Cours et sociétés curiales dans la Péninsule ibérique (XIVe – XVe siècles)


Pouvoirs, Institutions, Conflits

Coordination

Alexandra Beauchamp

Maître de Conférences


Maria Narbona Càrceles

Universidad de Zaragoza


Organisation

  • École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
  • Université de Limoges
  • Universidad de Zaragoza

Programme 2012 - 2015


Les cours et sociétés curiales européennes bas médiévales font l’objet d’une attention renouvelée depuis une dizaine d’années et constituent actuellement en Europe un axe majeur d’étude de l’histoire politique, sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge. Les recherches ont ainsi montré que les cours royales et aristocratiques, microcosmes exigeants et coûteux, aux effectifs fluctuants, qui accordaient la plus haute importance à leur hiérarchie, au paraître et à leur consommation, étaient loin d’être seulement des faire-valoir des rois et grands. Car ces organes de plus en plus peuplés, structurés, institutionnalisés constituaient le cœur des appareils politiques et gouvernementaux. Elles ont aussi souligné que ces différents centres du pouvoir en exercice et en représentation et leurs acteurs entretenaient d’étroits contacts et parentés, par delà les frontières et constituaient, par le nombre de leurs membres et les exigences de leur train de vie, de dynamiques centres de consommation, tant matérielle que culturelle.

Les cours ibériques chrétiennes de la fin du Moyen Âge constituent un objet d’étude d’autant plus intéressant que plusieurs royaumes aux traditions politiques et institutionnelles très différentes coexistaient en Péninsule ibérique. Or les organisations et pratiques curiales ibériques bas médiévales d’Aragon, de Castille, de Navarre et du Portugal, bien moins étudiées que leurs successeurs modernes, ont fait l’objet de travaux dispersés et souvent cloisonnés par les frontières politiques médiévales et contemporaines.

Malgré une documentation médiévale riche et variée, elles ont en outre été relativement moins étudiées que les cours anglaises, françaises, bourguignonnes, germaniques ou de l’Italie de la fin du Moyen Âge. Elles demeurent enfin souvent méconnues des chercheurs non hispanophones ou lusophones.
C’est pourquoi ce programme ambitionne de cerner les approches et thèmes lacunaires de l’histoire curiale ibérique bas médiévale, de susciter des travaux sur ce champ de recherche et de fédérer les chercheurs susceptibles de l’enrichir par une démarche ouverte au comparatisme, à l’échelle ibérique et européenne.

Il a donné lieu à une série de rencontres scientifiques organisées en Espagne et en France entre 2012 et 2015.