Histoire des sociabilités musicales en Limousin sous la Troisième République (1870-1940)


Emotions, Création

 

Doctorat préparé par Yaniv Arroua, sous la direction d’Anne-Claude Ambroise-Rendu (Université de Limoges).

 

kiosque champ de juillet - musiqueTrop souvent occultée dans l’historiographie, l’approche des sociabilités à travers le prisme des pratiques musicales est pourtant cruciale pour comprendre l’histoire des sociétés contemporaines. En Limousin comme dans le reste de la France, la période de la Troisième République est, culturellement parlant, extrêmement riche : par les révolutions industrielle et technologique, la pratique musicale est profondément bouleversée. En conséquence, les modes et les rites de sociabilités qui en découlent sont aussi modifiés. Quels sont les effets des mutations économiques, politiques, sociales et technologiques sur les pratiques de sociabilité que l’on pourrait qualifier de « populaires » sous la Troisième République en Limousin ? L’élite sociale locale fréquente quant à elle les opéras, théâtres, de moins en moins les salons, qui demeurent des vecteurs de diffusion d’un idéal culturel dont il conviendra de définir l’intensité et l’évolution dans la région. Miroirs des représentations et des appartenances, moments de rassemblements, de discussions, de confrontations d’idées nouvelles ou anciennes, les groupes populaires deviennent des arènes où se forgent les opinions et les identités. Au croisement de plusieurs disciplines enrichissant l’étude historique – sociologie, anthropologie, ethnologie, musicologie – ce travail amènera à s’interroger sur le rôle des femmes, sur les ruptures et les continuités entre les générations, les goûts et les sensibilités propres à chaque groupe social, selon les périodes au cours desquelles les répertoires changent, ainsi que les instruments et les technologies.

 

Too often forgotten in historiography, the study of sociabilities through musical practices is nevertheless crucial in order to understand the history of contemporary societies. In Limousin as for the rest of France, the period of the Third Republic is, culturally speaking, extremely rich : thanks to the industrial and technological revolutions, musical practice is profoundly upset. As a consequence, the rites of sociabilities which ensue from it are modified. What are the effects of the economic, political, social and technological transformations on the practices of sociability, that could be considered as « popular » during the Third Republic in Limousin ? The local social elite frequents, for its part, operas, theaters, less often salons, that are still vectors of distribution of a cultural ideal, of which we will define the intensity and evolution in the region. Reflections of representations and affiliations, musical popular groups become arenas where opinions and identities are forged. At the crossing of several subjects nurturing the historical study – sociology, anthropology, ethnology, musicology – this work will consist in questioning ourselves about the role of women, about the ruptures and the continuities between generations, the tastes and the sensibilities specific to every social group, within the periods during which their repertoires change, as well as instruments and technologies.

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
39E rue Camille Guérin
87036 LIMOGES Cedex
Tél. +33 (5) 05 55 43 56 00
université ouverte 
source de réussites