Annales Scientifiques du Limousin http://www.unilim.fr/asl La revue « Annales Scientifiques du Limousin » tire son origine de la volonté de l’Association Universitaire Limousine pour l’Etude et la Protection de l’Environnement (AULEPE) de diffuser largement les connaissances sur l’environnement. Ainsi, depuis 1985, l’AULEPE édite, sous la direction de son Président, cette revue sous format papier (ISSN : 0765-0477) afin d’améliorer la connaissance des milieux naturels et plus particulièrement ceux de la région Limousin et de ses départements limitrophes. Au cours de ces nombreuses années, ce sont aussi bien des études concernant la Botanique, la Zoologie, la Pédologie ou l’Ecologie en général qui ont été publiées. fr Peut-on détecter les habitats d’un mollusque : Galba truncatula (Gastéropodes, Lymnaeidae) à l’aide de plantes indicatrices sur les sols acides du Limousin ? http://www.unilim.fr/asl/82 Des investigations de terrain ont été réalisées pendant 30 années en mars ou avril dans 361 fermes élevant des bovins ou des ovins afin de recenser les plantes indicatrices pour chaque type d’habitat colonisé par le mollusque Galba truncatula et établir des corrélations avec deux paramètres caractérisant ces sites (superficie du gîte, densité des mollusques). Sept types d’habitat et six espèces de plantes indicatrices ont été reconnus dans les 7.709 sites étudiés. Les habitats les plus fréquents se situent à l’extrémité périphérique des rigoles de drainage superficiel (84,1 % des sites sont colonisés) et autour des sources (81,4 %). Les gîtes dont la superficie inférieure à 3 m2 sont principalement localisés à l’extrémité des rigoles de drainage, le long des fossés correspondants et autour des sources lorsque Juncus acutiflorus, Juncus effusus et Lotus uliginosus sont les plantes indicatrices. Dans les fossés de route et le long des berges de rivière ou d’étang, des superficies plus élevées ont été notées dans la plupart des cas. Les plus fortes densités en mollusques (> 25/m2) ont été observées dans le cas de J. acutiflorus (52,5 % des habitats) et de L. uliginosus (56,7 %). Des densités plus faibles (< 25 mollusques/m2) ont été notées dans le cas de J. effusus (88,8 % des habitats) alors que celles trouvées dans le cas de Glyceria fluitans, d’Agrostis stolonifera et de Dactylis glomerata sont souvent inférieures à 10 mollusques/m2. Le Jonc acutiflore est une bonne espèce indicatrice pour les habitats de G. trun-catula situés dans les prairies et les fossés de route qui les bordent. Même s’il est moins représentatif dans les autres types de gîtes, sa large distribution en Europe permet de l’utiliser pour identifier la plupart des habitats de la limnée sur l’ensemble des sols acides présents dans les pays européens. Field investigations in 361 cattle- or sheep-breeding farms on acid soil were carried out during thirty years in March-April to record indicator plants in relation to the category of habitat colonized by the snail Galba truncatula and to establish correlations with two parameters characterizing these sites (habitat area, snail density). Seven types of snail habitats and six species of indicator plants were listed in the 7,709 sites studied. The most frequent habitats were located at the peripheral extremities of open drainage furrows (84.1 % of places colonized) and around spring heads (81.4 %). Lower than 3-m2 sites were essentially found at the extremities of drainage furrows, along drainage ditches or around spring heads when Juncus acutiflorus, Juncus effusus, or Lotus uliginosus are indicator plants. In road ditches and along pond or river banks, greater values were found in most cases. The highest snail densities (>25 snails/m2) were observed in the case of J. acutiflorus (52.5 % of habitats) and L. uliginosus (56.7 %). Lower snail densities ( Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/82 Les générations annuelles de Galba truncatula (Mollusca, Lymnaeidae) dans le département de la Haute-Vienne http://www.unilim.fr/asl/164 Des investigations ont été réalisées pendant trois années dans cinq habitats à Limnées tronquées situés dans le département de la Haute-Vienne afin de connaître les périodes de pontes et suivre la croissance des individus en fonction de leur génération annuelle. Dans les trois fossés où circule de l’eau tout au long de l’année, une seule généra-tion annuelle de G. truncatula a été notée avec dépôt des pontes de la fin juin jusqu’au début d’octobre. Dans les deux autres habitats soumis au dessèchement estival (août et septembre), deux générations ont été observées et les pontes ont eu lieu de la mi-avril à la fin juin et de novembre à décembre. Même s’il existe des variations d’effectif et de croissance dans le cas des habitats permanents, les risques parasitaires liés aux populations présentant une seule génération