Parutions récentes

Benoît DROUILLAT

Publié en ligne le 23 septembre 2019

Sommaire

Texte intégral

L’avenir des robots et l’intelligence humaine

Hans Moravec

Odile Jacob, 2019

Ce livre visionnaire décrit le nouveau monde qui est en train d’advenir. Un monde de robots intelligents et autonomes, un monde peuplé d’esprits artificiels accomplissant avec nous, et parfois mieux que nous, les tâches les plus variées, un monde dans lequel des automates intelligents magnifieraient nos savoirs et nos pouvoirs.Hans Moravec est l’auteur du célèbre paradoxe selon lequel il est plus facile pour la machine de simuler les processus intellectuels et les raisonnements complexes que de reproduire les aptitudes corporelles. Chercheur à l’université Carnegie-Mellon, il est l’un des experts les plus précurseurs et les plus reconnus dans le domaine de la robotique. 

Des Intelligences TRÈS artificielles

Jean-Louis Dessalles

Odile Jacob, 2019

L’« IA » fait de plus en plus souvent la une des médias. Les mystérieux algorithmes de nos ordinateurs sont champions du monde d’échecs et de go, ils vont conduire nos voitures, traduire automatiquement en n’importe quelle langue, voire imiter nos modes de raisonnement. Hélas, ils ne savent même pas qu’ils sont intelligents. Pour le dire plus clairement, ils ne savent rien. Tout ce que peuvent manifester les ordinateurs dotés des techniques les plus récentes d’IA est une intelligence qui ne comprend rien – du réflexe sans réflexion. Certains de nos mécanismes cognitifs, patiemment mis au point par l’évolution biologique, comme la recherche de la simplification et de la structure des phénomènes, sont encore hors de portée des machines, contraintes d’approcher au plus près de nos modes de raisonnement sans jamais les reproduire vraiment. Le fantasme de la machine qui sait tout a donc de beaux jours devant lui, même si les progrès de l’IA posent avec toujours plus d’acuité la lancinante question de savoir si une véritable intelligence peut être produite par des circuits de silicium. Jean-Louis Dessalles est enseignant-chercheur à Télécom ParisTech. Il utilise l’intelligence artificielle pour démonter les mécanismes de l’intelligence humaine, notamment en ce qui concerne le langage et le raisonnement. 

L’Homme ou la Machine? Comment Internet tue la démocratie (et comment la sauver)

Jamie Barlett

De Boeck, 2019

Démocratie ou technologie : de la lutte entre deux systèmes incompatibles ne peut triompher qu’un seul gagnant.

La technologie a radicalement changé notre façon de vivre. Mais ne nous sommes-nous pas confiés trop à la légère à une poignée d’utopistes de la Silicon Valley et de capital-risqueurs ? Que nous apprennent les scandales récents de violation de données impliquant des sociétés comme Facebook et Cambridge Analytica ? Que signifie l’intelligence artificielle pour notre démocratie d’avant Big Data ?

Jamie Bartlett s’invite dans le débat en affirmant que l’utilisation inconditionnelle de ces technologies use lentement les fondements de la démocratie : la classe moyenne s’érode, l’autorité souveraine et la société civile s’affaiblissent, et nous, citoyens, perdons progressivement nos facultés critiques, voire notre libre arbitre. Belle illustration de ces tendances, le mouvement des Gilets jaunes en France, auquel l’auteur consacre un chapitre.

Dans un récit passionnant, il explique pourquoi la technologie est en train de gagner la bataille mais aussi comment, en soutenant les piliers de la démocratie, nous pouvons la sauver avant qu’il ne soit trop tard.

Sociologie d’Internet

Jean-Samuel Beuscart, Eric Dagiral, Sylvain Parasie

Armand Colin, 2019

Comment internet, désormais intimement lié à nos existences, modifie-t-il nos façons de se rencontrer, de travailler, de militer, de consommer ou de se cultiver ? Structuré en chapitres thématiques – interactions, sociabilités, médias, politique et économie –, le présent ouvrage revisite les promesses d’internet en matière de démocratisation, de transparence et d’empowerment des individus. Enfin, il fait également le point sur les méthodes d’enquête que permet Internet.

