Dans la même rubrique Bibliographie
Techniques
Neurochirurgie fonctionnelle
Enfant
Infectieux
Tumeurs cérébrales
Vous êtes ici : Acceuil > Manuel & Thèses > Manuel de neurochirurgie

Pathologie rachis moelle nerf

Publié le : 2 octobre 2006
Par : Gilbert DECHAMBENOIT
 Imprimer l'article
 Envoyer l'article par mail
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


Compressions médulaires lentes non traumatiques, p1
COMPRESSIONS MÉDULLAIRES AIGUËS, p2
MÉTASTASES SPINALES, p4
TUMEURS INTRA DURALES, p5
TUMEURS INTRAMÉDULLAIRES, p6
MAL DE POTT, p7
SPONDYLODISCITES NON TUBERCULEUSES, p8
TUMEURS PRIMITIVES DU RACHIS, p9
SCIATIQUE PAR HERNIE DISCALE, p10
CANAL LOMBAIRE ÉTROIT, p12
MYÉLOPATHIE CERVICARTHROSIQUE, p15
MALFORMATIONS DE LA CHARNIÈRE OCCIPITO - CERVICALE, p17
HERNIE DISCALE THORACIQUE, p18
SYNDROME DU CANAL CARPIEN, p19

SPONDYLOLISTHÉSIS


Le spondylolisthésis est le glissement en avant d’un corps vertébral accompagné de ses pédicules et des apophyses transverses et articulaires supérieures ; ce glissement est permis par une solution de continuité ou une élongation de l’isthme (Taillard). Le spondylolisthésis s’observe chez 5 à 7% de la population adulte occidentale avec une prédominance masculine. L’âge de découverte se situe surtout entre 35 et 45 ans et peut toutefois s’observer chez le jeune de moins de 20 ans.
Le pseudo-spondylolisthésis (dit dégénératif) constitue une entité à part. Le déplacement en avant intéresse la vertèbre entière y compris l’arc postérieur du fait d’altérations arthrosiques des articulaires postérieures favorisées par le relâchement musculo-ligamentaire et l’ostéoporose. Il s’observe surtout chez la femme après la ménopause, au delà de 50 ans.

La compression et la striction des racines au niveau des foramens et des récessus latéraux, l’association à une hernie discale expliquent la symptomatologie radiculalgique.

ETIOPATHOGÉNIE
Au niveau de la lyse isthmique il existe une perte de substance osseuse remplacé par du tissu fibreux limité par de l’os normal formant parfois un nodule. Le niveau intéressé est souvent L5-S1 plus rarement L4-L5. Une dysplasie locale commandée par un facteur génétique entraîne une fracture de fatigue de l’isthme. Le traumatisme est une cause exceptionnelle.

CLINIQUE
Asymptomatique ou
1- Lombalgies isolées d’intensité variable, de caractère mécanique.
2 - Lomboradiculalgies - cruralgies, sciatalgies - le plus souvent bilatérales, mal systématisées, volontiers tronquées.
3 - Claudication intermittente radiculaire.
4 - Hyperlordose lombaire.

PARACLINIQUE
1 - La radiographie du rachis avec des clichés dynamiques . Des tomographies sont réalisées en l’absence d’IRM. Le stade du déplacement (Legerding) est apprécié :

  • Stade 1 : inférieur au 1/3 de la longueur du plateau vertébral
  • Stade 2 : entre 1/3 et 2/3
  • Stade 3 : entre 2/3 et 3/3
  • Stade 4 : spondyloptose L’évolution des déplacements est en général modeste.
    2 -La saccoradiculographie permet de réaliser des clichés dynamiques.
    3
  • IRM
  • TDM

TRAITEMENT
L’évolution se fait essentiellement sur un mode chronique, dans la majorité des cas bien supporté. Le caractère invalidant de la symptomatologie indique une prise en charge médicale dans 90% des cas : kinésithérapie (rééducation posturale, renforcement de la sangle abdominale, lombostat, antalgique, AINS). La chirurgie, proposée après échec du traitement médical bien conduit, entraîne une disparition des douleurs dans les 2/3 des cas. MÉTHODES. Plusieurs méthodes sont proposées.

  • Décompression radiculaire :
    • résection de l’arc postérieur mobile (Gill)
    • discectomie, facettectomie, foraminotomie, arthrectomie, résection du chevalet postérieur. Ces gestes peuvent être isolés ou associés.
  • Arthrodèse de l’étage olisthésique :
    • postérieure, au niveau des lames et des épineuses
    • postéro-latérale intersomatique sans ou avec ostéosynthèse
    • antérieure . L’arthrodèse expose à des risque de troubles sexuelsà cause d’une possible du nerf pré-sacré.
    • implantation de cages intersomatiques, en cours d’évaluation. L’indication de l’arthrodèse est difficile et doit passer par le test du corset.
  • Réduction du déplacement : difficile à obtenir, par utilisation de plaques vissées avec des vis de rappel.