annuelle sont très limités en raison du faible nombre de ces colonies dans le nord de la Haute-Vienne (3 seulement sur un total de 1.731 détectés dans les prairies de ce secteur). Field investigations were carried out over a 3-year period in five habitats of Galba truncatula located in the department of Haute-Vienne to determine periods of egg-laying and to follow the growth of these snails in relation to their annual generation. In the three ditches with running water throughout the year, a single annual generation of G. truncatula was found and egg-masses were laid from the end of June up to the beginning of October. In the other two habitats subjected to summer drying (the sites were dried in August and September), two generations were noted and egg-deposits occurred from mid-April to the end of June and in November-December. Even if variations in the numbers of snails and their growth were found in these three permanent habitats, the parasitic risks caused by these populations showing a single annual generation were limited owing to the low number of these communities in northern Haute-Vienne (three only out of a total of 1,731 detected in these meadows of this zone). Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/164 Cressonnières naturelles du Limousin et risques de distomatose humaine à Fasciola hepatica http://www.unilim.fr/asl/381 Cinquante-neuf cressonnières naturelles du Limousin ont été suivies sur une période de 15 années (de 1990 à 2004) pour détecter la contamination du cresson par les métacercaires de Fasciola hepatica et vérifier la présence d’infestations naturelles par ce Digène chez les deux espèces de limnées qui colonisent ces sites en juin-juillet. Le nombre de cressonnières contaminées par les métacercaires de F. hepatica fluctue au cours des années (de 15 en 1994 à 32 en 1999) et la charge en larves sur les plantes est assez faible : de 2,6 à 6,3 larves vivantes en moyenne par site. La même variabilité se retrouve au niveau de l’infestation naturelle de Galba truncatula par F. hepatica car l’effectif des mollusques parasités se distribue de 11 à 42 et la prévalence de l’infestation de 1,2 à 2,4 % en fonction des années. L’infestation naturelle d’Omphiscola glabra par F. hepatica n’a été observée qu’à partir de 1996 et la prévalence s’est accrue par la suite jusqu’en 2001 (à 1,8 %), date au-delà de laquelle on observe un plateau dans les valeurs. Chez G. truncatula, la charge moyenne en cercaires indépendantes (de 19,3 à 78,5 larves) ne présente pas de variation significative en fonction des années. Par contre, chez O. glabra, on constate un accroissement significatif de cette charge depuis 1996. La contamination de ces plantations par F. hepatica au cours de ces 15 années se révèle identique à celle que l’auteur a notée dans les mêmes sites entre 1970 et 1986. Les seuls changements importants sont l’apparition d’un autre Digène, Paramphis-tomum daubneyi, dans ces cressonnières et la possibilité pour O. glabra d’assurer le développement larvaire de F. hepatica. A total of 59 natural watercress beds in the Limousin region was surveyed over a 15-year period (from 1990 to 2004) to detect the contamination of watercress by the metacer-cariae of Fasciola hepatica and to find the presence of natural infections with this digenea in the two species of lymnaeids which are living in these water holes in June-July. The number of beds contaminated with F. hepatica metacercariae varied during years (from 15 in 1994 to 32 in 1999) and the metacercarial burden on plants was low enough : a mean of 2.6 to 6.3 per bed. The same variability was also noted for natural infections of Galba truncatula with F. hepatica, as the total number of infected snails ranged from 11 to 42 and the global prevalence of infections from 1.2 to 2.4 %. Natural infections of Omphiscola glabra with F. hepatica were only detected since 1996, with a subsequent increase of prevalence up to 2001 (at 1.8 %) and a plateau from 2002 to 2004. In G. truncatula, the mean burden of free cercariae (from 19.3 to 78.5 larvae) only showed insignificant variations in relation to years. By contrast, a significant increase of this burden in relations with years was found in O. glabra. The contamination of these beds over the past 15 years was similar to that recorded by the author in the same sites between 1970 and 1986. The only main changes were the appearance of another digenea, Paramphistomum daubneyi, in these beds and the possibility for O. glabra to naturally sustain the larval development of F. hepatica. Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/381 Les capacités migratoires de Galba truncatula et d’Omphiscola glabra (Lymnaeidae) dans des ruisseaux sur sol acides et leurs conséquences sur la transmission de la fasciolose http://www.unilim.fr/asl/410 Comme les gîtes permanents de Galba truncatula et d’Omphiscola glabra sont situés à une distance de 3 à 67 m des cressonnières naturelles dans la région du Limousin (situées généralement au point d’émergence de sources permanentes), des investigations ont été réalisées pendant deux années sur 12 rigoles de drainage, alimentées chacune par une source permanente, afin d’étudier la migration hivernale de ces limnées en amont vers les sources et de déterminer les conséquences de ces migrations sur la contamination des cressonnières par le parasite. Les migrations des mollusques ont été suivies sur des distances de 30 ou 60 m entre les points où ils ont été introduits dans les rigoles et les cressonnières situées à l’émergence des sources. Sur les effectifs de départ, seuls 15,8 % des G. truncatula et 12,8 % des O. glabra ont colonisé les sources. Les O. glabra migrent plus vite que G. truncatula car les premières limnées ont été trouvées dans les sources à la 7e semaine alors que les secondes n’ont été recensées qu’à la 10e semaine. Malgré cette migration plus rapide d’O. glabra, les infestations naturelles avec F. hepatica sont plus nombreuses chez G. truncatula, avec des prévalences significativement plus élevées chez les F1 de G. truncatula que chez ceux de l’autre limnée. Le faible nombre de mollusques capables de migrer jusqu’aux cressonnières en amont peut s’expliquer par l’existence d’un état physiologique particulier, probablement lié à un retard dans le développement de l’activité reproductrice. Les infestations naturelles avec F. hepatica, relevées dans ces cressonnières, soulignent l’importance de la présence des mollusques hôtes pour qu’il y ait contamination du cresson par le parasite. As the reservoir habitats of Galba truncatula and those of Omphiscola glabra in the region of Limousin (central France) were located at a distance of 3 to 67 m from natural watercress beds (usually set around the sources of permanent springs), field investigations in 12 open drainage furrows, each supplied by a permanent spring, were carried out over two years to study the upstream migration of snails in winter from their habitats towards the beds and to determine the consequences of these snail migrations on the contamination of watercress beds with Fasciola hepatica. Snail migrations were bi-weekly followed on 30-m or 60-m distances, taking place between the points of snail introduction in furrows and the upstream beds. Out of the numbers of snails introduced at the onset of the experiment, 15.8 % of G. truncatula and 12.8 % of O. glabra only colonized spring sources. O. glabra migrated quicker than G. truncatula, as the presence of the former snails was noted at week 7 in sources, while the latter were only found at week 10. In spite of the quicker upstream migrations of O. glabra, the natural infections of snails with F. hepatica were greater in G. truncatula and the corresponding prevalences were significantly higher in the F1 of this lymnaeid species than in those of O. glabra. The low number of snails able to upstream migrate up to watercress beds might be explained by the existence of a particular physiological state for these snails, probably linked with a delay in the development of their reproductive activity. The natural infections of snails with F. hepatica, found in these beds, underlined the importance of the presence of snail hosts for watercress contamination by the parasite. Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/410 Le contrôle intégré de Galba truncatula (Mollusca, Lymnaeidae) dans des cressonnières naturelles sur sols acides http://www.unilim.fr/asl/414 Les Limnées tronquées vivant dans 134 cressonnières naturelles sur sols acides ont été soumises depuis les années 1990 à un contrôle intégré associant l’emploi d’un molluscicide (CuCl2) à faibles doses (0,1 mg/L) en mars-avril et l’introduction de mollusques prédateurs (Zonitoides nitidus) en juin-juillet. Ce traitement a été appliqué en prenant des précautions sur le plan environnemental et sur celui de la santé publique. Une seule année de contrôle a permis d’éliminer Galba truncatula des 134 cressonnières et Omphiscola glabra de neuf points d’eau (sur les 11 que cette limnée colonise). Deux années successives de contrôle ont été nécessaires pour faire disparaître O. glabra des deux autres cressonnières. De faibles concentrations de cuivre ont été trouvées dans la végétation de cinq stations au cours de la première année post-traitement. Le repeuplement de quelques sites par les limnées a été constaté à partir de la deuxième année après le contrôle. Mais aucune recontamination des cressonnières traitées par les métacercaires de Fasciola hepatica n’a été trouvée jusqu’à ce jour. Cette technique simple est à proposer aux propriétaires de cressonnières naturelles lorsqu’ils refusent de détruire leurs