Le Naginata est une escrime japonaise, un art martial japonais à part entière.
Cette discipline trouve son origine vers le IXème siècle.

Le Naginata pratiqué de nos jours est un Naginata moderne (ouvert à la compétition. Coups, parades, balayages, chassés…permettent de nombreuses actions efficaces.

Il se pratique avec une arme de 2 m 25 (hampe en chêne et lame en bambou).

Cette discipline apporte une connaissance de l’espace (de par la longueur de l’arme). C’est une excellente gymnastique de maintien.
L’entraînement favorise un aspect physique équilibré dû à l’utilisation à la fois du côté gauche et du côté droit.

Adresse et précision : l’acquisition des réflexes et des bons jugements. La maîtrise du mouvement aide à développer des qualités essentielles : fluidité du corps permettant de favoriser la réceptivité, l’affirmation de soi.

Les mouvements rapides exigent la synchronisation et l’exactitude et développent une intense concentration. Cette action centrée devient la détermination.

Bien qu’elle soit une arme redoutable, elle apporte élégance et courtoisie et impose une manière d’être : respect et humilité.

L’apprentissage de ces techniques est possible à tout âge.

La pratique sportive (qui n’est pas obligatoire) allie la dimension physique au respect des règles. Même dans le contexte sportif, elle doit rester dans l’esprit du Budo (gagner avec modestie et accepter la défaite).

Les Kata sont pratiqués avec un sens qui est celui de la conscience du combat que l’on peut appeler « l’esprit de la coupe et de la poussée ».

Le Naginata se développe maintenant en Europe (8 pays étaient représentés : France, Angleterre, Belgique, Italie, Allemagne, Pays-Bas, Ukraine, Suède).

Le L.E.C. propose l’apprentissage et le perfectionnement du naginata 2 fois par semaine. On peut pratiquer en loisir, en compétition ou d’une façon plus traditionnelle dans l’art martial nippon. L’art martial est un principe d’étude illimité, sur soi et sur les autres, permettant de développer endurance, dynamisme et mental.