Claude Hagège, L’éthique de l’internet face au nouveau monde numérique – Mais qui garde les gardes ?, L’Harmattan, 2015

Christian T. Chung 

Publié en ligne le 06 décembre 2017

Texte intégral

Spécialiste consultant en système d’information et enseignant, Chaude Hagège prend le parti de décrire le paysage de la toile et ses enjeux sous le prisme de l’éthique, posant la question du contrôle et de la liberté sur Internet.

Sujet difficile et tentaculaire à appréhender, l’auteur a su construire, pas à pas, une cartographie plutôt exhaustive de l’Internet, de sa naissance à nos jours, tout en équilibrant cette description et en aiguillant sa réflexion par la question récurrente : « Mais qui garde les gardes ? ».

Pour appréhender toutes les subtilités du macrocosme Internet, il convient d’en saisir les mécanismes composant son entité, tâche complexe que Hagège accomplit en dégageant différents axes de réflexion, débutant avec la description des fondateurs, protagonistes actuels, et garants de l’Internet qui se succèdent, et sont décrits tout en prenant en compte la délicate question de la composante géopolitique dans l’agencement de ces acteurs. Il apparaît alors évident que cette dernière devient une donne essentielle, permettant aux USA de modéliser avec une certaine avance, les évolutions futures du réseau, ou au contraire, en façonnant les contours virtuels du Net en Chine avec un contrôle omniprésent, réminiscence du Big Brother de Georges Orwell.

La réflexion de l’auteur se poursuit avec la description du médium en lui-même, où le fonctionnement, tout comme l’origine et l’historique d’Internet sont synthétisés de façon à comprendre les enjeux, initiaux et actuels, ainsi que les risques engagés. Dans cette partie de l’ouvrage, la composante écologique, souvent négligée, se retrouve de façon surprenante au cœur de la réflexion, permettant un point de vue nouveau sur la question des bienfaits et des apports du numérique en ligne.

Les acteurs et le décor étant posés, la réflexion s’articule alors sur ce qui constitue la neutralité du réseau : Comment l’a-t-on définie et comment peut-on la définir ?, Qui veille au respect de cette notion ? Sous quelles mesures, entités ou organismes est-elle appliquée actuellement ? Des questions menant au final, à l’interrogation logique de savoir si en ne surveillant pas la liberté et la neutralité, on ne court pas le risque de l’empoisonner ?

Pourtant loin d’être empreint de pessimisme, l’ouvrage décortique les répercussions du développement d’Internet sur les sociétés, mettant en balance les apports bénéfiques et négatifs, mais également en explicitant les nouvelles questions émergentes qui sont de nouvelles facettes de ce questionnement sur l’éthique tant recherchée : liberté d’expression, gratuité ou respect d’auteur, économie participative, tant de nouveaux îlots dont les enjeux et les répercutions sont aussi prometteurs que peu prévisibles dans leurs impacts réels pour l’instant.

Sans pour autant apporter une réponse figée et définitive, l’auteur opère un retour en arrière pour montrer que malgré cette impression de point de rupture inédite, l’humanité est loin d’en être à sa première évolution et révolution technologique dans la transmission de l’information, du savoir et de la connaissance, avec les enjeux et bouleversements qui en découlent : une mise en perspective historique nous permet de voir cette progression d’époque en époque, avec, à l’arrivée, la description des nouvelles technologies actuellement en balbutiement, et qui offre la potentielle promesse d’une nouvelle révolution qui pourra être « l’espoir ou la catastrophe » pour l’humanité, que ce soit à l’échelle écologique, sociétale ou simplement humaine.

Cette rétrospective s’achève par une classification de l’auteur sur les nouvelles forces en puissance sur l’échiquier Internet, première ébauche d’une réponse à la question du contrôle d’Internet, mais rappelle aussi, dans un réquisitoire des différents domaines où le numérique connecté est dorénavant engagé, la force indéniable des « faibles », ou simples usagers, qui de par leur nombre, peuvent dorénavant influencer les courants à venir de l’Internet.

La progression et le cheminement de cet ouvrage pourront dérouter plus d’un lecteur, car plutôt qu’une investigation, faudra-t-il voir dans ce livre une réflexion d’ensemble sur les notions d’éthiques et de libertés qui se posent à nous sous les nouvelles formes à travers Internet. Cela, afin que le lecteur puisse, au travers de cette connaissance du fonctionnement du réseau, construire sa propre décision et sa propre éthique personnelle.

L’ouvrage conclut par une réflexion sur le rôle de chacun dans un ensemble plus grand, et sur la capacité de nos sociétés modernes, par nos éthiques et morales personnelles, à agir sur l’orientation future de l’Internet.