutions qui ont transformé le quotidien de l’humanité. Il interroge particulièrement l’impact du numérique sur le travail humain.

Le posthumain descend-il du singe ?
Littérature évolution et cybernétique

Elaine Desprès

PUM, Coll. Cavales, 2020

À la fois hybride, monstre, cyborg ou mutant, le posthumain est une figure pour le moins paradoxale ; annonciatrice bien souvent de la fin de l’Histoire, elle incarne pour l’homme la possibilité de transcender sa propre mortalité, tout en présentant, à l’instar des utopies, un état figé, final et abouti. Cependant, en replaçant le posthumain dans l’histoire de l’évolution, ne peut-on pas, justement, le faire évoluer ? Il ne serait plus l’idéal à atteindre ou le pire à éviter, mais la représentation des possibles, les branches fantasmées d’un futur arbre évolutif. Les ramifications en sont nombreuses et fertiles, largement irriguées sur le plan du discours et de la narration par les différentes théories de l’évolution des espèces et par celle de la cybernétique, science pluridisciplinaire à l’origine même du posthumanisme. Dans cet ouvrage, l’autrice se demande, en relisant des romans et des nouvelles de science-fiction publiés surtout entre 1948 et 2005, de quelle façon le posthumain littéraire s’inscrit dans la logique de ces théories et dans quelle mesure il en mobilise les signes et les savoirs.

Digital Health: Mobile and Wearable Devices for Participatory Health Applications

Shabbir Syed-Abdul, Xinxin Zhu, Luis Fernandez-Luque

Elsevier, 2020

Digital Health: Mobile and Wearable Devices for Participatory Health Applications is a key reference for engineering and clinical professionals considering the development or implementation of mobile and wearable solutions in the healthcare domain. The book presents a comprehensive overview of devices and appropriateness for the respective applications. It also explores the ethical, privacy, and cybersecurity aspects inherent in networked and mobile technologies. It offers expert perspectives on various approaches to the implementation and integration of these devices and applications across all areas of healthcare. The book is designed with a multidisciplinary audience in mind ; from software developers and biomedical engineers who are designing these devices to clinical professionals working with patients and engineers on device testing, human factors design, and user engagement/compliance.

Design Beyond Devices: Creating Multimodal, Cross-Device Experiences

Cheryl Platz

Rosenfeld Media, 2020

Your customer has five senses and a small universe of devices. Why aren't you designing for all of them ? Go beyond screens, keyboards, and touchscreens by letting your customer's humanity drive the experience—not a specific device or input type. Learn the techniques you'll need to build fluid, adaptive experiences for multiple inputs, multiple outputs, and multiple devices.

Too Much Information
Understanding What You Don't Want to Know

Cass R. Sunstein

MIT Press, 2020

How information can make us happy or miserable, and why we sometimes avoid it and sometimes seek it out.

How much information is too much? Do we need to know how many calories are in the giant vat of popcorn that we bought on our way into the movie theater? Do we want to know if we are genetically predisposed to a certain disease? Can we do anything useful with next week's weather forecast for Paris if we are not in Paris? In Too Much Information, Cass Sunstein examines the effects of information on our lives. Policymakers emphasize “the right to know,” but Sunstein takes a different perspective, arguing that the focus should be on human well-being and what information contributes to it. Government should require companies, employers, hospitals, and others to disclose information not because of a general “right to know” but when the information in question would significantly improve people's lives.

Sunstein argues that the information on warnings and mandatory labels is often confusing or irrelevant, yielding no benefit. He finds that people avoid information if they think it will make them sad (and seek information they think will make them happy). Our information avoidance and information seeking is notably heterogeneous—some of us do want to know the popcorn calorie count, others do not. Of course, says Sunstein, we are better off with stop signs, warnings on prescription drugs, and reminders about payment due dates. But sometimes less is more. What we need is more clarity about what information is actually doing or achieving.