plantations, malgré la détection de cas de fasciolose parmi leurs proches. An integrated control of Galba truncatula by the use of a molluscicide (CuCl2) at low doses (0.1 mg/L) in March-April and the introduction of carnivorous snails (Zonitoides nitidus) in June-July was applied since the 1990s in 134 natural watercress beds on acid soils. Several precautions to avoid environmental risks and eventual consequences on public health were also applied. At the end of the first year of control, the elimination of Galba truncatula from the 134 watercress beds and that of Omphiscola glabra from 9 water holes (of the 11 colonized by this lymnaeid) were noted. Two years of control were necessary to eradicate O. glabra from the other two beds. Low concentrations of copper in watercress originating from 5 beds were noted during the first year after control. Several beds were recolonized by lymnaeids from the second year post-treatment. However, an epidemiological surveillance of these beds performed during years following snail control did not show any recontamination of watercress by metacercariae of Fasciola hepatica. This simple method must be proposed to the owners of natural watercress beds when they refuse to destroy beds in spite of the detection of one or several cases of human fasciolosis among their family and their relations. Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/414 Galba truncatula (Lymnaeidae) : la colonisation de l'habitat au cours de l'année et la dynamique des générations annuelles chez deux populations vivant sur des berges de rivière en amont d'un barrage http://www.unilim.fr/asl/440 Des investigations malacologiques ont été réalisées pendant trois années sur deux habitats de Galba truncatula, situés sur des berges de rivière en amont d'un barrage afin d’étudier la colonisation des différentes zones de l’habitat par les limnées en fonction du niveau de l’eau, de déterminer la dynamique des générations annuelles du mollusque et d'analyser les capacités de la limnée à s'exonder. Les deux habitats présentent un retrait quotidien de l'eau, ce qui permet l'étude des berges pendant plusieurs heures. De mars à décembre, les limnées des deux populations suivent les variations saisonnières du niveau de l'eau mais peu d'entre elles suivent le retrait quotidien de celle-ci. Deux générations annuelles de G. truncatula ont été notées dans ces habitats, la première à partir du début de juillet et la seconde en décembre. De juillet à octobre, les limnées en activité effectuent d'assez grands déplacements (25 à 44 cm) lorsque l'eau se retire chaque jour mais elles présentent aussi une réaction de fuite vers les zones émergées lorsque celle-ci remonte. Durant la même période, la croissance des mollusques qui suivent chaque jour le retrait de l'eau est significativement plus rapide que celle des mollusques qui ne se déplacent que dans la même zone de leur habitat. Ces résultats suggèrent que les populations de G. truncatula vivant sur le bord de ces rivières seraient parfaitement adaptées à leur habitat. Malacological investigations in two habitats of Galba truncatula, located along river banks upstream from a dam, were carried out over three years to study the colonization of the different zones of the habitat by snails in relation to seasonal water-level variations, to determine the dynamics of snail's annual generations, and to analyse the ability of the snail to emerge from water. These snail habitats showed a daily retirement of water, thus permitting the study of snails on banks for several hours per day. From March to December, snails followed the seasonal variations of water-level. However, only a few of them were observed following the daily retirement of water. Two annual generations of G. truncatula, the first from the onset of July and the second in December, were noted in these habitats. From July to October, non aestivating snails travelled a mean of 25 to 44 cm when water retired every day. However, they escaped water rising by taking refuge in the still emerged zones of the habitats. When snails followed the daily retirement of water, their growth from July to October was significantly quicker than that of snails which only moved in the same zone of their habitat. The populations of G. truncatula living along river banks would be completely adapted to their habitat. Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/440 Perturbations écologiques et parasitologiques liées à l’introduction d’un gastéropode d’eau douce, Omphiscola glabra (Lymnaeidae) dans des zones nouvelles http://www.unilim.fr/asl/528 Des échantillons d’Omphiscola glabra provenant d’une région calcaire (La Brenne, département de l’Indre) ont été introduits dans de nouveaux sites en Haute-Vienne pour étudier l’évolution de ces mollusques étrangers sur des sols acides et suivre leur infestation naturelle par Fasciola hepatica ou Paramphistomum daubneyi. L’opération inverse a été effectuée avec des limnées de la Haute-Vienne transférées dans la Brenne tandis que des mollusques de chaque région, implantés localement ont servi de témoins. Chez les O. glabra vivant en Brenne comme chez les limnées locales implantées en Haute-Vienne, le nombre d’adultes par population et la superficie de leurs habitats passent par des pics au cours de la troisième année ou de la quatrième année post-introduction (p.i.). Chez les limnées de la Brenne introduites en Haute-Vienne, on assiste à une diminution progressive des valeurs pour les deux paramètres précités à partir de la deuxième année p.i. Des mollusques parasités naturellement ont été retrouvés dans toutes les populations d’O. glabra. Chez les limnées de la Brenne introduites en Haute-Vienne comme chez celles qui vivent en Brenne, la prévalence et l’intensité de leur infestation naturelle par l’un ou l’autre des Digènes s’accroissent progressivement à partir de la deuxième année p.i. ou de la troisième. Par contre, les valeurs de ces paramètres chez les limnées de la Haute-Vienne implantées localement ne présentent pas de variation significative au cours des années. En 2009, la prévalence de l’infestation par F. hepatica est significativement plus élevée chez les O. glabra de la Haute-Vienne implantées localement ou dans la Brenne que chez une autre limnée (Galba truncatula) vivant dans les mêmes prairies. Les variations observées pour les effectifs d’O. glabra et la superficie de ses habitats peuvent s’expliquer par la concentration en calcium présente dans le sol de chaque région. L’accroissement de la prévalence ou de l’intensité de leur infestation naturelle peut s’interpréter comme une adaptation progressive de cette limnée à une pression parasitaire différente lorsque cette espèce est introduite dans un nouveau milieu. Samples of Omphiscola glabra, originating from a calcareous region (La Brenne, department of Indre), were introduced into new sites located in Haute-Vienne to study the development of these foreigners on acid soil and to follow their natural infection with Fasciola hepatica and/or Paramphistomum daubneyi. An inverse process using lymnaeids collected from Haute-Vienne and placed in Brenne was also performed, while snails originating from each region and locally introduced were used as controls. In all samples of O. glabra living in Brenne and the local snails in Haute-Vienne, the number of adults per population and the area of their habitats peaked during the third or fourth year post-introduction (p.i.), respectively. In the foreign samples placed in Haute-Vienne, the values of these both parameters progressively decreased from the second year p.i. Naturally-infected snails were found in all populations of O. glabra. In all samples living in Brenne and the foreign snails in Haute-Vienne, the prevalence and intensity of snail infections by either of both Digenea progressively increased from the third or the second year p.i., respectively. In contrast, the values of these parameters in the local snails living in Haute-Vienne did not show any significant variation throughout the years. In 2009, the preva-lence of F. hepatica-infected O. glabra was significantly greater in the local samples living in Haute-Vienne and the foreigners in Brenne than in another lymnaeid Galba truncatula, living in the same meadows. The numerical variations noted for the numbers of O. glabra and their habitat areas can be explained by calcium concentrations present in the soils from each region. The increase in the prevalence and intensity of their natural infection may be interpreted as an adaptation of this snail to another parasitic pressure when this species is introduced into a new site. Thu, 30 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/528 Inventaire des coléoptères aquatiques de la RNN de l'étang des Landes (Lussat, 23) http://www.unilim.fr/asl/845 Une étude de la faune des Coléoptères aquatiques de la Réserve naturelle nationale de l'étang des Landes (Lussat, 23) a été menée en 2010. Elle fait état de 61 espèces recensées. Quelques espèces remarquables ont été identifiées mais la faune recensée est globalement assez commune. Le faible nombre de jours consacré aux travaux d'inventaire laisse envisager de nouvelles découvertes dans les prochaines années. Une analyse de la composition faunistiques du site est proposée avec d'autres travaux d'inventaires en France et en Europe pour situer le niveau de richesse de la Réserve. Tue, 28 Aug 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/845 Application du protocole de suivi dendrométrique des réserves forestières à la réserve naturelle nationale de la tourbière des Dauges http://www.unilim.fr/asl/846 La Réserve naturelle