Dans la même rubrique Bibliographie
Techniques
Neurochirurgie fonctionnelle
Enfant
Infectieux
Pathologie rachis moelle nerf
Vous êtes ici : Acceuil > Manuel & Thèses > Manuel de neurochirurgie

Tumeurs cérébrales

Publié le : 5 octobre 2006
Par : Gilbert DECHAMBENOIT
 Imprimer l'article
 Envoyer l'article par mail
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


TUMEURS CÉRÉBRALES, p1
GLIOMES, p2
OLIGODENDROGLIOME, p3
ÉPENDYMOMES, p4
PAPILLOME DES PLEXUS CHOROÏDES, p5
MÉNINGIOMES, p6
MÉTASTASES CÉRÉBRALES, p7
TUMEURS DE LA RÉGION HYPOPHYSAIRE, p8
ADÉNOMES HYPOPHYSAIRES, p9
ADÉNOME A PROLACTINE, p10
ADÉNOME A GH : ACROMÉGALIE, p11
ADÉNOMES GONADOTROPES, p13
ADÉNOMES NON FONCTIONNELS, p14
ADÉNOMES CORTICOTROPES (Maladie de CUSHING), p15
CRÂNIOPHARYNGIOME, p16
KYSTE COLLOÏDE du 3 ème ventricule (V3), p17
TUMEURS DE LA RÉGION PINÉALE, p18
TUMEURS DE L’ANGLE PONTO-CÉRÉBELLEUX, p19
ASTROCYTOME DU CERVELET, p20
MÉDULLOBLASTOME, p21
HÉMANGIOBLASTOME de la FOSSE POSTÉRIEURE, p22
GLIOMES DU TRONC CÉRÉBRAL, p23
LYMPHOMES PRIMITIFS CÉRÉBRAUX, p24
TUMEURS DES VOIES OPTIQUES, p25
MÉNINGIOMES DU NERF OPTIQUE, p26
TUMEURS DE L’ORBITE, p27
TUMEURS DU CRÂNE, p28

ÉPENDYMOMES


Les épendymomes sont fréquents chez l’enfant et l’adolescent et représentent 2,7% des tumeurs intra-crâniennes. A l’étage sus-tentoriel, l’adulte jeune est souvent intéressé contrairement à l’’étage sous-tentoriel où l’enfant est le plus souvent concerné.

NEUROPATHOLOGIE
Topographie  :

  • sous-tentoriel : 70% des épendymomes siègent au niveau du 4ème ventricule (essentiellement le plancher, en particulier le pédoncule cérébelleux inférieur), avec possibilité d’extension au niveau du voisinage.
  • sus-tentoriel : paraventriculaire - habituellement kystique et infiltrant le parenchyme - ou intraventriculaire, au niveau du 3ème ventricule avec une expansion vers les cornes frontales.
    Microscopie  : épendymocytes avec différents types épithéliaux : épendymomes papillaires, épendymoblastomes. L’astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes, caractéristique de la sclérose tubéreuse de Bourneville est d’origine astrocytaire. Signalons la possibilité de métastases par voie liquidienne mais aussi (exceptionnelles) au niveau rachis, poumons, ganglions inguinaux et hypogastriques.

CLINIQUE
1 - HTIC.
2 - Syndrome hémisphérique ou de la fosse postérieure.
4 - Épilepsie.
3 - Forme pseudo-méningée.

PARACLINIQUE
1 - I.R.M.

T1T2Gd
iso/hypohyper+/++

Image évocatrice : tumeur du 4ème ventricule s’étendant vers la moelle cervicale..
- A compléter par l’exploration de l’axe spinal à la recherche de métastases.

(JPEG)

TDM/IRM : Possibilité d’une hydrocéphalie, d’une hémorragie méningée et/ou intra-ventriculaire.
3 - Artériographie : tumeur peu vascularisée sauf en cas de malignité.

TRAITEMENT
Chirurgie  : l’exérèse complète peut être difficile du fait de l’expansion dans les zones fonctionnelles et/ou vitales.
Radiothérapie  : irradiation crânio-spinale pour les épendymomes malins. La chimiothérapie a peu d’effet bénéfique.
Dérivation du LCS  : uniquement en cas d’hypertension intracrânienne majeure.
Pronostic . La survie à 5 ans tourne selon les statistiques autour de 30%. Elle peut cependant atteindre 76 % (Lyons). Elle ne paraît pas être fonction de l’anatomo-pathologie, en dehors des épendymoblastomes. L’exérèse totale, lorsqu’elle est possible l’améliorerait.