Présentation

Benoît DROUILLAT,
Eleni Mitropoulou
et Nicole Pignier

Publié en ligne le 26 janvier 2018

La rencontre entre le point de vue du chercheur et le point de vue du professionnel sur le design des interfaces numériques a été effective dès ce tout premier numéro de la revue Interfaces Numériques. En fonction du couple interactivité/interaction, central autant dans la conception que dans l’utilisation des produits numériques, ce numéro s’est donné un objectif opératoire : impulser un regard critique sur le design numérique, notre but n’étant pas de faire l’apologie des innovations.

Ce regard – pluridisciplinaire, interdisciplinaire, transdisciplinaire –, interroge les enjeux sémiotiques, socio‐culturels, relationnels, informationnels, communicationnels, affectifs ou encore technologiques liés à la problématique de l’interaction entre l’usager et les interfaces interactives. Les auteurs qui livrent ici leurs questionnements, convictions ou suggestions tantôt étudient les définitions d’interactivité et d’interaction, tantôt expliquent les lieux de leur convergence et ceux de leur divergence. Parfois, ils redéfinissent ces concepts tout en cherchant à déplacer l’angle de leurs observations ; souvent ils interrogent l’expérience de l’usage, que ce soit en tant qu’expérience sensorielle, technologique, ludique, symbolique…

Le lecteur trouvera dans les textes proposés au fil de ce dossier l’état d’esprit de la revue : plus qu’une rencontre de textes qui se suivent, ces écrits témoignent d’une action collective vers de nouveaux questionnements. En effet, si de nombreux travaux scientifiques ont montré des facteurs spécifiques aux objets numériques avec écran tels que la proximité avec l’interface nécessaire à l’activation des commandes, la puissance coopérative de l’objet numérique, le cadrage de la pensée à l’écran, l’analogie entre les systèmes informatiques et le cerveau, il reste à délimiter les particularités des types d’interactions dans la relation homme‐ machine, leur évolution ainsi que leurs effets de sens pour l’usager. En effet, au‐delà de l’influence des interfaces interactives sur la relation entre l’homme et l’objet numérique, c’est la question de la médiation entre l’usager et les contenus ou/et autrui qui se pose. Ne sommes‐nous pas, à notre tour, scénarisés et programmés comme actants de l’interface matérielle/graphique ?

Comment, alors, les usages des interfaces interactives matérielles proposés par les designers d’interfaces façonnent‐ils notre expérience des contenus ainsi que notre relation à autrui ?

Les points de vue des designers, des chercheurs en école de design et des chercheurs universitaires qui ont contribué à ce numéro apporteront aux lecteurs, sans aucun doute, la distance critique nécessaire à une démarche de conception, d’analyse ou tout simplement de compréhension des usages des objets numériques.

Nous tenons à remercier les membres du comité de lecture de ce premier numéro pour la qualité et la rigueur de leur travail.