Thèse de Jaime Andres LUNA

Epidémiologie de la SLA au Cambodge, en Albanie et en Equateur

La variabilité de l’expression de la SLA entre les populations humaines retient actuellement l’attention de la communauté scientifique. Notre équipe a réalisé récemment un travail important de revue de littérature concernant les études de la SLA en population générale, à l’échelle mondiale. Nous avons abouti à l’identification de 44 travaux (correspondant à 45 zones géographiques) relatifs à l’incidence de la SLA et du phénotype des patients.

Sur cette base, deux méta-analyses ont été conduites concernant (i) la variabilité géographique de l’incidence de la SLA (soumise en version révisée à International Journal of Epidemiology) et (ii) la variabilité du phénotype de la pathologie entre les populations (publiée dans European Journal of Epidemiology (Marin et al. 2015 Eur J Epidemiol). Les résultats ne permettent pas de retenir l’hypothèse d’une distribution et d’une présentation homogène de la SLA à l’échelle du globe. Ils plaident donc pour la mise en place d’une étude multicentrique internationale qui viserait à évaluer l’impact de l’origine ancestrale des populations sur l’incidence, le phénotype et l’évolution des patients atteints de SLA.

Dans le cadre d’une collaboration avec l’Université de Bari, nous souhaitons mettre en place une étude de l’incidence et du phénotype de la SLA en Asie (Cambodge). Cette étude pourrait être menée à la suite de l’organisation de cours de Neuroépidémiologie au Cambodge, financés avec le soutien de la fédération mondiale de neurologie (WFN grant in aid 2015) et qui pourraient permettre d’identifier des investigateurs locaux à même de réaliser ce travail. De même nous souhaitons mettre en place le même protocole d’étude en Europe de l’Est (Albanie) et en Equateur.

L’objectif de cette thèse est de confirmer les différences d’incidence et de phénotype de la SLA entre l’Asie (Cambodge), l’Europe de l’Est (Albanie) par rapport aux données issues des registres d’Europe Centrale (France), Europe du Sud (Italie) et d’Amérique latine (Equateur). Ceci sera mené via la réalisation d’enquêtes en population générale fondées sur de multiples sources d’identification des cas, adaptées aux contextes.

En outre, le doctorant participe à une étude focalisée sur l’apport de biomarqueurs sériques pour le diagnostic et la prédiction de l’évolution de la maladie, étude financée par l’Association pour la Recherche sur la SLA et qui sera menée entre 2016 et 2017 à Limoges en collaboration avec l’Université de Bari.

——————————————————————————————————————————————–
Mots clés : SLA, Cambodge, Albanie, Equateur

[Septembre 2016 – décembre 2019]

——————————————————————-

Jaime Andres LUNA

Doctorant
jaimeandreslunam@gmail.com

——————————————————————-

Sous la direction de

Benoit MARIN

Directeur de la thèse
PU-PH

Giancarlo LOGROSCINO

Co-direction
Université de Bari (Italie)

——————————————————————-

Articles Colloques Posters

——————————————————————-

--
© UMR Inserm 1094 NET - 2 rue du Dr Marcland, 87025 LIMOGES Cedex - Tél. : 05 55 43 58 20 - Fax : 05 55 43 58 21