Dans la même rubrique Bibliographie
Techniques
Neurochirurgie fonctionnelle
Enfant
Infectieux
Tumeurs cérébrales
Vous êtes ici : Acceuil > Manuel & Thèses > Manuel de neurochirurgie

Pathologie rachis moelle nerf

Publié le : 2 octobre 2006
Par : Gilbert DECHAMBENOIT
 Imprimer l'article
 Envoyer l'article par mail
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


Compressions médulaires lentes non traumatiques, p1
COMPRESSIONS MÉDULLAIRES AIGUËS, p2
MÉTASTASES SPINALES, p4
TUMEURS INTRA DURALES, p5
TUMEURS INTRAMÉDULLAIRES, p6
MAL DE POTT, p7
SPONDYLODISCITES NON TUBERCULEUSES, p8
TUMEURS PRIMITIVES DU RACHIS, p9
SCIATIQUE PAR HERNIE DISCALE, p10
CANAL LOMBAIRE ÉTROIT, p12
MYÉLOPATHIE CERVICARTHROSIQUE, p15
MALFORMATIONS DE LA CHARNIÈRE OCCIPITO - CERVICALE, p17
HERNIE DISCALE THORACIQUE, p18
SYNDROME DU CANAL CARPIEN, p19

COMPRESSION DE LA QUEUE DE CHEVAL


CLINIQUE
Syndrome de la queue de cheval complet ou partiel.

PARACLINIQUE
1 - Radiographie du rachis.
2 - IRM.
3 - Myélographie.
4 - EMG. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL
Polyradiculonévrite, malformations artério-veineuses, méningites carcinomateuses, arachnoïdites.

ÉTIOLOGIES
Extradurale
Hernie discale - Canal lombaire étroit - Métastases
Hématome - Spondylarthrites infectieuses, tuberculeuses Tumeurs primitives osseuses - Parasitoses.
Intradurale
Neurinomes : douleur monoradiculaire, nocturne avec absence de signe de Lasègue. Les rares neurinomes kystiques peuvent se réveler par une évolution brutale.
Méningiomes
Épendymomes : la plus fréquente des tumeurs. Ils envahissent le filum terminale (il y existe des îlots de cellules épendymaires), peuvent refouler le cône terminal en doigt de gant et intéressent surtout les adultes. Chez les enfants, ils sont le plus souvent secondaire à un épendymome cérébral.

Deux particularités cliniques sont à signaler dans ces processus tumoraux : l’hémorragie méningée et l’HTIC dont le mécanisme ne paraît pas univoque : secondaire à l’hémorragie méningée ? à un trouble de la résorption du LCS au niveau des gaines radiculaires ? à une hyperprotéinorachie ?.

TRAITEMENT
Chirurgical En ce qui concerne les épendymomes : l’identification des racines n’est pas aisée car la masse tumorale peut les englober (épendymomes géants). Un plan de clivage permet cependant de disséquer la tumeur. En cas d’exérèse complète dans les grades 1 - 2, des guérisons peuvent s’observer.