Julie LeBlanc, Genèses de soi. L’écriture du sujet féminin dans quelques journaux d’écrivaines, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2008

Christina Vogel

  • Université de Zurich

Index

Articles du même auteur parus dans les Actes Sémiotiques

Mots-clés : autobiographie, critique, écriture, littérature, pratique

Texte intégral

Cet ouvrage se propose d’analyser l’écriture diaristique de Madeleine Ouellette-Michalska, Nicole Brossard, Marie-Claire Blais, Annie Ernaux et Madeleine Monette. Tout en évitant de rendre homogènes et cohérents les journaux très différents de ces écrivaines contemporaines, Julie LeBlanc réussit à dégager, par-delà la grande diversité des textes étudiés, des pratiques autobiographiques au féminin qui présentent des formes et des fonctions, non pas identiques mais comparables. Ce sont les méthodes et les théories de la critique génétique, combinées avec une perspective féministe qui permettent de montrer que toutes les cinq auteures – quatre Québécoises, une Française – contribuent, quoique chacune à sa manière, à transgresser les codes et les conventions de la pratique du journal personnel conçue, traditionnellement, comme typiquement féminine.

En intégrant à l’examen des cinq journaux leurs manuscrits consultables, c’est-à-dire le vaste ensemble des avant-textes, Julie LeBlanc choisit de s’intéresser à l’écriture comme processus créateur et met en évidence que la genèse des œuvres autobiographiques est intimement liée au devenir écrivaine. L’instance écrivante émerge, se constitue et se transforme dans une pratique diaristique soucieuse de libérer la « genèse de soi » des contraintes historiques, des normes sociales et des images de la féminité idéologiquement marquées. Pour les cinq auteures, écrire – idéalement chaque jour – signifie rien de moins que s’arracher toujours à nouveau à une identité figée aliénante. Dans ce souci, elles accordent toutes un rôle de première importance à des figures d’altérité. La construction du sujet féminin semble ainsi fondée sur une dialectique dynamique entre les représentations imaginaires du Moi et celles d’Autrui.

Dans la première partie de son essai, placée sous le titre « La genèse d’un journal », Julie LeBlanc étudie la façon dont le journal de Madeleine Ouelette-Michalska La tentation de dire, publié en 1985, exploite et s’approprie le journal de sa mère et surtout celui de sa grand-mère. Réfléchissant sur sa pratique diaristique, Madeleine Ouelette-Michalska assume explicitement l’idée de la polyphonie et de la pluralité du sujet. Selon elle, la mémoire, la voix, l’écriture sont inévitablement multiples, hétérogènes et disséminées entre plusieurs instances féminines. Pour comprendre l’élaboration du journal publié La tentation de dire, il s’avère nécessaire, non seulement, de le comparer au journal diffusé, trois ans plus tôt, à Radio-Canada, mais de tenir compte de l’ensemble des chantiers d’écriture parallèles. Alors, on constate que les frontières entre les différents espaces scripturaux sont poreuses et que la distinction littéraire, communément admise, entre une écriture privée et une écriture publique, ou aussi l’opposition entre « récit de vie » et « récit de fiction », est devenue inopérante pour décrire la spécificité de cette œuvre.

L’analyse des journaux intimes de Nicole Brossard, qui font voir leur caractère composé, voire hétéroclite, conduit également à la prise en considération des dimensions intertextuelle et interdiscursive. Comme dans le cas de Madeleine Ouelette-Michalska, il paraît pertinent de traiter le journal diffusé sur les ondes de Radio-Canada, en été 1983, comme l’un des avant-textes de Journal intime ou Voilà donc un manuscrit, paru en 1984. La comparaison des manuscrits et tapuscrits du texte publié avec le dossier génétique des émissions radiophoniques (contenant aussi de la correspondance) permet de décrire les diverses opérations de réécriture (ratures, ajouts, substitutions, paraphrases) et d’interpréter les effets de sens qu’elles produisent. Parmi ces effets, nous retenons l’éclatement des cadres canoniques de l’écriture autobiographique, la démystification d’une conception essentialiste de la féminité et la revalorisation d’une littérature en acte, inséparable de la représentation d’un sujet agissant et mouvant.

La première partie de l’ouvrage de Julie LeBlanc a le mérite de remettre en question l’idée, assez répandue, selon laquelle les journaux, tenus quotidiennement, n’auraient pas d’avant-textes. Force nous est de constater que ce que nous croyons être une expression spontanée peut être le fruit d’un travail de réécriture, le résultat d’un processus, plus ou moins long, de préparation et de composition.

