Les Français à Rome au temps des guerres de Religion : sociabilités, image de l’Autre et expérience religieuse (1567-1610). Le témoignage des correspondances diplomatiques


Pouvoirs, Institutions, Conflits

Doctorat préparé par Giovanni Anticonna, sous la co-direction d’Albrecht Burkardt (CRIHAM EA 4270 – Université de Limoges) et Laurence Pradelle (EHIC EA 1087 – Université de Limoges)

 

Bien qu’avérée, la présence d’une très importante « nation » française à Rome durant la deuxième moitié du XVIe siècle a été peu étudiée. Ce travail se propose de prendre comme point de départ un recueil important de lettres diplomatiques émanant des représentants du roi de France à la cour papale entre 1567 et 1610, période correspondant aux troubles des guerres de Religion à l’intérieur du royaume. Ces sources sont riches en informations d’ordre prosopographique concernant les Français issus des milieux privilégiés, ecclésiastiques ou non, ayant vécu ou séjourné alors à Rome.

Souvent étudiées par les historiens du politique et des relations internationales, une relecture de ces sources épistolaires officielles, à la fois sous le prisme social et culturel, permettra d’interroger les interactions existantes entre les individus entre eux et avec la société romaine. Elle rendra également possible l’étude des lieux ou encore des institutions qui abritaient les divers cercles de sociabilité qui structuraient leur vie quotidienne.

 

Par la suite ce corpus sera élargi aux sources du for intérieur comme les correspondances privées qui ont pu être conservées pour certains Français ayant résidé à Rome, mais aussi certaines sources littéraires comme les récits de voyage. Elles permettront l’analyse des regards et jugements portés sur l’Autre que ces résidents français ne manquèrent pas d’avoir. Ces jugements jalonnent également les lettres d’ambassadeur.

Enfin le recours à des sources romaines comme les archives des Pieux établissements français de la ville, fournira une documentation permettant de se pencher sur les pratiques religieuses de leurs membres, de leurs donateurs ou bienfaiteurs ou encore des bénéficiaires de la charité qui y était dispensée. En contrepartie, les sources judiciaires, celles notamment émanant des archives du Fondo Tribunale criminale del Governatore di Roma, conservées aux Archives d’État de la ville, mais aussi celles de l’Inquisition romaine, permettront de comprendre comment les autorités romaines contrôlaient l’afflux de ces autres Français qui n’étaient ni seigneurs, ni diplomates ni prélats de renom, mais des simples pèlerins et des voyageurs divers, à travers les accusations qui visèrent certains d’entre eux, notamment en rapport avec l’orthodoxie religieuse en plein tournant de la Contre-Réforme catholique.

 

French Expatriates in Rome during the French Wars of Religion. Sociability, Alterity and Religious Experience (1567-1610)

This doctoral thesis intends to carry out an overview of the French community that resided in Rome at the turn of the 17th century, composed of people from various trades and diverse social and geographical backgrounds.

From a methodological point of view, it will mainly draw on a collection of diplomatic correspondences exchanged between French ambassadors in Rome and the royal court in Paris during the second half of the 16th century. The corpus will then be extended to other types of sources such as private correspondences belonging to some of the most renowned French individuals who lived in Rome, travel literature, and of course archival sources which are preserved in Rome.

These diplomatic correspondences are informative on French expatriates, whether they were diplomats, members of the Curia, cardinals and, of course, the members of their respective staffs. This study seeks above all to point out how individuals interacted inside their own respective social circles and to what extent this particular sense of community influenced their relationships with the Roman society and Roman authorities. In order to do so, it is paramount to focus on how the contemporaries depicted their own experiences as « exiles » (the word was often used by the French diplomats themselves) as well as how they viewed their hosts. In return, one must look into how the Roman authorities, whether religious or secular, strived to control the numerous French people that travelled to the Eternal City, especially in regards to religious orthodoxy.

 

Légende de l’illustration jointe : « Roma », Plan de Rome. Extrait des Civitates Orbis Terrarum de Frans Hogenberg et Georg Braun. Cologne, 1572-1618. Collection électronique de l’Universiteitsbibliotheek Utrecht.
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
39E rue Camille Guérin
87036 LIMOGES Cedex
Tél. +33 (5) 05 55 43 56 00
université ouverte 
source de réussites