Critiques de l’école numérique

Coordonnée par Cédric BiaginiChristophe Cailleaux et François Jarrige

L’Échappée, 2019

Plus l’école et l’éducation sont présentées comme étant en crise, plus l’utopie numérique y multiplie les promesses. Les injonctions permanentes à innover, à être optimistes, à individualiser les parcours, à se réinventer, à disrupter… imposent partout le numérique. Même s’il existe une grande variété de situations en matière d’équipements informatiques selon les niveaux et les établissements, l’idée que l’école telle qu’on la concevait jusqu’alors est obsolète et qu’elle doit, coûte que coûte, s’adapter à un monde contemporain ultraconnecté, a triomphé. Ainsi, dirigeants économiques, intellectuels et politiques ne cessent d’appeler enseignants et pédagogues à céder devant l’impératif d’un soi-disant progrès technique abstrait, et à s’en remettre les yeux fermés aux apprentis sorciers de la Silicon Valley. Ces mutations profondes, aux conséquences désastreuses pour notre psychisme et nos sociétés, s’opèrent à grande vitesse dans une sorte d’inconscience générale et d’hypnose collective. Rares sont celles et ceux qui osent s’exprimer publiquement pour remettre en cause ces orientations. Ce livre leur donne la parole et montre que les processus en cours ne sont ni « naturels », ni inéluctables. Enseignants, intellectuels, soignants, parents, syndicalistes… y développent une critique sous forme d’enquêtes et d’analyses sur les soubassements théoriques et les arrière-plans économiques de la numérisation de l’éducation, de la petite enfance à l’université, et témoignent de leurs expériences quotidiennes. Autant de contre-points qui expriment un refus de se laisser gouverner par des technocrates et autres startupers et ingénieurs qui entendent révolutionner nos vies.

Technopoly Comment la technologie détruit la culture

Neil Postman

L’Échappée, 2019

Nous sommes entrés dans l’ère de la Technopoly. Soit une société dans laquelle la culture est entièrement soumise aux impératifs technologiques. Tout doit y être mesuré, évalué avec le plus haut degré de précision, converti sous forme de données quantifiables et objectives, pour permettre à des machines ou à des experts d’assurer, pour notre plus grand bonheur, la gestion de nos vies. Bien que l’information n’ait jamais été aussi facile d’accès et présente en telle quantité, nous sommes désemparés, incapables d’appréhender un monde devenu d’une grande complexité. D’autant que les institutions sociales (l’école, la famille, les organisations politiques…) et les valeurs au fondement de la culture humaniste – qui structuraient jusqu’alors nos existences tout en favorisant le développement de notre autonomie et de notre faculté de jugement – ont rendu les armes face au monopole de la technique. Les réflexions développées dans ce livre retentissant de Neil Postman, publié pour la première fois aux États-Unis en 1992, n’ont rien perdu de leur actualité. Bien au contraire, elles révèlent avec une rare lucidité les fondements des mutations profondes qui n’ont fait que s’accélérer depuis. En remontant aux origines de la science moderne et de l’idéologie du progrès, l’auteur dresse un constat sans appel : la soumission de la culture à la technique menace à terme de détruire les sources vitales de notre humanité.

Le Logiciel: entre l’esprit et la matière

Xavier Leroy

Fayard, 2019

Un même matériel informatique peut remplir de nombreuses fonctions différentes par simple changement du logiciel qu’il exécute. Cette extraordinaire plasticité a permis à l’ordinateur de sortir des centres de calcul et de se répandre partout, des objets du quotidien aux infrastructures de la cité. Quels concepts fondamentaux sous-tendent cette prouesse technique ? Comment maîtriser l’incroyable et souvent effrayante complexité du logiciel ? Comment éviter les « bugs » de programmation et résister aux attaques ? Comment établir qu’un logiciel est digne de confiance ? À ces questions, la logique mathématique offre des éléments de réponse qui permettent de construire une approche scientifiquement rigoureuse du logiciel. Xavier Leroy est informaticien, spécialiste des langages et outils de programmation. Il est l’un des auteurs du langage OCaml et du compilateur formellement vérifié CompCert. Auparavant chercheur à l’Inria, il a été nommé professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Sciences du logiciel, en mai 2018.