La deuxième partie de l’ouvrage, « Le journal d’une genèse », réunit l’analyse des carnets d’écriture de Marie-Claire Blais et celle de l’écriture diaristique d’Annie Ernaux. Véritables témoins génétiques, les carnets de travail de Marie-Claire Blais éclairent la gestation et la fabrication des récits Une saison dans la vie d’Emmanuel (1965) et Testament de Jean-Le Maigre à ses frères (1972). Nourrissant et accompagnant ces œuvres, les notes des carnets présentent une forte composante métatextuelle. Elles se lisent, d’une part, comme un espace privilégié où sont explorés des mondes possibles et, d’autre part, comme un commentaire autoréflexif sur la construction des récits qui naissent, en parallèle, sous la plume de l’écrivaine. La réflexion critique sur l’effet-personnage occupant une place centrale dans les carnets d’écriture, il n’est peut-être pas surprenant que l’on rencontre maintes pages couvertes de croquis de visages, dessinés au stylo-bille, ou de portraits peints. Cependant, il n’est ni évident d’interpréter le rapport entre le visuel et le verbal, ni facile de comprendre la fonction que les différents types de dessin remplissent dans la genèse des textes.

L’approche génétique se révèle particulièrement apte à étudier la production diaristique fort complexe d’Annie Ernaux. En rapprochant le journal intime publié en 2001 sous le titre Se perdre, le journal d’écriture ainsi que Passion simple (1991), Julie LeBlanc met en relief la circulation incessante entre les multiples laboratoires d’une écriture autobiographique qui finit, elle aussi, par transcender les limites habituellement érigées entre l’intime et le public, entre l’avant-texte et le texte, le fictif et l’effectif. Simultanément, c’est l’instance écrivante qui émerge et tente de se construire en déconstruisant les images conventionnelles du sujet féminin. A l’instar des carnets de travail de Marie-Claire Blais, les journaux sont, pour Annie Ernaux, un lieu où elle réfléchit sur les conditions de production et de réception de ses œuvres et, notamment, sur celles du discours érotique. Le dossier génétique exploité par Julie LeBlanc montre que l’incipit est l’espace de texte qui présente la plus grande quantité d’hésitations et de remaniements. Comparable à la pratique scripturale d’autres auteurs, celle d’Annie Ernaux témoigne du fait que les incipit sont très souvent des lieux d’une instabilité énonciative, d’une activité réflexive sur les attaques possibles et d’une articulation encore incertaine des différentes voies envisagées.

La troisième partie, consacrée à l’étude du roman-journal Le double suspect de Madeleine Monette (1988) permet à Julie LeBlanc de conduire une réflexion approfondie sur la question du référent dans les récits autobiographiques. Plus théorique, le chapitre initial de cette partie discute la distinction problématique entre les récits autobiographiques « non fictifs » et les récits autobiographiques « fictifs ».  En déplaçant le regard vers les procédés susceptibles de créer et de simuler un « effet de réalité », elle privilégie l’analyse de la composante onomastique. Par ailleurs, elle introduit la distinction pertinente entre différents contrats d’énonciation. Or, ces considérations théoriques ne sont point étrangères au roman-journal Le double suspect, analysé dans le second chapitre de cette partie. Au contraire, elles font partie intégrante d’une pratique d’écriture qui, en accordant une place centrale à la citation, soulève elle-même les problèmes de la véridicité et de la crédibilité des entreprises autobiographiques.

Très passionnantes, les études réunies par Julie LeBlanc dans Genèses de soi n’éclairent pas seulement, sous un angle nouveau, les journaux de Madeleine Ouellette-Michalska, Nicole Brossard, Marie-Claire Blais, Annie Ernaux et Madeleine Monette, en dégageant leurs différences et leurs ressemblances, elles parviennent par ailleurs à renouveler les théories censées décrire, interpréter et modéliser l’écriture autobiographique dans toute sa complexité – en questionnant, entre autres, la classification des genres littéraires et l’opposition entre le fictif et le non-fictif. Exploitant les méthodes et les outils de la critique génétique, Julie LeBlanc contribue à rendre intelligible le processus de création qui est, dans le cas des cinq diaristes choisies, étroitement lié à la genèse d’une instance écrivante vouée à osciller – serait-ce la spécificité de l’écriture au féminin ? – entre les pôles de l’identité et de l’altérité. D’autre part, cette série d’études très honnête nous rend sensibles aux limites de nos techniques d’analyse et aux problèmes que nous rencontrons quand nous voulons comprendre les œuvres littéraires par le biais de leur devenir. Tout nous porte à croire qu’une interprétation exhaustive des pratiques diaristiques exigerait une collaboration encore plus étroite des différentes disciplines du langage : linguistique, stylistique, poétique, génétique textuelle, sémiotique visuelle et verbale.

Pour citer ce document

Christina Vogel, « Julie LeBlanc, Genèses de soi. L’écriture du sujet féminin dans quelques journaux d’écrivaines, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2008 », Actes Sémiotiques [En ligne], 113, 2010, consulté le 17/09/2019, URL : https://www.unilim.fr/actes-semiotiques/879

Licence

Creative Commons License

CC BY-NC-ND 4.0

Cet article est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International