Dans la même rubrique Bibliographie
Techniques
Neurochirurgie fonctionnelle
Enfant
Tumeurs cérébrales
Pathologie rachis moelle nerf
Vous êtes ici : Acceuil > Manuel & Thèses > Manuel de neurochirurgie

Infectieux

Publié le : 19 octobre 2006
Par : Gilbert DECHAMBENOIT
 Imprimer l'article
 Envoyer l'article par mail
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


SUPPURATIONS INTRACRÂNIENNES, p1
EMPYÈME SOUS -DURAL, p2
MÉNINGITES BACTÉRIENNES, p3
TOXOPLASMOSE, p4
KYSTE HYDATIQUE (échinococcose), p5
CYSTICERCOSE, p6

KYSTE HYDATIQUE (échinococcose)


L’hydatidose est due au développement de la larve du chien, le Taenia échinococcus granulosus. Cette affection cosmopolite est très répandue au Maghreb, en Amérique latine mais aussi en Argentine, Australie, et Nouvelle Zélande. La localisation nerveuse est rare, à peine 1,5 à 2% de l’ensemble des kystes dans l’organisme humain (foie et poumon, 90 % des cas).

Parasitologie. L’hôte définitif du Taenia échinococcus granulosus est le chien, chez lequel le parasite adulte est implanté dans la muqueuse du grêle. Les oeufs - ou embryophores - sont éliminés dans le milieu extérieur, souillent les pâturages et sont ingérés par un hôte intermédiaire (ovins, mouton surtout). L’œuf se transforme en larve qui devient une vésicule sphérique ou kyste hydatique plus ou moins volumineux renfermant un liquide eau de roche et des scolex formés à partir de vésicules proligères. L’ingestion des viscères de l’hôte intermédiaire par l’hôte définitif libère des milliers de scolex, dont chacun donnera naissance à un taenia adulte. L’homme est un hôte intermédiaire accidentelle (contamination par l’eau de boisson, crudités mal lavées, géophagie infantile).

NEUROPATHOLOGIE
Le kyste encéphalique siège le plus souvent à l’étage sus tentoriel, de topographie hémisphérique, superficiel, de volume très variable. Les kystes ventriculaires sont rares, pouvant entraîner une hydrocéphalie. La localisation osseuse crânienne du kyste est exceptionnelle. La localisation rachidienne est le fait de multiples micro-vésicules qui détruisent le tissu spongieux osseux, avec envahissement de tout le corps vertébral. L’atteinte ultérieure des vertèbres sus et sous jascentes réalise un pseudo-mal de Pott. Une atteinte épidurale peut être observée.
Macroscopiquement, il s’agit d’une tumeur ronde, blanchâtre formée d’une double paroi remplie d’un liquide eau de roche contenant des vésicules filles endogènes, des scolex qui sédimentent à la partie déclive du kyste et formant le sable hydatique.

CLINIQUE
1 - HTIC.
2 - Déficit neurologique central progressif.
3 - Dans le cadre d’une hydatidose vertébro-médullaire : compression médullaire lente.

PARACLINIQUE
1 - IRM
2 - TDM : hypodensité arrondie ou ovoïde homogène, souvent cerclée d’un fin liseré après injection de produit de contraste.
3 - Artériographie : masse expansive avasculaire.

Localisation rachidienne. Radiographie du rachis : lyse osseuse, absence de signe de reconstruction, respect des disques intervertébraux.
TDM : lésions hypodenses centro-osseuses de forme variable. Intérêt d’une saccoradiculographie ou d’une IRM.

La sérologie (hémagglutination,test ELISA) et l’immuno- fluorescence est de peu de secours dans les fomes nerveuses de la parasitose. Il a juste une valeur de présomption.

TRAITEMENT
Chirurgical L’ablation du kyste encéphalique doit se faire en monobloc. La rupture peut provoquer un choc anaphylactique. L’énucléation se fait par instillation de sérum physiologique dans le plan de clivage. Le traitement chirurgical de l’échinococcose vertébro-médullaire est décevant les récidives étant fréquentes.

Médical (praziquantel, mébendazole, flubendazole) : efficace uniquement dans les formes pulmonaires et hépatiques.