La matérialité à l’ère digitale: l’humain connecté à la matière

Christine Browaeys

PUG, 2019

Monde de la matière et monde digital, où en sommes-nous aujourd’hui ? Comment appréhender la matière dans un monde de plus en plus virtuel ?

Aujourd’hui, l’humain, le digital et le matériel se rejoignent pour constituer de nouvelles façons d’être dans le monde. Cet ouvrage met en perspective l’évolution des matériaux et du numérique, source de nouvelles réalités hybrides. Il repose la question de la matérialité au XXIe siècle de façon interdisciplinaire, car la matérialité se définit en relation avec la matière, tout en étant de l’ordre de l’émotion et de la pensée. Elle permet de comprendre comment se construit notre relation au monde. Elle questionne le scientifique comme l’artiste.

Pour bien ancrer le sujet dans la réalité de la matière, l’ouvrage est émaillé d’exemples concrets, mêlant approches scientifiques et artistiques : textile interactif, intelligence artificielle, hologramme poétique. Il intègre aussi quatre interviews de professionnels travaillant les matériaux d’aujourd’hui, qui apportent une réflexion authentique sur leur représentation de la matérialité.

Ce que le numérique fait aux livres

Bertrand Legendre

PUG, 2019

Monde de la matière et monde digital, où en sommes-nous aujourd’hui ? Comment appréhender la matière dans un monde de plus en plus virtuel ?

Aujourd’hui, l’humain, le digital et le matériel se rejoignent pour constituer de nouvelles façons d’être dans le monde. Cet ouvrage met en perspective l’évolution des matériaux et du numérique, source de nouvelles réalités hybrides. Il repose la question de la matérialité au XXIe siècle de façon interdisciplinaire, car la matérialité se définit en relation avec la matière, tout en étant de l’ordre de l’émotion et de la pensée. Elle permet de comprendre comment se construit notre relation au monde. Elle questionne le scientifique comme l’artiste.

Pour bien ancrer le sujet dans la réalité de la matière, l’ouvrage est émaillé d’exemples concrets, mêlant approches scientifiques et artistiques : textile interactif, intelligence artificielle, hologramme poétique. Il intègre aussi quatre interviews de professionnels travaillant les matériaux d’aujourd’hui, qui apportent une réflexion authentique sur leur représentation de la matérialité.

Anoptikon: une exploration de l’internet invisible. Échapper à la main de Darwin

Olivier Auber

FYP, 2019

Les technologies du numérique industrialisent nos comportements naturels et ont tendance à accroître les inégalités. Elles accentuent notamment la tendance naturelle des personnes à se classer les unes par rapport aux autres. Ainsi, nous vivons dans une société où «  le gagnant rafle toute la mise  ».

Pourtant, le numérique, et notamment l’internet, aurait pu être radicalement différent. Le monde aussi. Dans les années 1990, une autre forme de réseau a été expérimentée dans un relatif secret. Ce réseau aurait mis les humains en relation sans intermédiaire et sans vampiriser leurs données personnelles. Il n’aurait pas fabriqué les empires que l’on connaît. Mais les opérateurs télécoms, les États et tous les pouvoirs l’ont rejeté. Alors, comme Galilée en son temps, les créateurs du Net ont dû se renier et renoncer à sa promesse originelle d’émancipation, d’ouverture et de partage.

Trente ans après, le monde façonné par l’internet s’est enfermé dans un géocentrisme totalitaire. Le digital auquel, soi-disant, nul ne peut échapper prédit que l’effondrement arrive, suivi au mieux de notre remplacement par des intelligences artificielles, au pire de notre extinction pure et simple. Nous ne pourrions que subir une sorte de darwinisme numérique.

