Stratégies


Pour atteindre ce but, il est essentiel de promouvoir la formation et la consolidation de réseaux de recherche dans le domaine des conflits, à travers la formation de groupes de chercheurs qui auront à traiter, à leur tour, des sous-thèmes ou des axes thématiques connexes et complémentaires dans le domaine des conflits.

Parmi les tâches proposées il s’agit de stimuler, dans une dynamique de partage et au moyen de dialogues, débats, ateliers, journées d’étude, forums, interviews, textes, documents audiovisuels…, la recherche et la production intellectuelle dans et en dehors du Réseau ALEC, afin d’aider à comprendre la réalité sociale si particulière des pays « touchés » par les conflits quels qu’ils soient.

L’emploi du terme « touchés » ne signifie pas que le conflit soit toujours représenté de manière négative ou à des fins préjudiciables pour la société. Il est clair qu’il peut aussi émerger comme un mécanisme naturel pour protester ou attirer l’attention sur des droits qui ont été transgressés, soit par des dictatures, dans l’environnement intrafamilial ou par des systèmes où la corruption a pénétré de manière telle que des situations d’injustice sociale se sont produites, impossibles à résoudre par le dialogue sur le terrain politique et/ou social, entre la société civile et l’Etat.

Cette stratégie de travail prônée par l’« Observatoire des Conflits du Réseau International ALEC », grâce aux outils mis à la disposition des chercheurs (forums de concertation, …) se fonde sur des perspectives interdisciplinaires et transdisciplinaires. Il s’agit aussi pour l’Observatoire

d’élaborer une base de données ou de fichiers (textes, archives, documents audiovisuels…) qui n’émaneront pas tous de chercheurs, dans la mesure où l’Observatoire prétend, aussi, être un espace de réflexions des communautés concernées, des mouvements sociaux ou autres agents.

Sont prises en compte, également, les représentations artistiques telles que les documentaires, les films argumentatifs, vidéos, tableaux, posters, le théâtre, manifestations vitales pour ceux qui trouvent en elles une forme d’expression et/ou de protestation dans le/les drame(s) que renferment les situations de conflit.

Des ateliers d’«expression expérientielle» : écriture et narration orale, auxquels participent des chercheurs, des victimes et autres agents sociaux touchés par le conflit, constitueront d’autres voies d’expression dans la réflexion des faits.

L’Observatoire favorise des échanges académiques à partir d’activités virtuelles et en présentiel (forums de discussion, rencontres vidéo, vidéoconférences, journées d’étude, … en plus de celles déjà mentionnées), qui donneront lieu à des publications spéciales. Il encourage également l’exploration continue des réalités sociales dans lesquelles ces conflits se sont développés ou qui pourraient se générer et comment ils ont été des agents de transformation du tissu social.