Une doctorante de l’OMIJ s’intéresse au Plan Biodiversité de Paris


Un instrument juridique souple !

Une doctorante de l’OMIJ s’intéresse au Plan Biodiversité de Paris

Aline Treillard, doctorante en droit de l’environnement à l’Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques (OMIJ – EA 3177)  dans l’équipe du CRIDEAU.

En lien avec sa thèse sur « L’appréhension juridique de la nature ordinaire » dirigée par Jessica Makowiak, elle vient de publier un article dans « The Conversation« , média en ligne spécialisé dans la vulgarisation scientifique dont la Région Nouvelle Aquitaine est partenaire intitulé « Paris choisit l’innovation juridique pour asseoir son nouveau plan biodiversité« .

Le 20 mars 2018, la ville de Paris s’est dotée de son deuxième plan biodiversité qui couvrira la période 2018-2024. Il prend la suite d’un premier projet créé en 2011, en application de la Convention sur la diversité biologique signée à Rio de Janeiro en 1992.

À plus d’un titre, ce nouveau plan confirme l’ambition d’inscrire la capitale française comme leader international de la protection de l’environnement. La métropole avait déjà accueilli l’organisation de la COP 21 en décembre 2015, donnant naissance à l’Accord de Paris, une dynamique maintenue en décembre 2017 lors du One Planet Summit, consacré au financement des mesures de lutte contre les changements climatiques. Ce plan intervient également quelques semaines après l’annonce de l’organisation des Jeux olympiques de 2024.

Forte de tous ses engagements, la ville de Paris envisage à présent d’harmoniser l’ensemble de ses politiques publiques avec la protection de l’environnement, et plus particulièrement de la diversité biologique.

> Retrouvez l’intégralité de l’article


  • Contact :