Journée d’étude – Stéréotypie des altérités : clichés, formules, langue de bois, lieux communs


 

18 novembre 2016 – Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Limoges

 

programmestereotypieCette journée s’inscrit dans le cadre des activités du laboratoire FRED de l’université de Limoges centrées sur les représentations de la diversité. Elle vise à rassembler des linguistes et des analystes du discours autour de la question du stéréotype. Le phénomène de la stéréotypie est l’objet de multiples études dans divers domaines et sous-domaines scientifiques. Le stéréotype intéresse l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, la littérature, ou encore la philosophie du langage, la sémiologie, la sociolinguistique. Pour notre part, nous tenons à en spécifier les aspects linguistiques et discursifs du point de vue de la production du sens.

Aussi, nous souhaitons nous interroger sur la façon de dire et de représenter l’autre par les stéréotypies qui y sont associées. De la dimension linguistique aux enjeux discursifs, nous désirons faire état des manières de penser l’autre avec toute la rigueur et la distance scientifique requises, détournées des savoirs naïfs. Dans une perspective analytique, centrée autour des notions de clichés, formule, langue de bois, doxa, lieu commun, sens commun, nous cherchons à définir les instruments, concepts et notions qui permettent de révéler et étudier la stéréotypie des altérités, d’en dégager les connotés négatifs, parfois sous couvert de différencialismes positifs (nous pensons aux formules telles que : être français, c’est… ; les Français pensent que… ; on sait que les Français….). On s’attachera ainsi à des exemples de la vie quotidienne (pratique, politique, médiatique) qui permettent d’exemplifier ce rapport au soi et à l’autre culturels.

Afin d’ouvrir des pistes de réflexion et d’orienter les discussions, les études en analyse du discours aborderont la question de l’appartenance à travers les aspects identitaires et communautaires des stéréotypes du point de vue de l’énonciation, de l’hétérogénéité, de la mémoire discursive, ainsi que de la pragmatique et de l’argumentation. Elles porteront sur les croyances partagées, sur leur fonction et leur mode de production, notamment à travers leur circulation. Les « crédulités » de sens commun sont pour cela à interroger. Les processus d’intelligibilité des stéréotypes pourront aussi être pris en compte, ils concernent la catégorisation et la généralisation (inévitable1). La banalisation des stéréotypes pourra être également abordée dès lors qu’elle procède de l’évidentialisation et de la normalisation idéologiques.

Les questions d’orientation linguistique porteront plus particulièrement sur la lexicologie, la phraséologie, la parémiologie et la didactique, prenant en compte la composante subjective et évaluative en lexique et en discours. Des études diachroniques sur corpus permettront non seulement de dégager des combinaisons, des collocations et des associations sémantiques liées à des stéréotypes culturels, régionaux ou nationaux mais aussi d’en étudier l’évolution, la vitalité et la fréquence. Des approches synchroniques et contrastives pourront également mettre en lumière les éléments convergents et divergents entre langues typologiquement proches ou plus éloignées. L’analyse du figement dans les langues (comparaisons stéréotypées, expressions idiomatiques, proverbes) représente la cristallisation linguistique de siècles de représentation culturelle, le reflet des préjugés que le passé nous a laissé en héritage. Enfin, l’épluchage des manuels scolaires constitue un moyen privilégié d’observer la transmission des stéréotypes et des préjugés aussi bien que leur évolution pour les générations futures.

 

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
39E rue Camille-Guérin
87036 LIMOGES Cedex
Tél. +33 (5) 05 55 43 56 00
université ouverte 
source de réussites