Dans, Anoptikon Olivier Auber passe en revue nos «  asymétries cognitives  » et les manières dont les technologies les renforcent. Il aborde et répond aux questions que posent le numérique et les réseaux actuels et qui appellent des réponses urgentes, comme : Pourquoi sommes-nous tous en compétition, non pas pour obtenir de l’information, mais pour en donner aux autres  ? Pourquoi les autres opérateurs télécoms sont-ils prolétarisés par les plateformes  ? En quoi le web est-il centralisé  ? Existe-t-il une alternative  ? Peut-on définir une nouvelle classe d’intelligences artificielles en dehors de celle des GAFA  ? Les robots peuvent-ils imiter la «  lutte des classes  »  ? (la réponse est oui  !) Comment les technologies industrialisent-elles nos comportements naturels et comment y résister  ? Peut-on imaginer une nouvelle forme de monnaie qui ne fabrique mécaniquement des inégalités  ?

Puis Olivier Auber propose des pistes pour redonner une symétrie équilibrée dans nos relations ainsi que nos technologies, qui pourrait déboucher sur une nouvelle ère de l’être en réseau  », condition indispensable pour de l’émergence de communs au cœur d’une société apaisée.

Et plutôt que l’anéantissement qui nous est promis, c’est au contraire une nouvelle ère qui s’ouvre.

Le désenchantement de l’internet. Fake news, désinformation, rumeur et propagande

Romain Badouard

FYP, 2019

Internet est-il devenu l’ennemi de la démocratie ?

Rumeur, fake news, harcèlement, propagande, surveillance généralisée…, le débat public en ligne s’est transformé en véritable champ de bataille. Pourtant, il y a encore une dizaine d’années, on louait l’exemplarité de l’internet comme étant l’outil d’un renouveau démocratique. Comment expliquer ce retournement ?

Cet ouvrage propose une synthèse claire et pédagogique sur les enjeux politiques de l’internet. L’auteur montre que le pouvoir se loge au coeur même des technologies. Internet porte en lui un modèle communautariste qui favorise les clivages. Dans cet univers profondément conflictuel, l’enjeu n’est plus d’échanger, mais d’occuper l’espace. La dérégulation généralisée du marché de l’information fait peser de sérieuses menaces sur l’exercice de la liberté d’expression.

C’est la défense de l’internet comme bien commun qui est en train de se jouer aujourd’hui. Et parce que le numérique est l’affaire de tous, c’est aussi l’avenir de nos démocrates dont il est question.

Culture numérique

Dominique Cardon

Presses de Sciences Po, 2019-06-22

L’entrée du numérique dans nos sociétés est souvent comparée aux grandes ruptures technologiques des révolutions industrielles. En réalité, c’est avec l’invention de l’imprimerie que la comparaison s’impose, car la révolu­tion digitale est avant tout d’ordre cognitif. Elle est venue insérer des connaissances et des informations dans tous les aspects de nos vies. Jusqu’aux machines, qu’elle est en train de rendre intelligentes. Si nous fabri­quons le numérique, il nous fabrique aussi. Voilà pourquoi il est indispensable que nous nous forgions une culture numérique. 

Homo sapiens à l’heure de l’intelligence artificielle: La métamorphose humaniste.

Irène Dupoux-Couturier, Alain de Vulpian

Eyrolles, 2019

Homo sapiens saura-t-il apprivoiser l’intelligence numérique pour un nouvel épanouissement humain ? Nous ne sommes pas en train de vivre une époque chaotique comme beaucoup d’autres, mais bien ce qui pourrait être un véritable tournant dans le destin de l’espèce humaine. Homo sapiens est un organisme vivant en évolution qui doit s’adapter à ses nouveaux environnements. Confrontées à des déséquilibres sociaux, économiques, écologiques et techno-scientifiques, nos sociétés perdent confiance dans l’avenir. Et pourtant, les auteurs de ce livre observent depuis longtemps sur le terrain les signes d’une métamorphose radicale et d’un nouvel épanouissement humain. Peut-être pour la première fois de son histoire, Homo sapiens met en dialogue ses intelligences rationnelle, émotionnelle-relationnelle, sensorielle et spirituelle - et cela change tout.

Being Material

Marie-Pier Boucher, Stefan Helmreich, Leila W Kinney, Skylar Tibbits, Rebecca Uchill, Evan Ziporyn

MIT Press, 2019

In his oracular 1995 book Being Digital, Nicholas Negroponte predicted that social relations, media, and commerce would move from the realm of “atoms to bits”―that human affairs would be increasingly untethered from the material world. And yet in 2019, an age dominated by the digital, we have not quite left the material world behind. In Being Material, artists and technologists explore the relationship of the digital to the material, demonstrating that processes that seem wholly immaterial function within material constraints. Digital technologies themselves, they remind us, are material things―constituted by atoms of gold, silver, silicon, copper, tin, tungsten, and more.

