Responsable d’équipe 

Jean-Claude ALDIGIER, PU-PH, Université de Limoges (jean-claude.aldigier@unilim.fr) 

 

Chercheurs associés

Ahmed BOUMEDIENE (PH, CHRU Dupuytren de Limoges), Anne DRUILHE (CR1, Inserm), François BOYER (post-doc, Chaire Immunopathologie ALURAD-Fondation partenariale de l’Université de Limoges), Michel COGNE (PU-PH, Université de Limoges), Vincent GUIGONIS (PU-PH, Université de Limoges)

 

Personnel technique associé 

Christelle OBLET (ARC, CHRU Dupuytren de Limoges), Marie MARQUET (Ingénieur, CHRU Dupuytren de Limoges)

 

Thèse en cours :

Anderson ARCHELUS, Inflammation dans la maladie de Berger : rôle des neutrophiles dans la production, le dépôt glomérulaire et la toxicité rénale des immunoglobulines A

Batoul WEHBE, Création d’un modèle murin déficient en IgA

 

Thèse soutenue :

A noter que l’équipe telle qu’indiquée ici existe depuis septembre 2012 et n’a pas encore de thèse soutenue à son actif.

 

image groupe IgA

La néphropathie à IgA ou maladie de Berger est la plus fréquente des glomérulopathies, qui toucherait 1% de la population mondiale. Au plan clinique, c’est une maladie inflammatoire glomérulaire (glomérulonéphrite) qui se caractérise par une hématurie et par une détérioration de la fonction rénale, évoluant dans 25% des cas vers l’insuffisance rénale chronique dans un délai de vingt ans, nécessitant à terme dialyse ou  transplantation rénale. Au plan histologique, elle se traduit par un dépôt mésangial de complexes protéiques contenant des IgA, et par une atteinte glomérulaire de nature et de gravité très variable associant la prolifération des cellules mésangiales dessinant des formes dites en croissant dans le glomérule et l’expansion de la matrice extracellulaire résultant en glomérulosclérose.

L’anomalie de l’IgA est essentielle mais non suffisante pour expliquer le développement de la maladie rénale. D’autres facteurs incluant une susceptibilité des individus, dont les déterminants génétiques sont mal connus, et des facteurs de l’environnement tels que les infections digestives ou des voies aériennes bactériennes ou virales se combinent chez un individu ayant une anomalie de la production des IgA pour déclencher le dysfonctionnement rénal. A noter que des lésions rénales similaires à celles de la néphropathie à IgA apparaissent chez les sujets atteints de purpura rhumatoïde ou maladie de Henoch-Schönlein, une affection systémique caractérisée par des dépôts d’IgA dans divers tissus. Les évènements moléculaires et cellulaires à l’origine de l’évolution du purpura rhumatoïde vers sa forme rare mais grave avec insuffisance rénale sont inconnus.

La physiopathologie de la néphropathie à IgA, qu’elle soit primaire ou associée au purpura rhumatoïde, est peu étudiée et, en conséquence, est mal connue, ce qui freine le développement de thérapeutiques efficaces et la mise en évidence de facteurs prédictifs de l’évolution vers l’insuffisance rénale pour une meilleure prise en charge des patients.

Notre équipe créée en 2012 grâce à la mise en commun de compétences cliniques en immunologie et en néphrologie, et scientifiques en biologie cellulaire et en modèles murins, mène des recherches sur 2 axes principaux en étudiant :

1)     l’anomalie des IgA, en particulier l’importance de la glycosylation et de la formation de complexes multiprotéiques dans la capacité néphritogène de l’IgA,

2)     et l’inflammation consécutive aux infections des muqueuses, notamment son rôle dans la production des IgA par les lymphocytes B, dans leur dépôt tissulaire et dans leur toxicité rénale.

Les travaux de notre équipe bénéficient d’études menées antérieurement et de modèles mis au point dans l’UMR CNRS 7276 (voir bibliographie ci-dessous) et se font en collaboration avec les experts en spectrométrie de masse des glycoprotéines de l’équipe du Pr. J.M. Schmitter de l’Université de Bordeaux et les physiciens spécialistes de microscopie multiphotonique du groupe du Pr. F. Louradour de l’institut XLIM de l’Université de Limoges. Ces collaborations sont actuellement soutenues respectivement par le CHRU Dupuytren de Limoges et par la Région Limousin. L’ALURAD (association limousine pour l’utilisation du rein artificiel à domicile) participe également au financement des projets de l’équipe.

 

 

Publications :

1      Duchez S, Amin R, Cogné N, Delpy L, Sirac C, Pascal V, Corthésy B, Cogné M. Premature replacement of mu with alpha immunoglobulin chains impairs lymphopoiesis and mucosal homing, but promotes plasma cell maturation. Proc Natl Acad Sci USA. 2010, 107:3064.

2      Boumediene A, Oblet C, Oruc Z, Duchez S, Morelle W, Huynh A, Pourrat J, Aldigier JC, Cogné M. Gammopathy with IgA mesangial deposition provides a monoclonal model of IgA nephritogenicity and offers new insights into its molecular mechanisms. Nephrol Dial Transplant. 2011, 26:3930.

3      Berthelot L, Papista C, Maciel TT, Biarnes-Pelicot M, Tissandie E, Wang PH, Tamouza H, Jamin A, Bex-Coudrat J, Gestin A, Boumediene A, Arcos-Fajardo M, England P, Pillebout E, Walker F, Daugas E, Vrtosvnik F, Flamant M, Benhamou M, Cogné M, Moura IC, Monteiro RC. Transglutaminase is essential for IgA nephropathydevelopment acting through IgA receptors. J Exp Med. 2012, 209:793.

4      Ducourthial G, Leclerc P, Mansuryan T, Fabert M, Brevier J, Habert R, Braud F, Batrin R, Vever-Bizet C, bourg-Heckly G, Thiberville L, Druilhe A, Kudlinsky A, Louradour F. Development of a real-time flexible multiphoton microendoscope for label-free imaging in a live animal. Sci Rep. 2015, 5:18303.

5      Oruc Z, Oblet C, Boumediene A, Druilhe A, Pascal V, Le Rumeur E, Cuvillier A, El Hamel C, Lecardeur S, Leanderson T, Morelle W, Demengeot J, Aldigier JC, Cogné M. IgA structure variations associate with immune stimulations and IgA mesangial deposition. J Am Soc Nephrol. 2016, sous presse.