nationale de la Tourbière des Dauges a été classée par décret ministériel en 1998. D’une superficie de 200 hectares, elle abrite notamment au sein de l’alvéole, 35 hectares d’habitats tourbeux, principale raison de son classement. La majeure partie du périmètre concerne le bassin versant de cet alvéole tourbeux, constitué principalement de boisements (150 ha). Les habitats qui ont justifié le classement en réserve et notamment les habitats tourbeux ont bénéficié de nombreux inventaires et suivis depuis sa création. En revanche, peu de données ont été acquises sur les boisements du bassin versant, notamment la hêtraie à Houx, habitat d’intérêt communautaire qui constitue la plus grande entité forestière homogène et préservée de gestion de la réserve. Connaître et suivre l’évolution des milieux forestiers de la réserve est l’un des objectifs inscrits dans le plan de gestion actuel du site. La mise en place du Protocole de Suivi Dendrométrique des Réserves Forestières (PSDRF) sur le site répond donc aux objectifs de connaissance des milieux forestiers définis dans le plan de gestion de la réserve. L’état initial de conservation de la forêt étudiée a été évalué par la description des peuplements, tandis que l’installation de placettes permanentes permet la réitération du suivi notamment spatio-temporel de la dynamique des peuplements. Le PSDRF a été mis en place sur la hêtraie du Bois du Rocher, réserve naturelle de la tourbière des Dauges, en 2015. Les éléments relevés permettent d’évaluer l’état actuel de conservation de l’entité forestière. Les résultats mettent en exergue une forêt relativement jeune ou des conditions contraignantes (sol pauvre et peu profond), constituée principalement d’arbres de petit diamètre et d’une faible proportion d’arbres sénescents et de bois mort dans le peuplement. Les stades de sénescence, propices à la diversification des micro-habitats favorables à la biodiversité, sont très peu représentés. The National Nature Reserve of the Dauges peat bog was classified by ministerial decree in 1998. Of a surface of 200 hectares, it shelters in particular within the bowl, 35 hectares of peat habitats, principal reason for its classification. Most of the perimeter concerns the catchment area of this peaty bowl, consisting mainly of forest (150 ha). The habitats that justified the classification in reserve and in particular peat habitats have benefited from numerous inventories and monitored since its creation. On the other hand, little data have been acquired on the afforestation of the watershed, especially the Holly beech forest, habitat of community interest constituting the largest homogeneous and preserved forest management entity of the reserve. Knowing and following the evolution of the forest environment on the reserve is one of the objectives included in the current site management plan. The implementation of Protocole de Suivi Dendrométrique des Réserves Forestières (PSDRF) on the site therefore meets the objectives of knowledge of the forest environments defined in the management plan of the reserve ; the assessment of the initial state of conservation of the forest studied, by the description of the stands, and the installation of permanent plots, allowing the reiteration of the monitoring and thus a spatio-temporal monitoring of the dynamics of the stands. The PSDRF was set up on the Bois du Rocher beech forest, a natural reserve of the Dauges peat bog, in 2015. The elements identified make it possible to evaluate the current state of conservation of the forest entity. The results highlight a relatively young forest and / or constraining conditions (poor and superficial soil), consisting mainly of small diameter trees, and a low proportion of senescent trees and dead wood in the stand. The senescence stages, which are conducive to the diversification of micro-habitats favourable to biodiversity, are very poorly represented. Mon, 25 Jun 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/846 L'alvéole des Dauges : un modèle géomorphologique http://www.unilim.fr/asl/913 Située dans le massif granitique de Saint-Sylvestre, la dépression des Dauges représente l'archétype de la notion géomorphologique d'alvéole. La création et le fonctionnement de ce type de forme, envisagée comme un géosystème, sont brièvement rappelée ici. L'accent est mis sur les épisodes de fonctionnement des versants les plus récents, en particulier les héritages de la dernière période froide. The depression of Dauges, placed in the moutain mass of Saint-Sylvestre, is the archetype of geomorphological alveolus notion. Creation and working of such a form, considered as a geosystem, are briefly reminded here. We insiste on working episode of youngest sides, particularly heritages of last cold era. Fri, 30 Mar 2018 00:00:00 +0200 http://www.unilim.fr/asl/913