Castorland, un projet de colonisation française en Amérique septentrionale 1792-1860


Environnement, Territoires, Circulations

Doctorat préparé par Christophe Le Fahler, sous la direction de Soazig Villerbu (CRIHAM, Unilim)

 

Lhistoire de Castorland, vaste territoire dans le Nord-Est de lEtat de New-York, entre le lac Ontario à lest et la Black River à louest, sinscrit dans une histoire atlantique qui met en avant la spéculation foncière entre les deux rives de locéan et la colonisation française de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle. Notre thèse étudiera le fonctionnement de la Compagnie de New York, compagnie française, qui a acquis des centaines de milliers dacres de terres en Amérique du Nord, baptisés Castorland. Cette aventure doit être comparée avec dautres projets chronologiquement et géographiquement proches, dans une période intensément spéculative du développement du capitalisme étatsunien. Il en est ainsi de la Holland Land company de T. Cazenove, de la Compagnie du Scioto ou encore de la colonie dAzylum. Nous mettrons en lumière la spécificité de Castorland.

Etudier Castorland soulève plusieurs problèmes, liés à trois axes majeurs. Dabord lhistoire du capitalisme, que lon peut observer sous plusieurs aspects, de la spéculation foncière atlantique (entre New York, Philadelphie, Londres, Paris, Anvers ou Genève) au développement des infrastructures rurales dans un contexte douverture permanente mais évolutive au monde et au marché. Ensuite lhistoire des migrations, depuis le rêve de quelques exilés (émigrés ou réfugiés de 1815) à lorganisation de flux ciblés par une compagnie privée avant l’ère des grandes migrations atlantiques. Enfin lhistoire environnementale puisquil sagit dobserver les discours et les pratiques de mise en valeur dun territoire au départ marqué par les usages indiens et que la colonisation transforme largement.

Entre 1793 et 1797, Simon Desjardins et Pierre Pharoux, envoyés par la compagnie pour arpenter ce territoire, consignent leur travail dans un journal qui nous éclaire sur les espoirs mis dans cet espace comme sur les désillusions inévitables, sur la rencontre avec les Indiens et larrivée des premiers colons. Nous chercherons à combler les lacunes historiographiques, en croisant les travaux des historiens américains avec des sources françaises et européennes inédites.

 

The history of Castorland, a vast territory in the northeast of New York State, between Lake Ontario to the east and the Black River to the west, is part of an Atlantic history that highlights land speculation between the two rivers of the ocean and the French colonization at the end of the 18th century and the first half of the 19th century. Our thesis will study the operation of the New York Company, a French company, which acquired hundreds of thousands of acres of land in North America, called Castorland. This adventure must be compared to other projects chronologically and geographically close, in an intensely speculative period of the development of American capitalism. This is the case with the Holland Land company of T. Cazenove, the Compagnie du Scioto and the colony of Azylum. We will shad light the specificity of Castorland.

Studying Castorland raises several problems, linked to three major axes. First, the history of capitalism, which can be observed in several aspects, from Atlantic land speculation (between New York, Philadelphia, London, Paris, Antwerp or Geneva) to the development of rural infrastructure in a context of permanent openness evolving in relation to the world and the market. Then the history of migrations, from the dream of a few exiles (Emigrants or refugees of 1815) to the organization of targeted flows by a private company before the era of the great Atlantic migrations. Finally environmental history since it is a question of observing the speeches and the practices of development of a territory marked at first by the Indian uses soon to be transformed by colonization.

Between 1793 and 1797, Simon Desjardins and Pierre Pharoux, sent by the company to survey this territory, recorded their work in a journal which sheds light on the hopes placed in this space as well as on the inevitable disillusions, the meeting with the Indians and the arrival of the first settlers. We will seek to fill inthe historiographical gaps, by crossing the work of American historians with unpublished French and European sources.

 

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
39E rue Camille Guérin
87036 LIMOGES Cedex
Tél. +33 (5) 05 55 43 56 00
université ouverte 
source de réussites