The contributors explore five modes of being material : programmable, wearable, livable, invisible, and audible. Their contributions take the form of reports, manifestos, philosophical essays, and artist portfolios, among other configurations. The book’s cover merges the possibilities of paper with those of the digital, featuring a bookmark-like card that, when “seen” by a smartphone, generates graphic arrangements that unlock films, music, and other dynamic content on the book’s website. At once artist’s book, digitally activated object, and collection of scholarship, this book both demonstrates and chronicles the many ways of being material.

Interaction for Designers: How To Make Things People Love

Brian L. M Boyl

Routledge, 2019

Interaction for Designers shows you how to connect a product with its users, whether it’s a simple toaster, a complex ecosystem of intelligent devices, or a single app on your smartphone. This book covers the entire design process so you can start with an idea and carry it through to an engaging final design. It carefully leads you step by step and richly illustrates each stage with examples drawn from business communication, social media and the social economy, consumer electronics, architecture and environments, health care, psychology, art and culture, education, athletics, automotive design, entertainment, fashion, the family home, and a wealth of others. You’ll learn how to brainstorm ideas, research them, explore them, evolve them into finished designs, pitch them, all with the goal of helping you make things that people love. Includes over 200 color images, a glossary, and links to web resources highlighting design concepts and designer interviews.

Conversational UX Design: A Practitioner’s Guide to the Natural Conversation Framework

Robert J. Moore, Raphael Arar

ACM Books, 2019

With recent advances in natural language understanding techniques and far-field microphone arrays, natural language interfaces, such as voice assistants and chatbots, are emerging as a popular new way to interact with computers.

They have made their way out of the industry research labs and into the pockets, desktops, cars and living rooms of the general public. But although such interfaces recognize bits of natural language, and even voice input, they generally lack conversational competence, or the ability to engage in natural conversation. Today’s platforms provide sophisticated tools for analyzing language and retrieving knowledge, but they fail to provide adequate support for modeling interaction. The user experience (UX) designer or software developer must figure out how a human conversation is organized, usually relying on commonsense rather than on formal knowledge. Fortunately, practitioners can rely on conversation science.

This book adapts formal knowledge from the field of Conversation Analysis (CA) to the design of natural language interfaces. It outlines the Natural Conversation Framework (NCF), developed at IBM Research, a systematic framework for designing interfaces that work like natural conversation. The NCF consists of four main components : 1) an interaction model of “expandable sequences,” 2) a corresponding content format, 3) a pattern language with 100 generic UX patterns and 4) a navigation method of six basic user actions. The authors introduce UX designers to a new way of thinking about user experience design in the context of conversational interfaces, including a new vocabulary, new principles and new interaction patterns. User experience designers and graduate students in the HCI field as well as developers and conversation analysis students should find this book of interest.

Value Sensitive Design: Shaping Technology with Moral Imagination

Batya Friedman, David G. Hendry

MIT Press, 2019

Using our moral and technical imaginations to create responsible innovations : theory, method, and applications for value sensitive design.

Implantable medical devices and human dignity. Private and secure access to information. Engineering projects that transform the Earth. Multigenerational information systems for international justice. How should designers, engineers, architects, policy makers, and others design such technology ? Who should be involved and what values are implicated ? In Value Sensitive Design, Batya Friedman and David Hendry describe how both moral and technical imagination can be brought to bear on the design of technology. With value sensitive design, under development for more than two decades, Friedman and Hendry bring together theory, methods, and applications for a design process that engages human values at every stage.

After presenting the theoretical foundations of value sensitive design, which lead to a deep rethinking of technical design, Friedman and Hendry explain seventeen methods, including stakeholder analysis, value scenarios, and multilifespan timelines. Following this, experts from ten application domains report on value sensitive design practice. Finally, Friedman and Hendry explore such open questions as the need for deeper investigation of indirect stakeholders and further method development.

