Paulette Nardal au Panthéon Paulette Nardal at the Panthéon

Catherine Marceline 

L’association « Paulette NARDAL au Panthéon » s’investit pour que soit reconnu l’apport considérable de Paulette Nardal comme première journaliste noire de France et précurseure du mouvement de la Négritude. Son parcours riche et multiple, avec ses engagements littéraires et politiques, son militantisme pour les femmes noires en particulier et les Noirs en général, n’est pas toujours connu de ses compatriotes et doit en effet être mis en lumière.

The "Paulette NARDAL au Panthéon" association is committed to getting recognition for the considerable contribution of Paulette Nardal as the first black journalist in France and precursor of the Negritude movement. Her rich and multiple career, with her literary and political commitments and her activism for black women in particular and black people in general, is not always known to her compatriots and must indeed be acknowledged.

Texte

Version PDF 223 ko

1Nous avons aujourd’hui aux Antilles un certain nombre de figures, féminines et masculines, qui sont restées trop longtemps dans l’ombre. Il en est de même de leur contribution à l’histoire martiniquaise et à l’histoire en général. Le sujet est essentiel pour nos jeunes qui ont besoin de repères et qui ont besoin de voir le champ des possibles s’ouvrir en apprenant que d’autres, avant eux, ont pu franchir les barrières et aller dans le monde. Il est important aussi pour tous ceux qui ne connaissent pas notre histoire de savoir que nous n’en avons pas seulement été les spectateurs et que nous ne sommes absolument pas dans des postures de demande permanente, mais qu’au contraire nous avons toujours contribué à cette histoire telle qu’elle est.

Note de bas de page 1 :

Mouvement féminin et féministe international parti des États-Unis en 1921 et aujourd’hui implanté à travers le monde. Le mouvement Soroptimist International a actuellement le statut d’ONG avec voix consultative à l’ONU.

Note de bas de page 2 :

Période de résistance au régime de l’Amiral Robert, émissaire du gouvernement de Vichy à la Martinique durant la Seconde Guerre mondiale.

2Et parce qu’elles sont très peu mises à l’honneur, il convient de rendre un hommage particulier à nos figures féminines. En effet, aujourd’hui, moins de 10 % des rues et des monuments portent des noms de femmes. Dans ce contexte, le Club Soroptimist1 de Fort-de-France Alizés-Sud, à la Martinique, a décidé de promouvoir ces femmes qui ont contribué à notre histoire, et plus particulièrement l’une d’entre elles, Paulette Nardal, en raison notamment de la richesse de son parcours. Celle qui est d’abord connue comme écrivaine est aussi la première journaliste noire de France, précurseure du mouvement de la Négritude. Elle s’est également engagée à la Martinique durant la Dissidence2 en donnant des cours d’anglais à de jeunes Martiniquais avant leur départ pour les îles anglaises, d’où ils devaient se rendre à Londres pour répondre à l’appel du Général de Gaulle. Paulette Nardal a ainsi eu un parcours riche et multiple, pas toujours connu de nos compatriotes, qu’il a paru nécessaire de mettre en lumière.

3Nous avons souhaité aller plus loin. En 2013, le Président de la République François Hollande a demandé à des jeunes du lycée Henri IV à Paris de lui dresser une liste d’une vingtaine de noms de femmes susceptibles de rentrer au Panthéon : parmi ces noms, figurait celui de Paulette Nardal. Quelques années plus tard, en 2016, le Club Soroptimist de Fort-de-France Alizés-Sud a décidé de soutenir le projet de demande d’entrée au Panthéon par l’apposition d’une plaque. Après le départ du Président Hollande, nous avons relancé notre campagne en direction du Président Emmanuel Macron et de son gouvernement. Aujourd’hui, la loi prévoit qu’une seule personne est habilitée à prendre la décision d’une entrée au Panthéon : le Président de la République. Cette entrée peut se faire sous deux formes : soit par le déplacement des restes, comme ce fut le cas pour Simone Veil, soit par l’apposition d’une plaque, comme ce fut le cas pour Aimé Césaire.

4C’est cette seconde voie qu’a choisie le Club Soroptimist de Fort-de-France Alizés-Sud, avec l’accord plein et entier de la famille, représentée par la cantatrice de renommée internationale Christiane Eda-Pierre, l’ancienne directrice du CHU de la Meynard Annie Ramin, ainsi que Catherine Bigon et Lucienne Marie-Magdeleine. Nous continuons à sensibiliser les pouvoirs publics sur le plan national, le Président de la République et les membres du gouvernement. À l’heure actuelle, la seule ministre à avoir répondu expressément de façon positive est Marlène Schiappa, ancienne secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes. Nous sensibilisons également nos parlementaires et nos politiques. Nous avons eu quelques réponses de députés – des femmes en particulier qui nous ont répondu que l’idée était bonne. Il s’agit de Josette Manin, de Manuela Kéclard-Mondésir et de Catherine Conconne. Nous avons en outre eu l’oreille attentive de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) qui a décidé, à la suite du travail réalisé par Sylvia Saithsoothane, conseillère exécutive en charge de l’éducation, et de Richard Campos, proviseur, de changer la dénomination du lycée Centre-Sud de Ducos en lycée Paulette Nardal.

5Aujourd’hui, nous poursuivons notre travail de fond afin que d’autres établissements, rues et monuments, prennent le nom de Paulette Nardal. Nos actions de réseautage nous ont en effet révélé qu’il était important que la population martiniquaise s’approprie ce projet, l’un des indicateurs étant la visibilité – par l’appellation de noms de rues et de monuments, mais aussi de salles et d’établissements. Ceci est le sens de nos démarches engagées depuis 2016.

6Il s’agit d’un travail de longue haleine, complexe, nécessitant des moyens. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de structurer notre action par la création d’une association spécifique, l’Association Paulette Nardal au Panthéon, aux côtés de laquelle intervient un comité de soutien. Ce comité est présidé par la cinéaste martiniquaise Euzhan Palcy, l’avocat international Jean-Claude Beaujour et l’expert en histoire afro-américaine François Durpaire – avec pour objectif de rallier des personnalités prêtes à militer pour cette cause.

Note de bas de page 3 :

www.paulettenardalaupantheon.com

7En août 2019, alors qu’elle inaugurait une rue Paulette et Jane Nardal, la maire de Paris Anne Hidalgo a publiquement annoncé son soutien à notre demande. Et en octobre de la même année, un établissement scolaire de Malakoff a pris l’appellation de Paulette Nardal, sans aucune intervention de notre part dans le processus de choix, preuve s’il en est qu’un certain nombre de personnes extérieures s’approprient désormais l’idée que cette figure martiniquaise est une figure nationale. Notre objectif est de poursuivre notre travail de réseautage auprès des décideurs politiques, de continuer notre action de sensibilisation à la Martinique et à l’extérieur par des conférences, des manifestations et la publication d’articles et d’ouvrages. Nous avons en ce sens également le projet d’organiser un colloque à Paris. Pour une plus grande visibilité, nous avons créé un site Internet3 sur lequel sont accessibles des articles et des photographies de Paulette Nardal et de sa famille, ainsi qu’une pétition en ligne destinée à soutenir le projet. Enfin, une page Facebook associée permet de suivre l’actualité de l’association et des actions engagées.