De la migration des Galates à la provincialisation de la Galatie Confrontations, interactions et intégrations des populations galates en Anatolie hellénistique et romaine, du IIIe s. av. n.è. au IIe siècle de n.è.


Pouvoirs, Institutions, Conflits

Doctorat préparé par Kévin Parachaud, sous la co-direction de Stéphanie Guédon (CRIHAM EA 4270 – Université de Limoges) et Pierre-Yves Milcent (TRACES UMR 5608 – Université de Toulouse)

 

En 278 av. n.è., environ 20000 Gaulois issus de plusieurs peuples européens migrent en Asie Mineure, puis s’installent de manière pérenne en Anatolie centrale. Ces Gaulois, que les anciens nomment « Galates », sont présentés par les auteurs antiques à la fois comme l’image d’Épinal du barbare belliqueux, et à la fois comme des « Gallo-grecs » éblouis par la supériorité de la culture hellénistique.

Face à cette image idéologique et contradictoire, les sources historiques et notamment les données épigraphiques permettent pourtant de proposer l’hypothèse du maintien d’une identité ethnique et culturelle propre à ces populations. Il s’agit de comprendre comment cette identité a été en mesure de favoriser leur intégration dans les sphères politiques et religieuses du monde hellénistique, puis de les amener à jouer un rôle de premier plan dans l’intégration de cet espace multiethnique à l’Empire romain.

Ces problématiques s’articulent autour de trois axes principaux, à savoir la construction des « mythes galates » à travers les sources antiques, la structuration de la Galatie et l’intégration des Galates dans l’Asie Mineure hellénistique, et enfin le rôle prépondérant joué par les Galates dans la romanisation et la provincialisation de ce territoire.

 

From the Galatians migration to the provincialisation of the Galatia

Confrontations, interactions and integrations of Galatian populations in Hellenistic and Roman Anatolia, from 3rd century BC to 2nd century AD

In 278 BC, around 20,000 Gauls from several European populations migrated in Asia Minor and settled in Central Anatolia. These Gauls, whom Ancient authors name « Galatians », are simultaneously shown in antique literature like the ultimate warlike barbarian and like « Gallo-Graeci » dazzled by the Hellenistic culture superiority.

            Despite this contradictory ideological representation, historical sources, especially epigraphic data, hypothesised the upholding of an ethnic and cultural identity specific to these populations. The present work intends to understand how this identity was able to promote their own integration in the political and religious spheres of the Hellenistic world, and to lead them to play a central role in the integration of this multi-ethnic region to the Roman Empire.

            These issues hinge around three main themes: the « Galatian myths » construction in the antique sources, the Galatia structuring and the Galatians integration in Hellenistic Asia Minor, and the predominant role played by the Galatians in the romanisation and the provincialisation of this territory.

 

Crédit photo : © 2015. Photo : I. Sh.
« Le Galate se suicidant avec sa femme », copie romaine en marbre du IIe siècle d’un original hellénistique en bronze du IIIe siècle av. n.è. Rome, Museo nazionale romano, Palazzo Altemps.

 

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
39E rue Camille Guérin
87036 LIMOGES Cedex
Tél. +33 (5) 05 55 43 56 00
université ouverte 
source de réussites