This definitive account of the state of the art in value sensitive design is an essential resource for designers and researchers working in academia and industry, students in design and computer science, and anyone working at the intersection of technology and society.

Human-Computer Interactions in Museums (Synthesis Lectures on Human-centered Informatics)

Eva Hornecker, Luigina Ciolfi

Morgan & Claypool Publishers, 2019

Museums have been a domain of study and design intervention for Human-Computer Interaction (HCI) for several decades. However, while resources providing overviews on the key issues in the scholarship have been produced in the fields of museum and visitor studies, no such resource as yet existed within HCI. This book fills this gap and covers key issues regarding the study and design of HCIs in museums. Through an on-site focus, the book examines how digital interactive technologies impact and shape galleries, exhibitions, and their visitors. It consolidates the body of work in HCI conducted in the heritage field and integrates it with insights from related fields and from digital heritage practice. Processes of HCI design and evaluation approaches for museums are also discussed. This book draws from the authors’ extensive knowledge of case studies as well as from their own work to provide examples, reflections, and illustrations of relevant concepts and problems.

This book is designed for students and early career researchers in HCI or Interaction Design, for more seasoned investigators who might approach the museum domain for the first time, and for researchers and practitioners in related fields such as heritage and museum studies or visitor studies. Designers who might wish to understand the HCI perspective on visitor-facing interactive technologies may also find this book useful.

Museums and Digital Culture: New Perspectives and Research

Tula Giannini, Janathan P. Bowen

Springer, 2019

This book explores how digital culture is transforming museums in the 21st century. Offering a corpus of new evidence for readers to explore, the authors trace the digital evolution of the museum and that of their audiences, now fully immersed in digital life, from the Internet to home and work. In a world where life in code and digits has redefined human information behavior and dominates daily activity and communication, ubiquitous use of digital tools and technology is radically changing the social contexts and purposes of museum exhibitions and collections, the work of museum professionals and the expectations of visitors, real and virtual.

Moving beyond their walls, with local and global communities, museums are evolving into highly dynamic, socially aware and relevant institutions as their connections to the global digital ecosystem are strengthened. As they adopt a visitor-centered model and design visitor experiences, their priorities shift to engage audiences, convey digital collections, and tell stories through exhibitions. This is all part of crafting a dynamic and innovative museum identity of the future, made whole by seamless integration with digital culture, digital thinking, aesthetics, seeing and hearing, where visitors are welcomed participants.

The international and interdisciplinary chapter contributors include digital artists, academics, and museum professionals. In themed parts the chapters present varied evidence-based research and case studies on museum theory, philosophy, collections, exhibitions, libraries, digital art and digital future, to bring new insights and perspectives, designed to inspire readers. Enjoy the journey !

Virtual Reality

Samuel Greengard

MIT Press, 2019

A comprehensive overview of developments in augmented reality, virtual reality, and mixed reality—and how they could affect every part of our lives.

After years of hype, extended reality—augmented reality (AR), virtual reality (VR), and mixed reality (MR)—has entered the mainstream. Commercially available, relatively inexpensive VR headsets transport wearers to other realities—fantasy worlds, faraway countries, sporting events—in ways that even the most ultra-high-definition screen cannot. AR glasses receive data in visual and auditory forms that are more useful than any laptop or smartphone can deliver. Immersive MR environments blend physical and virtual reality to create a new reality. In this volume in the MIT Press Essential Knowledge series, technology writer Samuel Greengard offers an accessible overview of developments in extended reality, explaining the technology, considering the social and psychological ramifications, and discussing possible future directions. Greengard describes the history and technological development of augmented and virtual realities, including the latest research in the field, and surveys the various shapes and forms of VR, AR, and MR, including head-mounted displays, mobile systems, and goggles. He examines the way these technologies are shaping and reshaping some professions and industries, and explores how extended reality affects psychology, morality, law, and social constructs. It’s not a question of whether extended reality will become a standard part of our world, he argues, but how, when, and where these technologies will take hold. Will extended reality help create a better world ? Will it benefit society as a whole ? Or will it merely provide financial windfalls for a select few ? Greengard’s account equips us to ask the right questions about a transformative technology.