Annales Scientifiques du Limousin

Préambule

Marcel CRUVEILLIER

Publié en ligne le 24 novembre 2017

C’est grâce à l’aimable proposition du Professeur Axel Ghestem, Président de l’A.U.L.E.P.E., de rassembler en un seul volume les quatre publications sur les araignées ayant paru de 2010 à 2013 dans les numéros 21, 22, 23 et 24 des annales scientifiques du Limousin, que l’idée m’est venue de saisir l’occasion qui m’était ainsi offerte d’en récrire une bonne partie, d’effectuer une réorganisation de l’ensemble et surtout une mise à jour. Ce nouveau travail prend en compte, d’une part, les espèces nouvellement répertoriées en Limousin ainsi que les inventaires de fin 2013 et de 2014 et, d’autre part, les très nombreuses modifications de classification et de taxinomie intervenues entre 2010 et fin 2014 en référence au catalogue international des araignées (The World Spider Catalog) tenu régulièrement à jour à l’AMNH (American Museum of Natural History) de New York, par Norman Platnick, puis par l’association WSCA, en Suisse.

Afin d’éviter d’inutiles doublons, certains documents dont la présence était nécessaire à la compréhension de chacune des quatre parties initiales, prise isolément, comme la carte des communes prospectées, le glossaire, les tableaux et listes provisoires, n’apparaîtront qu’une seule fois en fin de volume.

Le choix de conserver les quatre parties dans la forme et la chronologie de leur parution initiale dans les annales scientifiques du Limousin, où les familles avaient été présentées selon l’ordre alphabétique du moment, n’aurait pas entraîné de grandes difficultés si les modifications intervenues depuis 2010 n’avaient concerné que des noms de genres ou d’espèces. Ceux-ci auraient pu être simplement corrigés et le nom antérieur indiqué entre parenthèses.

Mais dans la mesure où des espèces se trouvent maintenant ventilées dans des familles différentes, voire nouvelles pour la France, il nous a fallu opter pour une refonte intégrale destinée à reconstituer une présentation complète dans l’ordre alphabétique des familles tel qu’il se présente à la fin de 2014. Les genres Phrurolithus et Cetonana, par exemple, étaient antérieurement classés dans la famille des Corinnidae. Or la famille des Corinnidae n’est plus représentée en France et les deux genres cités de cette famille se trouvent respectivement classés dans la famille des Phrurolithidae et celle des Trachelidae. Alors que l’ordre initial des parutions les situaient dans la seconde partie, l’ordre alphabétique de leur nouvelle famille les aurait situés respectivement dans les anciennes parties 3 et 4. Pour la même raison, le genre Cheiracanthium aurait aujourd’hui dû être transféré dans la deuxième partie après son affectation dans la famille, nouvellement apparue en France, des Eutichuridae, alors qu’il se trouvait dans la troisième partie, dans la famille des Miturgidae, famille qui accueille aujourd’hui le genre Zora, anciennement traité dans la quatrième partie là où se trouvait leur ancienne famille des Zoridae aujourd’hui abandonnée.

Aussi avons nous choisi, pour plus de clarté et de commodité pour le lecteur, d’abandonner l’architecture en quatre parties résultant de la chronologie des publications initiales pour n’en conserver que deux, très inégales : la première qui est une introduction historique que nous n’avons donc pratiquement pas modifiée, et une deuxième, la plus volumineuse, qui regroupe l’ensemble du catalogue réorganisé selon le nouvel ordre alphabétique des familles à cette date. Outre les corrections de classification et de taxinomie, nous avons profité de cette refonte pour introduire les dernières espèces découvertes, pour compléter des informations de l’ancienne deuxième partie où les monographies des espèces avaient parfois été résumées, et pour rajouter de nouveaux éléments de répartition sur la carte ainsi que de nouvelles définitions dans le glossaire.

Ce travail est donc loin de n’être que le simple empilement en un seul volume de publications déjà parues. Il s’agit d’un ouvrage nouveau et plus riche qui fait le point de nos connaissances à la fin de 2014 sur les araignées du Limousin.